Actualités

Enquête sur la NRL : vers un scandale sans précédent à La Réunion ?

11 perquisitions dont une chez Didier Robert, président de Région Réunion

Manuel Marchal / 9 octobre 2015

11 perquisitions hier dans 11 endroits différents dont le domicile de Didier Robert, président de la Région Réunion, c’est une première dans les annales judiciaires à La Réunion. Ce simple fait montre l’ampleur qu’est en train de prendre l’affaire. Six semaines après la conférence de presse de Paul Vergès sur ce sujet, la situation a totalement changé. Que restera-t-il de l’union de la droite ?

JPEG - 60.4 ko
Images extraites du journal télévisé de Réunion Première : gendarmes à la Région, à la GTOI, à la SBTPC, Didier Robert sur la défensive.

La journée d’hier a marqué une accélération de l’enquête sur l’attribution des marchés de la nouvelle route du littoral. Pour la première fois dans les annales judiciaires de La Réunion, des enquêteurs ont mené 11 perquisitions dans 11 endroits différents la même journée pour la même affaire. C’est une décision prise par le Parquet national financier.

La procédure a visé des lieux symboliques : le domicile de Didier Robert, son bureau actuellement installé à la Maison de la Région rue de Paris, l’hôtel de la Région Réunion ainsi que le siège des filiales réunionnaises de Bouygues (GTOI) et de Vinci (SBTPC) qui ont raflé la plus grosse part des 1,2 milliard d’euros de marchés déjà attribués.

À la différence des précédents actes de ce type, les perquisitions d’hier ne se sont pas déroulées dans la même discrétion. Les caméras et les journalistes étaient hier à la Région Réunion, et ont pu filmer des gendarmes repartir avec ce qui est supposé être des documents.

« Vérifications qualifiées de normales »

La Région Réunion a d’abord réagi par un communiqué publié hier sur le site Zinfos974, d’où est extrait cette phrase : « ces vérifications sont qualifiées de normales dans le cadre du processus de vérification ». S’exprimant hier soir à la télévision, Didier Robert a maintenu cette ligne. Il tentera de se justifier ce matin lors de l’émission matinale radio de Réunion Première.

Élu chargé de la NRL à la Région, Dominique Fournel n’a pas paru très sûr de lui dans un reportage diffusé hier soir sur Réunion Première Télé. À une question d’un journaliste, il a répondu en demandant à notre confrère s’il travaillait pour la police judiciaire. Puis interrogé sur la perquisition qui a visé son bureau, le vice-président de la Région a déclaré que les enquêteurs n’ont rien trouvé et sont repartis avec des documents, comme dans toute perquisition… Puis il s’est refermé en déclarant en substance qu’il n’avait rien de plus à dire.

Le 25 septembre dernier, Paul Vergès avait révélé qu’un scandale se préparait et allait faire éclater l’union de la droite. En réponse, Didier Robert a décidé de porter plainte contre Paul Vergès. Le 24 septembre, l’article de la presse parisienne est sorti dans les colonnes de Mediapart. Il battait en brèche la ligne de défense de la Région, selon laquelle l’enquête préliminaire ne portait que sur un chantier secondaire, et était qualifiée de normale eu égard au volume de crédit engagé.
Hier, un nouvel article a été publié dans l’Humanité Week-End. L’opinion française est en train de s’emparer de l’affaire.

Perquisitions et saisies

Le 1er octobre, la Région Réunion a tenté un droit de réponse à Mediapart. Mais dans ce texte, une phrase ouvrait la boite de Pandore : « à l’approche du choix final, l’un des opérateurs a multiplié des manœuvres visant à influencer les décisions de la collectivité, abordant élus, agents et conseils de la Région, laquelle a été contrainte de signaler ces manœuvres au Procureur de la République (signalement du 11 octobre 2013) ». Ceci remettait en cause la ligne de défense suivi jusqu’à présent, car la Région évoquait des faits de corruption en visant un opérateur. Cela sort en effet de la norme.

Ce droit de réponse amenait forcément à se poser des questions. Comment en effet expliquer que la Région semble s’être contentée d’un signalement, a-t-elle porté plainte ? Et si non pourquoi ? La Région était sortie de son immobilisme avec ce résultat mitigé.

Une semaine jour pour jour après ce dernier développement, l’enquête a connu hier une brutale accélération, avec des perquisitions et des saisies, en particulier de téléphones dont la mémoire sera fouillée de fond en comble. En 6 semaines, la situation a radicalement changé. Que restera-t-il de l’union de la droite ? Si les soupçons se confirment, comment le chantier de la NRL pourra-t-il continuer ?



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Si les faits sont avérés et que ces élus de Didier robert sont pris les mains dans le grand bocal de confiture alors il faut que la justice agisse vite et reste exemplaire. ce n’est pas normal de voir nos frères réunionnais crever de faim, sans formation, sans travail, sans logement pendant que des élus de la région (...) de la route littorale qui est devenue la route électorale.
    merci a la justice de rendre justice aux pauvres contribuables de la réunion et mettre fin aux gaspillages de l’argent public a la région avec les frais de bouche en nette augmentation, des salaires de haut fonctionnaire alloue a l’élue qui dirige un spl (...) (deliberation n° 579 du 23 décembre 2014). les carottes sont cuites pour didi 1er.
    Il serait temps que Paris - Les Républicains - réagisse et désigne un nouveau leader - probablement Michel Fontaine - afin de se dédouaner (...).

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Oh mon dieu !!!! Je voudrais pas être à sa place le pauvre. C’est tellement évident que l’affaire vas se tourner au vinaigre pour lui, qu’il commence lui même de dire qu’il faut faire confiance à la justice et à l’enquête.... c’est la formule rituelle de tous hommes politiques avant leur garde à vue. Bizard ou est passé Vira,,, Fontaine,,, Nassimah,,, Ibrahim,,, .... (...)

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com