Actualités

Ensemble Pour une Réunion nouvelle

Présentation à Saint-Denis de la liste conduite par Patrick Lebreton

Manuel Marchal / 9 novembre 2015

Hier à la salle Candin à Saint-Denis, Patrick Lebreton a présenté ses colistiers aux élections régionales. C’était le premier rendez-vous des 47 candidats de Pour une Réunion nouvelle, liste de rassemblement autour de l’union PCR-Progrès avec le PRG, le MRC et la société civile. Dimanche prochain, premier grand meeting de la liste à Saint-Joseph.

JPEG - 88.4 ko

À 28 jours du scrutin, l’Union des Forces de Progrès organisait hier la présentation de la liste Pour une Réunion nouvelle. Le choix du lieu s’est porté sur Saint-Denis. Ce n’est pas une ville dirigée par un maire de l’Union PCR-Progrès-PRG-MRC, mais cela n’a pas empêché cette présentation de remporter un beau succès populaire. Car « nous sommes partout chez nous » a réaffirmé avec force Patrick Lebreton. C’est pourquoi ce succès a permis de ramener à la réalité les estimations fantaisistes diffusées lors des meetings de Didier Robert et de Bello-Annette dans la même salle qui annonçaient plusieurs milliers de personnes.

Environ un millier de participants étaient là hier et il manquait des chaises. Comme les murs de la salle Candin ne sont pas extensibles, le sens de l’exagération des autres têtes de liste a donc été mis en évidence. Ce qui a aussi distingué cette réunion de ces devancières dans le même lieu, c’est l’ambiance.

Sans l’appui de la machine municipale de la ville de Saint-Denis ou de la Région, les militants des Forces de progrès ont réussi à organiser un beau rassemblement, qui a montré qu’il existe bien des progressistes à Saint-Denis.

JPEG - 79.7 ko

Les principes

Patrick Lebreton a lancé la présentation en rappelant les principes de cette liste. C’est notamment le renouvellement, pour que sa composition soit en accord avec son nom de Réunion nouvelle. C’est également le respect de chaque partenaire et de toutes les composantes. C’est pourquoi la liste comporte des socialistes du Progrès, des communistes, le président du PRG-Réunion et des membres de la société civile représentée par Terla. C’est aussi un reflet de la société réunionnaise du 21e siècle. C’est ainsi qu’une jeune femme réunionnaise d’origine mahoraise, Laïnati Ali, est en quatrième position.

Ce n’est donc pas une liste où un poste d’élu déjà acquis permet de revendiquer une bonne place. C’est là que réside la raison du départ de Jean-Jacques Vlody chez Bello-Annette, expliquée par Patrick Lebreton.

Ce dernier a ensuite rappelé les principes du programme commun de l’union. Le respect des partenaires, une union durable pour 20 ans, et un plan de développement qui devra être proposé et mis en œuvre par les Réunionnais.

Patrick Lebreton a souligné qu’à la différence d’autres listes, Pour une Réunion nouvelle n’a pas besoin d’avoir le soutien d’un envoyé de Paris. Elle repose sur un élan populaire à La Réunion, que porte l’espoir d’un changement à la Région et dans les mentalités. C’est en effet la seule liste qui propose aux Réunionnais de devenir des acteurs de leur développement. Patrick Lebreton a alors rappelé les grandes lignes de ce programme. Le rempart face à l’aggravation de la crise et faire sauter les verrous qui bloquent les initiatives pour développer La Réunion.

JPEG - 73.9 ko
Les 4 orateurs : Laïtani Ali, Patrick Lebreton, Maurice Gironcel et Catherine Gaud.

Union pour 20 ans

Il a ensuite donné la parole à Maurice Gironcel, qui sera troisième sur la liste. Le secrétaire général du PCR est revenu sur les rendez-vous incontournables qui attendront les Réunionnais au cours des 6 prochaines années. Le premier semestre 2016 verra se dérouler le débat sur le projet de loi relatif à l’égalité réelle, 2017 verra la fin de la défiscalisation ainsi que celle du quota sucrier qui offrait jusqu’à présent un prix garanti à l’usinier : 18.000 emplois sont menacés. 2020 sera la date de la fin de la dérogation qui maintient l’octroi de mer, source essentielle de recettes pour les collectivités. Cela se superpose à un calendrier électoral : régionale dans 27 jours, présidentielle et législatives en 2017, municipales et intercommunales en 2020. C’est pourquoi, « nou doi être acteurs de notre développement ! », a souligné Maurice Gironcel.

Face à ce défi, le PCR et le Progrès ont décidé de s’unir pour 20 ans, le délai nécessaire pour redresser la situation. D’autres organisations ont répondu à cet appel, comme le MRC et le PRG. Le représentant du PCR a aussi insisté sur l’importance de la COP21, avec la contribution réunionnaise à cette cause mondiale. Elle est illustrée par le travail de Paul Vergès pour faire adopter à l’unanimité la loi faisant de la lutte contre les gaz à effet de serre une priorité nationale, et par la présidence de l’ONERC confiée au sénateur de La Réunion.

JPEG - 88.7 ko

Stopper la politique de Didier Robert

Laïnati Ali s’est ensuite exprimée. Elle est revenue sur son engagement dans le mouvement progressiste. Elle a choisi d’agir et elle a répondu à l’appel de Patrick Lebreton. Elle est adjointe à l’intégration à la Mairie de Saint-Denis, et elle compte mettre ses compétences dans ce domaine au service de la présidence de Patrick Lebreton à la Région Réunion. Elle souhaite aussi s’impliquer dans l’ouverture de La Réunion sur le monde. En quatrième position sur la liste, elle sera la première conseillère régionale d’origine mahoraise.

Catherine Gaud est ensuite montée à la tribune. Elle est revenue sur le bilan de l’Alliance lorsqu’elle était à la direction de la Région jusqu’en 2010. C’était en particulier la construction de la route des Tamarins, le développement des énergies renouvelables et l’espoir pour les Réunionnais de voir leur situation progresser.
Tout a été stoppé lors de l’arrivée au pouvoir de Didier Robert. Catherine Gaud a donc fait également le bilan de la majorité sortante ainsi que du difficile travail d’opposante qu’elle a assuré avec les autres membres de l’Alliance notamment.

Elle a donc insisté sur la nécessité d’arrêter la politique menée par Didier Robert à la Région. La société civile sera donc une composante essentielle de la liste conduite par Patrick Lebreton. Terla sera représentée par deux personnes. Catherine Gaud est quant à elle cinquième sur la liste. D’autres composantes de la société civile seront également sur la liste, avec notamment Raïssa Noël du Comité pour l’Appel de l’Ermitage.

JPEG - 81.8 ko

Liste déposée aujourd’hui

Patrick Lebreton a conclu la présentation en appelant un par un les noms de ses colistiers. Ils reflètent la diversité de la société réunionnaise dans ses composantes, sa répartition géographique et sociale. C’est une première illustration concrète de l’union PCR-Progrès pour 20 ans à laquelle ont donc adhéré le MRC et le PRG-Réunion dont le président, Remi Massain, figure en position éligible sur la liste. Michèle Caniguy est en deuxième position.

Du côté du PCR, une forte représentation du secrétariat est assurée. Outre Maurice Gironcel en troisième, figurent notamment Yvan Dejean en neuvième et Fabrice Hoarau en onzième et Ginette Sinapin. Plusieurs autres membres du Conseil politique sont également présents, dont Sabine Le Toullec, Firose Gador, David Lebon, Georges Gauvin, Annie Maratcha, Pierre Thiébaut, Ghislaine Cataye, Nazir Valy, Julie Pontalba, Yves Gigan, Hervé Lauret notamment. La 47e place hautement symbolique est confiée à Jean-Yves Ananélivoua.

En conclusion de cette présentation, Paul Vergès, président du Comité de Parrainage, et Jean-Claude Fruteau ont été appelés à monter à la tribune.

La liste sera déposée aujourd’hui à la préfecture. Le prochain temps fort de la campagne aura lieu dimanche prochain à Saint-Joseph, avec le premier meeting de la liste Pour une Réunion nouvelle.

JPEG - 75.1 ko
MP3 - 834 ko
Patrick Lebreton et la liste.


Kanalreunion.com