Actualités

Eric Fruteau et Monique Tacoun pour le tram-train

Les candidats du PCR dans la 5ème circonscription présentent leur programme

Témoignages.re / 4 juin 2012

Eric Fruteau et Monique Tacoun ont présenté samedi leur programme pour les législatives dans la 5ème circonscription. Face à la gravité de la situation sociale et économique à La Réunion, ils proposent d’ériger notre île en un espace global de développement durable et solidaire. Trois conditions sont indispensables pour relever ce défi. D’abord, la lutte contre toutes formes d’exclusion, et la première des exclusions, c’est le chômage.

« Il nous faut donc donner clairement la priorité à l’emploi aux jeunes Réunionnais aussi bien dans le public que dans le privé », expliquent les deux candidats du PCR. Tous les secteurs créateurs d’emplois à la fois traditionnels (l’agriculture, le tourisme) et innovants (les énergies renouvelables, les TIC, le service à la personne, l’environnement) doivent être soutenus. « Parce qu’ils sont source d’emplois pour les Réunionnais, les grands travaux tels le tram-train doivent être relancés », ajoutent-ils.
Développer durablement notre île, c’est diminuer, voire s’affranchir de l’influence des facteurs externes. Il nous faut ainsi travailler à l’autosuffisance alimentaire, l’autonomie énergétique et à la réduction de la fracture numérique. Dans le domaine de l’emploi, les candidats du camp du progrès social ont rappelé que l’État devait donner clairement l’exemple et recruter localement dans la fonction publique.

« La Réunion, espace de développement durable et solidaire »

Pour lutter contre la vie chère, Eric Fruteau propose d’en finir avec les monopoles et de faire enfin la transparence sur la formation des prix. Il faut garantir aux familles réunionnaises un prix accessible pour les produits de première nécessité.
L’accent doit être mis également sur la solidarité envers les plus vulnérables et la nécessité de rattraper le retard en matière de logement social et intermédiaire.
Pour réussir « La Réunion, espace de développement durable et solidaire », la deuxième condition est la possibilité d’adapter la gouvernance de notre île en consacrant une nouvelle étape de la décentralisation pour plus de proximité et de démocratie locale. Il faut sortir d’une logique de peur et de défiance pour une logique de la confiance au génie réunionnais. Cette nouvelle dynamique pourra être mise en œuvre grâce à un cadre législatif permettant un exercice intelligent (complet ?) du droit à l’expérimentation et à l’adaptation des normes à la réalité locale.
La troisième condition est une mobilisation optimale des mécanismes de solidarités financières entre l’Europe, la France et La Réunion (ZFU, POE, péréquation verticale) et au cœur de notre territoire entre les microrégions (fonds réunionnais de développement, péréquation horizontale). C’est ce que le candidat à la députation s’engage à faire une fois élu.

Pour le respect des engagements de François Hollande

Armé de ce projet réunionnais construit avec la population, Eric Fruteau affirme qu’il sera un député de terrain, ancré dans la réalité locale, relais des habitants de la microrégion et de La Réunion. Avec sa suppléante, Monique Tacoun, il sera l’interlocuteur des élus locaux (conseillers municipaux, généraux, régionaux et intercommunaux), pour que les initiatives enfin libérées viennent impulser à l’Assemblée nationale des propositions de loi dont les concrétisations sortiront La Réunion de l’impasse où elle se trouve.
Parce qu’il ne sera embrigadé dans aucun des 2 grands partis nationaux, Eric Fruteau, défenseur de la cause réunionnaise, veillera à ce que les engagements pris par le nouveau président se traduisent effectivement par des actes à même d’engager l’Est, Saint-Philippe et La Réunion sur la voie du changement.


Kanalreunion.com