Actualités

Éric Magamootoo : le tram-train, « un projet de société »

Témoignages.re / 20 février 2010

Un lecteur nous a adressé ce point de vue d’Éric Magamootoo, président de la Chambre de commerce et d’industrie de La Réunion, publié sur : www.tramtrain.fr, en novembre 2009.

« En première ligne durant les travaux, les commerçants et industriels sont par la suite les premiers bénéficiaires des lignes ferroviaires. Il était donc logique de rencontrer le président de la Chambre de commerce et d’industrie. Celui-ci nous livre sa vision. Et concernant les centres villes ?

Comment voyez-vous l’impact du tram-train d’un point de vue global sur la vie économique ?


- Le projet tram-train n’est pas un projet qui se résume à mettre sur des rails des locomotives et des trams qui vont se déplacer d’un point à un autre. Si ça n’était que ça, le projet du tram-train n’aurait pas été intéressant et il n’intéresserait pas. Le projet tram-train est un projet de société parce qu’il représente un bouleversement dans l’aménagement du territoire de notre pays de l’Ile de La Réunion. C’est un bouleversement dans nos comportements et c’est un bouleversement aussi dans la répartition spatiale entre les lieux de vie, les lieux de production, les lieux de services, etc. Cela est aussi valable sur le plan humain et comportemental : l’Homme réunionnais devra changer ses habitudes et, quelque part, cela anticipe sur ce rêve d’une "Réunion Écologique". À partir de ce moment, tous ces bouleversements auront forcément un impact sur l’économie réunionnaise : un bouleversement dans nos centres-villes, concernant les modes de déplacements et les lieux de productions et de services.

Cela veut dire que ce sera un plus dans la complémentarité avec les modes de transports actuels que sont les taxis, les bus, la voiture particulière, individuelle. On ne va pas mettre des trains pour aller à Saint-François ou dans les Hauts des Avirons par exemple. Donc là, il faut qu’il y ait une capillarisation du territoire en termes de transports collectifs. Tout ça aura forcément un impact sur l’économie et les entreprises à La Réunion.

- Deuxième point important : le transport tram-train amènera de nouveaux métiers en termes de maintenance et de fonctionnement de cet outil important. Et puis, il est vrai que pendant la période du chantier, nous aurons un surcroît exceptionnel de travaux, je dis bien, exceptionnel. Il y aura un pic de travaux et d’activités pendant un certain nombre d’années. Le plus important c’est quand le tram-train fonctionnera avec ces nouveaux métiers. Donc, selon moi, en tant que président de Chambre consulaire, nous devons nous préparer à toutes ces évolutions de comportement et au bouleversement de la société réunionnaise à travers cet outil qui est le tram-train. Et tout ça bien sûr doit avoir pour leitmotiv l’emploi, l’emploi et toujours l’emploi.

Et concernant les centres-villes ?

- Le tram-train n’est pas uniquement un train. Si on a ajouté volontairement le tram au train, c’est parce qu’on a intégré la problématique des centres-villes urbains. Il est vrai que nos centres-villes n’ont pas été dessinés ou construits par rapport à ce tram-train. Il y avait effectivement à l’époque le train qui passait en littoral, mais avec la densification des centres-villes, on s’aperçoit qu’il y a aujourd’hui des dysfonctionnements dans le centre urbain. Donc, cela veut dire que nous devons requalifier, redessiner nos espaces urbains, que ce soit à Saint-Denis, à la Possession, au Port, à Saint-Pierre, à Sainte-Marie. Le tram-train peut être une chance dans cette requalification, dans cette recentralité dans nos centres urbains. C’est-à-dire que cela dépendra d’une volonté politique forte, extrêmement forte de l’ensemble de nos élus, pour mettre les moyens financiers colossaux afin de restructurer nos centres-villes. Pour que ce soit des lieux de vie car, aujourd’hui, nos centres-villes ont tendance à devenir des lieux de désertification. Cela peut donc être une chance pour que la ville soit un lieu de plaisir, un lieu de culture, de rencontres, mais aussi un lieu d’échanges économiques.

Comment la CCIR souhaite accompagner le projet Tram-train et les commerçants pendant les travaux ?

- Je pense qu’au-delà des commerçants, il s’agit d’accompagner l’ensemble des acteurs économiques qui sont dans les centres-villes. Je crois que le rôle de la Chambre est double. C’est d’abord un rôle d’information : informer les acteurs économiques sur ce qui va se faire, comment ça va se faire. De plus, la Chambre pourrait être un lieu de médiation, c’est-à-dire un lieu où se rencontrent les intérêts généraux et les intérêts particuliers. Comment préserver les intérêts des particuliers au service de l’intérêt général puisque le tram-train est reconnu comme intérêt public ? Nous proposerions un lieu de rencontres et de médiation pour que nous puissions sortir par le haut dans la mise en œuvre d’un tel projet qui aura bien sûr des conséquences directes sur l’activité économique pendant un certain nombre de temps dans les centres-villes.

Quel(s) autre(s) rôle(s) la CCIR est destinée à remplir dans la perspective du tram-train ?

- Je crois que dans mon exposé, je vous ai dit que le tram-train est un projet de société. Ce projet de société passera obligatoirement par la formation, et la Chambre doit prendre une place importante dans la formation dans des nouveaux métiers, la formation de nos acteurs économiques du centre-ville pour qu’il soit encore beaucoup plus performant dans ce que sera, dans ce que doit être la ville : un lieu où tout se rencontre, l’activité économique certes, mais l’activité de services, l’activité de loisirs. Donc la formation est un point important. Et puis, la Chambre gère aussi des infrastructures que sont le port et l’aéroport. C’est comment faire en sorte que le tram-train soit un outil au service du port, de marchandises et de loisirs, puisqu’il y a le tourisme à travers les croisières, il y a aussi la grande plaisance, la pêche. Comment l’outil tram-train peut aussi être au service de l’aéroport. Il ne faut pas qu’il y ait opposition, mais complémentarité des services, des dessertes, et surtout ne pas tomber dans le danger de croisement frontal des flux. Il faut que les flux aillent dans le même sens, mais en parallèle. Donc il faut veiller à ce que cette complémentarité et le tram-train servent ces deux infrastructures et non pas que ces infrastructures soient au service du tram-train.
La Chambre a un rôle fondamental au niveau de la formation et au niveau des évolutions de mentalités ».



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Il ne faut pas faire des élections régionales unréférendum pour ou contre le tram train . Le projet tram train est un projet de développement comme un autre qui a ses forces et ses faiblesses, et il est normal qu’il ne fasse pas totalement l’unanimité . Mais à force de dire que ceux qui ne sont pas d’accord avec le tram train tel qu’il est proposé sont des fossoyeurs, et sont contre le déveploppement de la réunion, on diabolise le débat sur ce projet qui est malgré ses faiblesses plein de promesse pour la Réunion .
    Ên faisant des élections régionales un référendum pour ou contre le tram train on recommence les érreurs que nous avons déjà commises dans le passé .
    Rappelons nous ! Dans les années 1970 certains ont transformé toutes les élections organisées à la Réunion en un référendum pour ou contre l’autonomie et ils ont gagné . Dans les années 1980 quand l’arrivée au pouvoir de la gauche en France est venue démontrer qu’un gouvernement de Gauche ne nous conduisait pas forcément vers l’autonomie , certains pensant que l’intitution de l’assemblée unique était une manoeuvre politique qui pouvait nous conduire à l’indépendance ont transformé chaque élections dans notre département en un référendum pour ou contre l’assemblée unique , et ils ont gagné le gouvernement a reculé . Lors des municipales de 2001, certains après avoir changé d’avis une ou deux fois , pensant que la bidépartementalisation était également une manoeuvre pour nous conduire vers l’assemblée unique qui avait été rejetée 20 ans auparavant ,ont transformé le scrutin en référendum pour ou contre la bidépartementalisation , et ils ont gagné , la bidep n’est pas passée et certains hommes politiques bien en vue ont payé cher leur position pro bidep . La même chose s’est produite en 2004 pour les élections européennes qui sont devenues ue question confiance posée à l’echelle nationale sur la politique du gouvernement , et çà a marché , avant d’élire leurs députés européens les électeurs ont dabord sanctionné le gouvernement .
    Au jourd’hui, avec la tournure que prend le débat sur le tram train, on est entrain de faire la même chose , et beaucoup de ceux qui ont vu dans le tram train un grand projet de developpement pour la réunion ne veulent pas se faire piéger par le débat et prennent leur distance ,car les élections régionales ne peut être un référendum sur le tram train , mais l’occasion de désigner des hommes et des femmes qui prendront à coeur tous les intérêts de la réunion .
    Alors attention aux raccourcis trop faciles et essayons de voir autre chose que le tram train , si non les mêmes causes produiront les mêmes effets et les trompeurs risquent d’être trrompés .

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com