Actualités

Éric Woerth pris dans une affaire de conflit d’intérêt

Affaire Bettencourt/Woerth, 1ère Partie

Céline Tabou / 22 juillet 2010

Les affaires s’empilent contre les ministres de Nicolas Sarkozy, mais celle qui fait grand bruit est l’affaire Bettencourt/Woerth. Celle-ci a mis en évidence un possible conflit d’intérêt de la part du ministre du Travail, auparavant du Budget. Cette histoire de “gros sous” entache l’action politique de Nicolas Sarkozy, placée sous le signe d’un plan de rigueur d’une austérité rarement vue.

Depuis le 16 juin, le ministre du Travail fait face à une série de révélations le mettant en cause dans l’affaire Bettencourt. Celle-ci est devenue en trois semaines l’affaire Woerth. Les soupçons portent sur l’embauche de sa femme, les dons à son micro-parti de la part de Liliane Bettencourt et le versement par le fisc de 30 millions d’euros au titre du bouclier fiscal.

L’affaire Bettencourt devient l’affaire Woerth

Le conflit juridique oppose Françoise Bettencourt-Meyers, fille de Liliane Bettencourt, au photographe François-Marie Banier pour « abus de faiblesse ». La fille unique de Liliane Bettencourt transmet à la police des enregistrements de conversations entre sa mère et ses principaux conseillers, convaincue que cette dernière est dépouillée de ses biens.

La polémique commence à se faire sentir contre Éric Woerth lorsque ces enregistrements sont publiés dans la presse. Ils ont révélé diverses opérations financières par l’intermédiaire de son conseiller Patrice de Maistre, destinées à cacher les comptes de Liliane Bettencourt au fisc, ainsi que des relations entre le ministre (alors du Budget) Éric Woerth, son épouse et Liliane Bettencourt.

En tant que trésorier de l’UMP, il prend la présidence d’une "Amicale" soutenant financièrement Nicolas Sarkozy, celle-ci regroupe le gotha de la finance et du CAC 40. Plus tard, promu ministre du Budget, il se serait associé à Patrice de Maistre pour obtenir un soutien financier pour cette "Amicale", ainsi que l’embauche de son épouse comme gestionnaire de la fortune de l’héritière de L’Oréal, Liliane Bettencourt.

Conflit d’intérêt

Les enregistrements concernant Éric Woerth révèlent, selon le site "Mediapart", un conflit d’intérêt de la part du ministre du Budget. En effet, Patrice de Maistre aurait indiqué à la police qu’Éric Woerth aurait permis à Liliane Bettencourt d’obtenir l’Hôtel de la Monnaie, afin de construire un auditorium André-Bettencourt au sein de l’Institut de France.

La milliardaire annonce la régularisation de l’ensemble de ses avoirs « qui seraient encore aujourd’hui à l’étranger », attestant qu’elle avait bien mis une partie de sa fortune à l’abri du fisc. Ensuite, le ministre du Travail annonce la démission de Florence, son épouse, de la société Clymène, qui gère la fortune de Liliane Bettencourt. Ces deux annonces mettent en évidence, selon le “Nouvel Obs”, l’existence d’un conflit d’intérêt entre Éric Woerth, ministre du Budget, et l’héritière de L’Oréal.

Une autre intrigue a été révélée par le site "Mediapart". Liliane Bettencourt aurait participé au financement d’un parti politique en Picardie, où Éric Woerh est maire de Chantilly. Ce micro-parti est appelé Association de soutien à l’action politique d’Éric Woerth (AFASAÉW). "Mediapart" met en évidence un don de 7.500 euros de la part de l’héritière. De plus, la trésorerie de l’UMP contribuerait à financer ce parti politique local, d’après le site.

Les enregistrements nous apprennent aussi que Liliane Bettencourt, à la demande de Patrice de Maistre, aurait signé des autorisations de paiement à Valérie Pécresse, Éric Woerth et Nicolas Sarkozy. Les conversations captées clandestinement évoquent, d’après le “Nouvel Obs”, que Patrick Ouart, ancien conseiller pour les Affaires judiciaires de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, serait intervenu dans le dossier avant et après son départ de l’Elysée.

 Céline Tabou 



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Après avoir entendu parler des compétences de Madame Woerth, de ses diplômes, de sa faculté à gérer sa carrière toute seule, il est surprenant que Monsieur Woerth soit allé rencontrer Monsieur De Maistre pour parler de la carrière de son épouse.
    Maintenant, Monsieur Woerth qui a remis la légion d’HONNEUR à Monsieur De Maistre ne peut pas dire que celui-ci émet des allégations mensongères ; où serait l’ HONNEUR dans cette affaire ?

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com