Actualités

Eugène Rousse : Dans la 2ème circonscription, je voterai pour Jean-Yves Langenier

Elections législatives

Témoignages.re / 29 mai 2012

À la demande de Pierre Vergès, Eugène Rousse a présidé le Comité de soutien à la candidature d’Huguette Bello dans la seconde circonscription en 1997. Il explique pourquoi le 10 juin prochain, il votera pour Jean-Yves Langenier, candidat du Parti communiste réunionnais dans la seconde circonscription.

À l’occasion des élections législatives des 10 et 17 juin prochains, la seconde circonscription — qui regroupe les communes du Port et de La Possession et trois cantons de la commune de Saint-Paul — est assurément celle où de nombreux électeurs doivent se demander pourquoi des camarades d’hier sont devenus aujourd’hui d’inconciliables adversaires.
Observateur et souvent acteur de la vie politique réunionnaise depuis plus de cinquante ans, en particulier dans l’Ouest de l’île, je me propose de relater un certain nombre de faits qui ont conduit à cette lutte fratricide. Une division d’autant plus regrettable qu’elle se situe à un moment où les partisans du changement ont le devoir de se serrer les coudes.

Un solide bastion de la gauche

N’oublions pas que la 2ème circonscription de La Réunion est un solide bastion de la gauche depuis sa création il y a 25 ans. Les résultats de tous les scrutins qui s’y sont déroulés au cours de cette période le prouvent :
• Le 6 juin 1988, dans la 2ème circonscription, le candidat communiste Laurent Vergès est l’unique élu du premier tour dans l’île, qui compte alors cinq circonscriptions. Il recueille 56,9% des voix, dont 47,2% dans les cinq cantons de Saint-Paul.
• En mars 1993, toujours dans la 2ème circonscription, Paul Vergès est élu au second tour avec 54,89% des voix, dont 47,44% à Saint-Paul.
• Le 15 septembre 1996, Paul Vergès ayant été élu sénateur le 14 avril de la même année, Claude Hoarau est le candidat communiste de la 2ème circonscription. Il est élu avec 56% des voix, dont 46,8% à Saint-Paul.
• Aux législatives des 10 et 17 juin 1997, consécutives à la dissolution de l’Assemblée nationale par le Président Jacques Chirac, Claude Hoarau accepte la proposition de son parti qui lui suggère de quitter Saint-Paul pour la 5ème circonscription (l’Est de l’île), où il distance le candidat de la droite ultra, Jean-Paul Virapoullé, de 7 points au deuxième tour.

À la demande de Pierre Vergès

En remplacement de Claude Hoarau, la Direction du PCR propose à Huguette Bello d’être candidate dans la 2ème circonscription. À la demande de Pierre Vergès, j’ai le grand honneur de présider le Comité de soutien de la candidate. Ce comité tient sa réunion constitutive à la Grande-Fontaine le 2 mai 1997, en présence notamment de Pierre et Laurence Vergès. Cette dernière invite l’assemblée à « s’engager derrière Huguette pour qu’elle soit élue dès le premier tour ». Tous les intervenants mettent l’accent sur les qualités de la candidate ; Jean-Yves Langenier, alors maire du Port, déclarant pour sa part : « J’ai beaucoup de plaisir à voir cette candidature d’une militante authentique de la cause des femmes de La Réunion ».
C’est sans surprise que le 17 juin 1997, Huguette Bello, dont le suppléant est le socialiste Hary Mardénalom, est élue avec 61,76% des voix. Les électeurs du Port lui ayant accordé 78,93% de leurs suffrages, ceux de La Possession 73,13% et ceux de Saint-Paul 52,15%. Le Port et La Possession lui apportant autant de voix que Saint-Paul.
Huguette Bello devient ainsi la première femme réunionnaise à occuper un siège au Palais Bourbon. Aux législatives du 16 juin 2002 et du 17 juin 2007, ses scores atteignent dans la seconde circonscription respectivement 54% et 59,61%.

Des succès grâce au PCR

Ces succès électoraux d’Huguette Bello, grâce au PCR, conduisent tout naturellement la Direction du Parti à lui confier la tête de liste aux municipales des 16 mars 2008 et 4 octobre 2009 dans la grande commune de l’Ouest. Avec l’aide de la municipalité portoise et des militants communistes du Port, elle est élue maire de Saint-Paul, au terme d’une épuisante campagne sur le terrain.
Mais l’euphorie populaire que provoquent ces dernières victoires ne fait pas oublier aux dirigeants du PCR qu’un fossé a commencé à se creuser entre eux et Huguette Bello.
Le contentieux qui les oppose à la députée-maire remonte en fait aux élections régionales de mars 2004. Cette année-là, elle déclare qu’elle acceptera de figurer sur la liste des candidats aux régionales conduite par Paul Vergès à la seule condition qu’elle occupe la deuxième place, qui est déjà proposée à la Docteure Catherine Gaud et acceptée par cette dernière, dans le cadre d’un large rassemblement des Réunionnais pour le développement durable de leur pays.

Frustration personnelle

Devant le refus qui lui est opposé, Huguette Bello ne cache pas son mécontentement et se retire. Ses relations avec la Direction du PCR resteront toutefois quasi-normales jusqu’à la fin 2009. À partir de cette date, le souvenir de la frustration personnelle ressentie cinq ans plus tôt à la pyramide inversée semble la conduire à la recherche d’une revanche et d’un règlement de compte au détriment de l’intérêt collectif.
Désormais, Huguette Bello aura constamment dans son collimateur la famille Vergès, devenue plus tard, selon elle, la « dynastie Vergès », à laquelle elle prête injustement l’intention de soi-disant venir la menacer dans son fief saint-paulois. Aussi n’hésite-t-elle pas à jouer contre son camp lors des régionales de mars 2010 et des sénatoriales de septembre 2011. L’échec des listes conduites par Paul Vergès à ces élections, dont elle n’est probablement pas la seule responsable, ouvre alors les portes de la Région à l’UMP et prive Gélita Hoarau — qui avait apporté son soutien à Huguette Bello en juin 97 — d’un siège au Sénat.

Une rupture inévitable

Devant ce franchissement volontaire des principes et des valeurs du Parti, le secrétaire général du PCR, Élie Hoarau, écarte toute idée de sanction et entend privilégier le dialogue, persuadé qu’il parviendra à renouer les liens entre le Parti et celle dont il a assuré lui-même succès et promotions en politique, en particulier lorsqu’il était maire de Saint-Pierre. Ce n’est cependant pas sans amertume qu’il constate que la députée-maire de Saint-Paul n’assiste plus aux réunions habituelles des instances dirigeantes du PCR auxquelles elle n’a pourtant cessé d’appartenir ; des réunions consacrées essentiellement à la recherche de solutions aux graves problèmes auxquels l’île est confrontée. La rupture semble inévitable lorsque bien avant la désignation par le PCR de ses candidats aux prochaines législatives, Huguette Bello annonce qu’elle sera candidate dans la 2ème circonscription et qu’elle entend y conserver sa « place ».
Or, c’est une place qui n’est plus tout à fait celle qu’elle occupait jusqu’à présent, puisqu’elle est amputée de la commune de Trois-Bassins et des deux cantons les plus importants de Saint-Paul. Sa place, c’est aussi la 7ème circonscription, composée de la totalité des territoires enlevés à l’ex-deuxième circonscription ainsi que des communes des Avirons, de l’Étang-Salé et d’un canton de Saint-Louis.

Un défenseur de plus à Paris

Il n’est donc pas étonnant que les militants de l’ensemble des sections communistes de ces deux circonscriptions et la Direction du PCR proposent à Huguette Bello d’être candidate dans la 7ème circonscription ; sa notoriété et le soutien actif de son parti lui donnant de réelles chances de l’emporter dans la nouvelle circonscription créée suite à un découpage voulu par Paris et à laquelle appartient une partie de sa commune. L’occasion lui était ainsi offerte de donner aux Réunionnais un défenseur de plus à Paris. Cette proposition logique et juste ne fait qu’irriter la députée-maire, à un point tel qu’elle estime que l’heure du divorce a sonné et que le moment est venu pour elle de créer le "Mouvement pour La Réunion", une organisation politique qui ne devrait rien lui refuser.
Devant l’obstination d’Huguette Bello à vouloir à tout prix conserver son électorat du Port et de La Possession, la Direction du PCR reste cette fois intransigeante. Son candidat dans la 2ème circonscription sera les 10 et 17 juin Jean-Yves Langenier, maire du Port depuis près de 20 ans. Il s’agit d’un candidat que j’ai connu et apprécié alors qu’il était élève dans le collège où j’exerçais, puis lorsque je suis devenu l’un de ses conseillers municipaux à la Mairie du Port. C’est donc sans hésitation que j’ai adhéré à son Comité de soutien et que je voterai pour lui aux prochaines législatives.

Eugène Rousse



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Merci Monsieur Rousse d’avoir plus que rafraichi nos mémoires. Il est possible que pour beaucoup il n’en est point puisque l’information n’a pas ou pas suffisamment été transmises. J’aurai tant aimé que des personnes comme vous, de votre génération, de votre trempe puissent encore nous laisser des témoignages relatifs à des faits qui intéressent aujourd’hui toute la population.
    Merci encore Monsieur Rousse .

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com