Actualités

Fabrice Hoarau : « Je ferai tout pour être digne de reprendre le flambeau »

Rassemblement du P.C.R. à Saint-Louis

Témoignages.re / 5 mars 2012

La conférence extraordinaire de Saint-Louis a été également l’occasion pour le PCR de présenter son nouveau candidat aux législatives dans la 7e circonscription : Fabrice Hoarau, membre du secrétariat du Parti.

Au-delà de la réponse à l’urgence sociale, Fabrice Hoarau a souligné l’attitude constante du Parti, qui depuis plus de 50 années fait primer les enjeux du développement social, moral et technique sur les considérations politiciennes ou les querelles de personnes. Les élections présidentielles et les législatives qui suivront constitueront, une fois encore, un temps fort de cette stratégie.

Imposer des mesures fortes

« Il est très vraisemblable que nous aurons un changement à la tête de l’État à l’issue des présidentielles, et nous ferons tout pour y participer », anticipe le conseiller municipal communiste d’opposition de l’Étang-Salé. « À nous de mettre toute notre énergie dans cette bataille, afin d’en faire un tournant de l’histoire de notre pays. Le moment est venu d’imposer des transformations décisives, afin de créer de l’emploi pour la jeunesse. Nous ferons acter par le gouvernement qui succèdera au régime de Sarkozy, un ensemble de mesures fortes pour donner du travail à la jeunesse. Car c’est bien cela qu’il y a dans les mots d’ordre tels que l’autonomie énergétique ». Il faut le savoir : « à la pose, à l’entretien, à la fabrication, chaque stade d’installation de panneaux photovoltaïques est créateur d’emplois qui seront occupés par notre jeunesse ».

Bassins d’emplois et actions concrètes

Même bassin d’emplois dans le programme d’autonomie alimentaire. S’appuyant sur des exemples concrets, Fabrice Hoarau a fait apparaître les perspectives d’emplois dans ces domaines. Ainsi, « la production de lait n’est assurée localement qu’à un septième à peine de nos besoins. Ne serait-ce que pour produire notre propre lait, le développement des activités donnerait du travail à de nombreux jeunes planteurs ». L’aménagement du territoire est un autre terrain permettant de régler à la fois la crise sociale et le déficit de développement dont, malgré les efforts, notre pays continue de pâtir. Fabrice Hoarau a ainsi rappelé en termes forts l’immense opportunité que représenterait la reprise du chantier du chemin de fer pour les Réunionnais. Une modernisation qui « ira de pair avec la protection de notre terre, ce patrimoine inestimable dont nous héritons. Lutter contre l’érosion, maîtriser les ravines, préparer le pays aux changements climatiques, ces grands travaux seront, eux aussi, le théâtre d’un renouveau d’emploi pour cette jeunesse qui descend dans la rue parce qu’elle veut du travail. Dans ce domaine, l’actualité nous rappelle chaque jour à nos devoirs : à nous d’en faire une chance pour faire gagner La Réunion. Voyez ainsi cette dramatique sécheresse, qui a frappé durement tous les planteurs de notre île… On fait le maximum pour accorder une aide d’urgence, et il faut l’accorder. Mais il est nécessaire de prévoir, enfin, des règlements pour l’avenir, qui limiteront les effets de ce problème. Par exemple, construire des retenues collinaires, qui retiendront les eaux de pluie, de rosée, d’écoulement. Et la Région, qui se prépare à dépenser 150 millions pour les beaux yeux des pétroliers, en leur construisant un second terminal, ferait mieux de regarder du côté des planteurs… Et d’investir cet argent pour améliorer leur sort ».

Imposer des solutions réunionnaises

La solidarité entre les générations sera elle aussi payante : elle permettra à la fois « un regain d’emplois, dans la garde des enfants et l’aide à nos gramounes, mais aussi une aide matérielle indispensable à toutes celles et ceux qui iront travailler ». Mais pour cela, martèle le jeune candidat, « il faut avoir la volonté de combattre et d’aller à Paris pour imposer nos solutions. Cette tâche, seul notre Parti, le PCR, peut l’accomplir. Pourquoi ? Parce qu’il est le seul parti de La Réunion qui ne reçoit pas d’ordres hors de La Réunion. Parce qu’un député communiste réunionnais n’a personne au-dessus de lui pour lui dire ce qu’il faut faire ou ne pas faire pour son pays. Ce Parti, aujourd’hui, donne une chance aux jeunes en désignant notre camarade Éric Fruteau, notre camarade Yvan Dejean et moi-même. Nous sommes fiers, je suis fier de l’honneur qui est fait à mes camarades et à moi-même. Je ferai tout pour être digne de reprendre le flambeau ».


Kanalreunion.com