Actualités

Faire entendre la voix du peuple réunionnais

Elections présidentielle et législatives : accélération des événements sur fond de crise

Manuel Marchal / 6 décembre 2016

La campagne de la présidentielle s’accélère sur fond de crise en Europe. Dans cette situation, la priorité est de faire entendre la voix du peuple réunionnais. C’est un combat de Paul Vergès que le Parti communiste réunionnais s’est engagé à poursuivre.

JPEG - 94.9 ko
Ferveur et appel à poursuivre le combat, c’était le message du peuple le 15 novembre dernier.

Sans surprise, le Premier ministre a annoncé hier sa candidature à la présidence de la République. Manuel Valls a également indiqué qu’il soumettra sa candidature à la Primaire du Parti socialiste. Il a aussi choisi de démissionner de son poste de Premier ministre. À 6 mois de l’élection présidentielle, un nouveau gouvernement va donc être nommé.

Cette candidature supplémentaire se déclare sur fond de crise politique en Europe. En Grande-Bretagne, la majorité des suffrages lors d’un référendum se sont dits pour la sortie de l’Union européenne. Cette décision marque un coup d’arrêt à l’extension continue d’un ensemble économique vieux de 49 ans. Un nouveau gouvernement a donc pour mission de faire respecter ce choix du peuple.

Dimanche en Autriche, l’extrême droite a obtenu plus de 40 % des suffrages à l’élection présidentielle. C’est un résultat très inquiétant dans un pays qui s’est proclamé première victime du nazisme, d’autant plus que la situation économique de l’Autriche est plus favorable qu’en Grande-Bretagne ou en France.

Enfin toujours dimanche, un référendum en Italie sur une réforme institutionnelle a donné une large victoire aux opposants, près de 58 %. Le président du Conseil des ministres avait fait campagne pour la réforme, et avait mis sa démission dans la balance. Hier, il a présenté sa démission. L’Italie représente la troisième économie de la zone euro.

Quand une image n’est plus porteuse…

C’est donc dans ce contexte très mouvant que commence la campagne de l’élection présidentielle. Ce scrutin sera suivi un mois plus tard par les législatives. C’est une période bien incertaine qui s’ouvre. Les instituts de sondages ont en effet montré leurs limites. Les commentateurs perdent leur instrument favori de prédiction. Mais une chose est sûre. François Hollande et le Parti socialiste ne font plus recette.

Le président de la République avait conditionné sa candidature à l’inversion de la courbe du chômage. En France, le nombre de chômeurs recensé dans les statistiques officielles a baissé. Mais François Hollande a décidé de ne pas être candidat à la prochaine présidentielle, il bat des records d’impopularité et est contesté dans son propre camp. C’est la première fois qu’un président de la République arrivant au terme de son premier mandat ne se représente pas devant les électeurs.

Il y a donc fort à parier qu’à La Réunion, aucun candidat aux législatives ne mettra la photo de François Hollande sur ses affiches électorales alors que c’était la grande mode voici 4 ans. Lors de leur élection, les 7 députés de La Réunion étaient tous membres de la majorité présidentielle, ils avaient fait campagne en mettant en avant leur soutien à François Hollande. Parmi ces 7 députés, des décisions ont été prises. Elles traduisent une volonté d’être en prise avec le rejet par l’opinion de la politique menée depuis 2012, une politique à laquelle ils ont participé. Deux députés sortants ont décidé de ne pas solliciter un nouveau mandat. Un troisième a fait campagne pour Alain Juppé lors des Primaires de la droite et du centre. Une quatrième cherche à se démarquer du Parti de François Hollande dont elle conduisait la liste aux élections régionales il y a moins de 12 mois.

Le besoin d’un Parti aux côtés de la population

Devant la fièvre qui commence à monter à l’approche de ces échéances électorales, les problèmes de la population ne changent pas. Les Réunionnais vivent dans un pays touché par le chômage de masse, la pauvreté, le manque de logements, l’illettrisme et les inégalités. Depuis 2012, la situation ne s’est pas améliorée au fil des scrutins.

Le 15 novembre dernier, le peuple réunionnais avait manifesté une volonté lors des funérailles de Paul Vergès. Il a salué le bilan de notre regretté camarade, et a demandé que ses luttes soient poursuivies. La ferveur manifestée par les drapeaux rouges et les encouragements en direction des communistes ont reflété le besoin d’un parti qui a comme priorité la défense des intérêts de toute la population. C’est une lourde responsabilité qui pèse sur les communistes. Lors des obsèques, Elie Hoarau a donné une première réponse. Il a rappelé l’engagement du PCR à poursuivre les combats de Paul Vergès. Cet engagement a été réaffirmé par les décisions du Conseil politique qui a suivi : Elie Hoarau nommé président du PCR et organisation d’un Congrès en janvier prochain.

Cela veut dire que dans les mois qui viennent, le PCR sera le porte-parole de la population pour faire avancer la cause du peuple réunionnais.

M.M.