Actualités

« Faire face à l’urgence sociale »

Les propositions de l’Alliance

Céline Tabou / 12 mars 2010

Présidée par la sénatrice Gélita Hoarau, la conférence de presse des candidats de l’Alliance — Brigitte Malet, Sylvie Mouniata, Marie-Christine Grondin, Nelson Técher, Murielle Maillot et Jean Perrot — a permis de présenter les propositions de l’Alliance pour faire face à l’urgence sociale.
Chaque candidat a exposé ses préoccupations, et proposé des solutions pour réduire le fossé social à La Réunion.

• Brigitte Malet

« Il faut rappeler qu’à La Réunion, des milliers de foyers ont du mal à survivre »

Mme Malet a souhaité éclaircir la situation du chômage à La Réunion, et expliqué que la situation risque de s’aggraver à l’avenir, notamment avec la hausse de la population. La militante d’Agir pou nout tout lutte pour le pouvoir d’achat, et propose la transparence sur les prix.

• Sylvie Mouniata

« Tous ensemble, avec ses compétences, pour prendre à bras le corps l’urgence sociale »

La militante du Parti communiste réunionnais a indiqué que ces élections régionales étaient « une opportunité pour nous de mettre en place une politique sociale ». Elle souhaite la création d’emplois dans les domaines de l’aide à la personne et de l’environnement. « Il existe un gisement d’emplois dans l’environnement », qui sortirait « le peuple réunionnais de l’assistanat ».

• Marie-Christine Grondin

« Je souhaite éradiquer toutes les inégalités que je vois autour de moi »

Cette cadre d’une entreprise privée précise qu’elle ne vit pas de la politique, et qu’elle voit les efforts fournis à Trois-Bassins avec la création d’Ateliers chantier d’insertion. Ces ACI ont créé 29 emplois, « si on développe ce qui existe déjà, ce sont des milliers d’emplois que l’on peut créer ». Marie-Christine Grondin explique qu’il faut « capitaliser ce qui a été fait à Trois-Bassins, et dans toute l’île ».

• Murielle Maillot

« L’économie sociale peut être une nouvelle économie alternative pour répondre à l’urgence sociale »

Travaillant dans l’Association pour la protection et l’aménagement de l’Oasis, Murielle Maillot explique qu’il est nécessaire aujourd’hui de créer une économie sociale et solidaire, qui gérerait les échanges différemment et répondrait à l’urgence sociale. Elle a également indiqué que « la vie associative est l’équilibre de la société, elle diminue la fracture sociale et peut contribuer à cette nouvelle économie ». Elle conclut : « il faut croire aux secteurs porteurs que sont l’aide à la personne et l’environnement pour que La Réunion rayonne ».

• Nelson Técher

« Le taux de chômage est plus élevé dans les zones éloignées des centres éducatifs »

Le syndicaliste du Groupe hospitalier Est Réunion explique que « les élèves perdent trop de temps dans les transports et pas assez dans leurs cahiers ». Il préconise la création de logement éducatif pour les élèves éloignés, ce qui « leur permettrait de réduire le temps passé dans les transports ». Cette solution pourra diminuer le chômage sur le long terme, et augmenter le taux de réussite.

• Jean-Roger Perrot

« L’éducation est importante pour La Réunion »

Cet ancien directeur d’école constate que les moyens dans l’éducation diminue au fur et à mesure des années. Pour pallier à l’illettrisme et à l’échec scolaire, il souhaite une prise en charge de l’enfant, dès son plus jeune âge. « Il faut donner les moyens, dès aujourd’hui, sans supprimer des postes dans l’enseignement, mais aussi apporter des solutions pour faire gagner l’urgence sociale ». Jean-Roger Perrot explique que l’éducation est une priorité pour l’État, mais « le budget diminue de plus en plus ». L’Alliance propose des mesures pour faire face à l’échec scolaire et à l’illettrisme et qui pourraient réduire les dégâts.

La sénatrice Gélita Hoarau a conclu la conférence en reprenant les propos des candidats, « il faut une économie sociale et solidaire, qui pourrait réduire le chômage, l’illettrisme et développer durablement La Réunion ».

Céline Tabou


Kanalreunion.com