Actualités

Faire payer aux Réunionnais le comblement du déficit creusé par l’UMP

La véritable feuille de route du gouvernement

Manuel Marchal / 17 novembre 2010

Hier soir, le président de la République devait intervenir pendant 90 minutes en direct sur trois chaines de télévision. L’objectif était de communiquer sur la feuille de route du gouvernement. Au-delà des effets d’annonce, la première tâche de ce gouvernement sera de faire passer un budget de restriction sans précédent. Et dans ce cadre, l’Outre-mer sera très durement mis à contribution.

À peine 48 heures après quelques retouches apportées au gouvernement, le président de la République a eu hier soir la possibilité de s’exprimer sans contradicteur durant 90 minutes à l’heure de plus grande écoute, et cela sur les trois chaines de télévision les plus regardées en France : TF1, France 2 et Canal+. À La Réunion, le discours de Nicolas Sarkozy était relayé par RFO. Mais étant donnée l’heure tardive, nous n’avons pas la possibilité de commenter les annonces qui devaient être faites. Le thème de l’intervention était en effet la feuille de route fixée au gouvernement durant les 18 derniers mois de Nicolas Sarkozy à l’Élysée.
Malgré tout, cette intervention a lieu dans un contexte qui efface tous les effets d’annonce.
C’est tout d’abord un record d’impopularité pour le chef de l’État. Jamais un président de la République n’a été aussi bas dans les sondages. Au lendemain de la promulgation au "Journal officiel" d’une réforme des retraites refusée par tout le monde, une opération de communication a été lancée pour tenter de rebondir. Plusieurs ministres ont été remerciés, d’autres ont changé de postes et quelques nouveaux font leur apparition ou leur retour dans le gouvernement. Cette opération est déjà un flop dans l’opinion, puisque 64% des personnes interrogées ne font déjà pas confiance à ce gouvernement.
Personne n’est dupe, car le fond reste le même, c’est toujours l’application du programme de casse sociale de l’UMP.

La poursuite de la casse sociale

En effet, au lendemain de la réforme des retraites, c’est une autre loi dévastatrice qui est en préparation : le budget 2011. Saisissant le prétexte de la crise économique en Europe, l’UMP veut en effet accélérer la casse des services publics. Car selon son idéologie, le retour à l’équilibre budgétaire passe par la restriction maximale des dépenses publiques. D’autres pays ont fait le choix de l’investissement, mais pas Paris.
Le rythme de suppression des postes de fonctionnaires sera maintenu, et les restrictions vont s’accélérer dans tous les domaines. La nouveauté, c’est que ce gouvernement ne cache même pas son intention de sabrer dans les crédits destinés à soutenir l’emploi dans l’Outre-mer. Au lieu des 10% annoncés pour les niches fiscales, ce sera, selon les professionnels, une baisse de 25% des subventions de l’État au titre de la défiscalisation. Concernant le logement, la situation va être encore plus catastrophique avec une baisse des crédits de la LBU, la ligne budgétaire unique destinée à financer la construction et la rénovation du logement social.
Notre île a déjà été mise à contribution avec la suppression du tram-train et le report de la nouvelle route du littoral. Ce sont donc plus de 2 milliards d’euros qui sont retirés aux Réunionnais en pleine crise par la décision d’un élu de La Réunion, Didier Robert, soutenu par ses dirigeants parisiens de l’UMP.
La Réunion voit aussi le développement d’un secteur prometteur, celui des énergies renouvelables, plombé par le prochain budget qui met fin au soutien de l’État via la défiscalisation à l’installation de centrales photovoltaïques.
Aucun effet d’annonce ne pourra masquer cette réalité : le gouvernement qui est en place est celui qui fera passer un budget qui va fortement aggraver la crise à La Réunion.
C’est cela la véritable feuille de route du gouvernement.

M.M.


Quelques heures avant Sarkozy, le flop de Didier Robert

Quelques heures avant son ami Nicolas Sarkozy, Didier Robert était également l’acteur d’une opération de communication visant à faire remonter sa popularité. Il était en effet invité du journal télé de RFO, ce qui était l’occasion de tenter de corriger dans l’opinion l’impact désastreux de l’opération bat’karé à Adelaïde.
RFO a donc diffusé en l’extrait d’une interview du Premier ministre d’Australie du Sud, en anglais sans traduction simultanée ni sous-titrage.
Mais les faits sont tenaces, et dans sa traduction, la journaliste n’a pas pu être empêchée de dire que les Australiens attendent les touristes réunionnais. C’est précisément l’inverse de l’objectif recherché par Didier Robert.
Les téléspectateurs anglophones ont pu aussi avoir la confirmation qu’aucun accord n’a été signé à Adelaïde, puisque le Premier ministre a parlé d’une « déclaration d’amitié ». Autrement dit, l’opération de Com’ de Didier Robert destinée à sauver le bilan de sa dernière opération bat’karé est tombée à l’eau.


Kanalreunion.com