Actualités

Fauteuils et bureaux payés 3.000 euros pièce par la Région Réunion

Surprenant train de vie en pleine crise

Témoignages.re / 22 juin 2013

Béatrice Leperlier, conseillère régionale de l’Alliance, a donné quelques exemples du gaspillage des fonds publics à la Région. Avec le loyer du stand d’exposition des chantiers virtuels, les achats de fauteuils, de bureaux et d’un lit à 3.000 euros pièces chacun, il y a largement de quoi payer des emplois verts…

La décision modificative budgétaire présentée hier par Didier Robert demandait plusieurs dizaines de millions d’euros de crédits supplémentaires pour espérer boucler le budget 2013 de la Région. L’argument invoqué par le premier vice-président, c’était de permettre à la collectivité de payer des emplois-verts. Manifestement, un manque de sérieux budgétaire est à l’origine de ces modifications. L’examen du compte administratif le rappelle, comme l’a indiqué Béatrice Leperlier.

Tout d’abord, elle dévoile le scandale de bureaux achetés 3.000 euros l’unité, soit l’équivalent de 3 tonnes de riz. Elle met le doigt sur l’acquisition pour l’hôtel de Région d’œuvres d’art pour 20.000 euros (20 tonnes de riz), 10.000 euros gaspillés pour recouvrir de bois un escalier en béton au siège de la SPLA Maraïna. Cette société a pour PDG Didier Robert, dont le salaire flirte avec 8.000 euros, estime Béatrice Leperlier, soit 96 tonnes de riz par an. La conseillère régionale a aussi rappelé le loyer mensuel de 8.000 euros versé à l’heureux propriétaire de la Maison des Grands chantiers, place du Barachois. Un lieu désert où les rares visiteurs ont le privilège de s’asseoir sur des fauteuils à 3.000 euros pièce. Sans oublier une « délocalisation des dépenses », avec un lit acheté 3.000 euros pour meubler l’antenne de la Région à Paris. Avec tout cela, la collectivité est « dans de beaux draps ».

Personne n’osa justifier un tel scandale, sauf l’avant-dernière vice-présidente déléguée aux 2.000 bus. Fabienne Couapel Sauret a dénoncé le « misérabilisme » d’une représentante de la jeunesse. Si Madame Couapel Sauret voulait démontrer qu’elle vit dans un autre monde que le peuple, elle n’aurait pas sans doute pas fait mieux.

M.M.


Kanalreunion.com