Actualités

Firose Gador : « en finir avec l’apartheid social »

Les rapports du Congrès —3—

Témoignages.re / 11 juillet 2013

Après la présentation du texte d’orientation, le 8e Congrès a abordé le projet du PCR. Firose Gador a tout d’abord exposé l’impasse du système, voici son rapport, avec des inter-titres de "Témoignages".


Chers amis, Chers camarades,

Une des raisons de la tenue de ce congrès c’est la prise en compte de la gravité de la situation qu’on connaît à La Réunion. Rarement on a connu une crise aussi importante et on nous n’avons aucune perspective de redressement si on continue à laisser les choses telles quelles. Au contraire ce sont des perspectives d’aggravation qui s’annoncent et qui risque de déboucher sur des évènements incontrôlables et pouvant remettre en cause la cohésion de notre société.

On a eu un avant-goût lors des différentes manifestations survenues dans différentes villes. Moi-même, j’habite au Port, sur un quartier populaire et je connais dans ma famille, mon voisinage, etc. des situations où les personnes sont en désespérance (parce qu’elles n’ont pas d’emploi, ni de logements…).

J’ai été au contact de ceux qui manifestaient leur mécontentement…et au-delà de leur mécontentement, c’est un appel à l’aide. J’aurais pu dire personnellement, oté…moin lé pa la eksa. Car mi travay, moin néna mon ti poste d’Assistante Sociale…

La situation est grave

Mais j’ai considéré que ce serait indigne pour La Réunionnaise que je suis, de fermer les yeux sur tant de souffrance. Je n’ai pas de baguette magique mais « ANSAMN Nou peu faire kelkchose ». C’est aussi une des raisons pour laquelle je me suis engagée au sein du Parti Communiste, pour mener la lutte et en finir avec cet APARTHEID SOCIAL….Oui chers amis, chers camarades, APARTHEID SOCIAL.

Car la situation à La Réunion est grave et tout le monde la connait :

- 165.000 demandeurs d’emploi

On a 69% des jeunes de moins de 25 ans sortis du système scolaire sont inscrits au Pôle Emploi et dont certains très bien diplômés.

JPEG - 56.7 ko
À La Réunion, la moitié de la population vit dans l’urgence sociale.

Sur le plan social, nous avons 52% de notre population qui vivent en dessous du seuil de pauvreté nationale fixé à 910 euros. Ca c’est la pauvreté, la misère. Imaginé, et sûrement que parmi nous, il y a des camarades qui vivent dans ces situations de précarité ou même dans nos familles. Et bien on ne peut tolérer et indifférent face à de telles situations.

La situation s’aggrave également, pour le logement social. 22.000 familles sont en attente d’un logement. Et selon une étude récente, 22% des logements existants sont surpeuplés. (ex : les enfants qui ne peuvent dé cohabiter).

« Pour le rétablissement du RSTA »

Voilà la situation dans notre pays aujourd’hui… Qui peut accepter cela.???

En terme d’inégalités, rarement on a connu une société aussi inégalitaire : 20% de plus riches partagent 47% des revenus alors que de l’autre côté 20% des plus pauvres ne partagent que 7% des revenus. La comparaison montre de manière flagrante la grand écart dans notre société.

Et la politique actuelle du gouvernement va aggraver cette situation, car c’est dans ce contexte qu’il a décidé de supprimer le RSTA, qui est un complément de revenus pour les travailleurs les plus modestes. Et cela a été arraché par la lutte des travailleurs en 2009.

JPEG - 54.1 ko
Conquête de la lutte, le RSTA doit être rétabli.

Et c’est l’honneur du parti de lutter aux côtés des travailleurs pour le rétablissement du RSTA.

Autre élément d’aggravation, le gouvernement, dans sa politique d’austérité a déjà annoncé des baisses de crédits. Cela va impacter l’activité de nos collectivités, impacter l’activité économique.

A côté de cela, de graves menaces pèsent sur les retraites, les réformes envisagées dans ce domaine, risque d’amener notre population un peu plus vers les minimas sociaux et non vers une retraite digne.

« Réveillez les consciences »

Je ne vais pas m’étendre sur les menaces qui concernent l’agriculture, les réformes de la Politique Agricole Commune Européenne avec la fin des quotas des prix garantis pour la canne inquiète les planteurs de La Réunion et à juste titre. On peu se questionner sur le devenir de la canne, ne va-t-elle pas connaître le même sort que le géranium ou le vétyver ?

Dans le bâtiment, les déclarations du Premier ministre en Martinique sur le financement des investissements en Outre-mer dans le logement social et dans les industries, n’ont pas rassurés les investisseurs et n’a pas relancé la confiance.

C’est en raison de tout cela, c’est sur l’ensemble de ces problèmes que nous souhaitons réveillez les consciences pour montrer que la politique menée jusqu’à présent et depuis des décennies mais quelque soit le gouvernement ont révélé leur incapacité à régler les grands défis qui se posent à La Réunion : L’EMPLOI, LE LOGEMENT ET LE POUVOIR D’ACHAT.

C’est pour cela que nous disons qu’il faut changer de CAP, il faut résolument une autre politique.

Nous avons des propositions qui seront développées tout à l’heure. Cette autre politique n’est possible que si l’on rassemble l’ensemble des Réunionnaises et des Réunionnais sur l’essentiel.

Et pour nous Parti Communiste réunionnais, la priorité c’est d’unir, de rassembler et de mobiliser d’abord les plus pauvres, les victimes de cette politique.

Ce sont eux qui doivent être les acteurs du changement, les décideurs… Et notre Parti doivent être à leur service.


Kanalreunion.com