Actualités

Forte mobilisation pour la réussite du 9e Congrès du PCR

À 5 jours du grand événement, conférence de presse du PCR

Manuel Marchal / 1er février 2017

Le PCR, représenté par Nadine Damour, Philippe Yée Chong Tchi Kan, Maurice Gironcel, Johnny Lagrange Backary, tenait hier une conférence de presse pour présenter le 9e Congrès du Parti communiste réunionnais.

JPEG - 57.4 ko
Nadine Damour, Philippe Yée Chong Tchi Kan, Maurice Gironcel, Johnny Lagrange Backary.

À 5 jours de son 9e Congrès, le Parti communiste a tenu hier une conférence de presse pour présenter les enjeux de cette manifestation et son contexte. Sur ce dernier point, Maurice Gironcel est revenu sur la situation sociale. C’est tout d’abord un taux de chômage important, avec 182.000 demandeurs d’emploi. L’an dernier, 1463 jeunes en emploi d’avenir ont été licenciés sans solution.

Sur l’actualité politique, les primaires pour désigner le candidat du Parti socialiste ont eu beaucoup moins de succès qu’en 2012. 15.000 participants au lieu de 25000 en 2012. Maurice Gironcel rappelle que cette année, le PCR n’a pas participé à ce scrutin.

Concernant le résultat, « c’est la défaite du hollandisme sanctionné par son propre parti ». « Nous l’avions prédit. Les électeurs n’ont pas apprécié que la politique de Hollande allait totalement à l’encontre de ses promesses », poursuit Maurice Gironcel. « François Hollande avait pris des engagements sur le tram-train, MCUR, route du littoral. En France, il avait dit « mon ennemi c’est la finance ». Tout a été oublié, d’où la défaite assurée pour Hollande ». Force est de constater que « ce sont les frondeurs qui ont gagné. Comment vont-ils rassembler leur famille, sachant que Valls a parlé de deux gauches irréconciliables ? ». En effet, des responsables socialistes ont dit qu’ils soutiendront Emmanuel Macron plutôt que Benoît Hamon. C’est donc un défi énorme est posé au candidat socialiste. Maurice Gironcel évoque également « la droite empêtrée dans les affaires, Fillon va-t-il s’en sortir ? ».

Le Congrès du PCR se déroulera dans cette situation particulière.

Face à une situation bloquée, il faut un nouveau cadre, et parler d’une seule voix, dit en substance le co-secrétaire général du PCR. « Après l’ère de la liberté, l’ère de l’égalité, place à l’ère de la responsabilité ». Maintenant que les candidats sont connus, le PCR va les interpeller. Autrement dit, comment bâtir ensemble un nouveau cadre.

Thèses en débat

Philippe Yée Chong Tchi Kan a ensuite fait un compte rendu des débats sur les thèses. Il rappelle tout d’abord que ce congrès avait été décidé du vivant de Paul Vergès. Le but de ce rassemblement est de définir la ligne stratégique du PCR. La date a été avancée suite au décès de Paul Vergès.

Sur le processus, Philippe Yée Chong Tchi Kan a rappelé que la direction soumet des textes aux militants. Les documents sont amendés. Ils sont publics, accessibles sur le site de Témoignages. Ces thèses ont été envoyées à des partis politiques en dehors de La Réunion, aux forces vives de La Réunion, a précisé Philippe Yée Chong Tchi Kan. À La Réunion, trois assemblées générales régionales ont permis d’échanger avec les militants. Les textes ont été enrichis et sont déjà bien différents des projets publiés. Cela touche notamment les domaines suivants : enseignement, PME, Santé, jeunesse, femmes, environnement. Des modifications seront encore à attendre au Congrès.

Deux thèses principales sont présentées. La première analyse la situation internationale en fonction d’une grille d’analyse léguée par Paul Vergès. Elle se base sur 4 forces : pression démographique, changement climatique, mondialisation et évolution technologique. Philippe Yée Chong Tchi Kan présente ce projet de thèse qui met l’accent sur l’impact de la recherche de profit sur les conflits actuels, qui menacent la planète.

La seconde thèse constate qu’il y a matière à consensus sur un projet de société à La Réunion tourné vers la responsabilité. Elle demande que le peuple réunionnais ait le droit à la responsabilité pour conduire les affaires de son pays. D’où des propositions pour ce nouveau cadre, sur lesquelles les forces vives sont amenées à se prononcer.

Johnny Lagrange Backary est ensuite revenu sur le contenu des échanges. « Ce furent des débats riches, passionnants et passionnés », a-t-il précisé. « La contribution de chaque militant a plus qu’agréablement surpris. Il a fallu faire face à une montée en charge des demandes de participation, pour limiter le nombre de délégués à 400. Les gens rencontrés souhaitaient s’exprimer de manière profonde, sincère, avec un réel questionnement sur le devenir du pays ».

« Deux propositions ont émergé lors des débats : deux grands services d’intérêt public dans l’environnement et l’aide à la personne », poursuit Nadine Gironcel. Sur ce dernier point, il est notamment question de la lutte contre l’illettrisme, avec la mise en œuvre de la méthode cubaine à Sainte-Suzanne.

Hommage à Paul Vergès

Nadine Damour a ensuite évoqué l’hommage à Paul Vergès. « Il aura lieu tout au long de ce congrès », a-t-elle dit. « L’engouement des militants et la fidélité au combat de Paul Vergès est profonde ».

« Notre 9e congrès ne laisse personne indifférent », a souligné Maurice Gironcel, « des rencontres ont permis de constater cet appel au changement, tout en sauvegardant les acquis sociaux obtenus grâce à la lutte des Réunionnais ». Le co-secrétaire général du PCR annonce aussi la présence de deux invités particuliers. Une délégation du PCF a confirmé sa participation. Rappelons que le PCR est issu d’une fédération du PCF. Le PCF a été un fidèle soutien de la lutte du peuple réunionnais pour le progrès.

« Nos amis chagossiens seront là également. Ils mènent un combat contre ceux qui les ont expulsés de leur pays », a annoncé Maurice Gironcel. « 7 Prix Nobel ont écrit à Barack Obama pour lui demander de ne pas renouveler l’interdiction d’installation des Chagossiens. Cette expulsion est inhumaine ». Il a indiqué qu’une lettre de Mme Bancoult sera reproduite. Elle y demande d’être enterrée auprès de ses deux enfants aux Chagos.

Maurice Gironcel a terminé la conférence de presse en revenant sur la question de l’intégration de La Réunion dans son environnement régional. Comment préserver les acquis sociaux obtenus par des décennies de luttes dans ce contexte ? C’est tout l’enjeu de la double intégration pour laquelle milite le PCR depuis bien longtemps.

M.M.


Kanalreunion.com