Actualités

François Chérèque se dit « concerné par les propositions du PCR »

La délégation des élus communistes reçue par le chargé de mission

Céline Tabou / 29 octobre 2013

Une délégation du Parti Communiste Réunionnais a été reçue par François Chérèque, chargé du suivi du plan gouvernemental de lutte contre la pauvreté, lundi 28 octobre à la préfecture. Durant une demi-heure, Maurice Gironcel, Yvan Dejean et Firose Gador ont présenté la situation économique et sociale « extrêmement grave » de La Réunion.

JPEG - 51.1 ko
À la sortie de l’entrevue, Maurice Gironcel, Firose Gador et Yvan Dejean ont rendu compte à la presse de la teneur de l’échange avec François Chérèque.

A la sortie de cette rencontre, Yvan Deajn a expliqué que face à « une situation compliquée et insoutenable », les mesures mécaniques envisagées ne peuvent pas lutter efficacement contre la pauvreté. Ce dernier a expliqué que «  le système avait atteint ses limites, il faut un changement de cap pour La Réunion ».

« Il y a urgence »

Quelques jours avant la venue de François Chérèque, les secrétaires généraux du PCR avaient mis en avant une série de propositions pour lutter contre la pauvreté, mais aussi permettre un « développement durable » , car « il y a urgence dans notre département ». La visite de François Chérèque entre dans le cadre d’un contexte, où « 160.000 chômeurs, 120.000 illettrés, 25.000 demandes de logement sont en souffrance » , auquel s’ajoute la fin prochaine de la prime Cospar et la suppression du RSTA qui «  a privé les travailleurs d’un complément de revenu de 100 euros. C’est un mois de salaire par an de moins  », a précédemment expliqué Yvan Dejean.

Parmi les propositions présentées à François Chérèque, Yvan Dejean a cité les deux grands services d’aide à la personne et de protection de l’environnement et la mise en place d’un Fonds d’Investissement Solidaire, «  alimenté par l’épargne des Réunionnais et notamment la surrémunération qui doit être épargnée et surtout pas supprimée  », note le tract diffusé au cours des derniers mois.

Vers des solutions pérennes pour La Réunion

Face à l’urgence de la situation, Yvan Dejean a demandé le maintien du RSTA et du COSPAR, afin « de trouver une solution pérenne à ces dispositifs ». Le PCR souhaite l’ouverture de négociations et d’une concertation large « pour trouver les moyens de financer une aide aux travailleurs pauvres ».

D’autant plus que « la réforme des retraites votées n’est pas applicable à La Réunion. C’est un désastre parce qu’avec 125.000 travailleurs en CDD ou en Intérim, les 43 ans d’annuité sont impossibles » , a expliqué Yvan Dejean. Ce dernier a également pointé du doigt les 166.000 demandeurs d’emploi qui « ne pourront pas avoir de retraite décente ». « Ceux qui ont voté cette loi ont commis un crime contre la jeunesse », se sont insurgés les secrétaires généraux Yvan Dejean, Maurice Gironcel et Firose Gador.

Les trois représentants du PCR ont salué la « réunion constructive » qu’ils ont eue avec François Chérèque, qui « a été à l’écoute, une écoute attentive ». Ce dernier « a pris en compte nos remarques et s’est dit concerné face aux propositions du PCR », a précisé Yvan Dejean. Pour qui, les propositions faites «  n’empêchent en rien une expertise de l’Etat. C’était notre objectif, il a été atteint ».

Céline Tabou


Kanalreunion.com