Actualités

François Hollande « remercie les dirigeants et militants du Parti communiste réunionnais » pour leur « intelligence, lucidité, sens de la responsabilité »

Pour la première fois de notre Histoire, un futur président de la République fait un tel éloge du PCR

Témoignages.re / 28 avril 2012

"Témoignages" a déjà souvent évoqué les propos très importants tenus par François Hollande lors de son meeting à Saint-Louis le 1er avril dernier au cimetière du Père Lafosse, où il a reçu un accueil très chaleureux de la population et des responsables du Parti communiste réunionnais. Nous avons cité à plusieurs reprises les engagements du candidat du changement à mettre en œuvre, après son élection, le contrat signé avec les Réunionnais sur la base du projet de développement que lui a proposé le PCR.

Aujourd’hui, nous revenons sur ce discours en citant un extrait avec d’autres propos très importants, comme on n’en a jamais entendu de la part d’un futur chef de l’État. C’est l’éloge qu’a fait François Hollande au PCR, et en particulier à l’esprit de responsabilité des dirigeants comme de l’ensemble des militants de ce parti.

C’est un esprit de responsabilité que devront partager le maximum de Réunionnaises et de Réunionnais le 6 mai prochain au second tour de la présidentielle autour de François Hollande puis aux élections législatives dans l’union autour de son contrat avec La Réunion. Voici donc de larges extraits du début du discours de François Hollande. Les inter-titres sont de "Témoignages".

Mesdames, messieurs, mes chers amis.

Merci d’abord pour votre accueil si chaleureux ! Il fait si chaud en même temps !

Je veux dire toute ma gratitude à Claude Hoarau de m’avoir invité aujourd’hui, ici, dans ce lieu de mémoire, dans ce cimetière du Père Lafosse. Ce cimetière des âmes perdues. En ce lieu où l’esclavage a été jusqu’à nier non seulement l’existence, mais même la mort d’êtres humains.

C’est une grande émotion que je ressens au rappel de ce que furent la traite, l’esclavage, l’asservissement, la négation même de l’humanité.

Merci à Paul Vergès

Je sais aussi combien vous êtes attachés à cette évocation, à ce lieu de mémoire. Et je veux remercier Paul Vergès de l’avoir compris, en ayant lui-même inauguré ce monument.

Je suis candidat à l’élection présidentielle et je me dois d’être aussi — par la responsabilité que je revendique, que je réclame, que je demande —l’héritier de notre Histoire.

Avec ses parts de lumière qui font notre gloire, notre honneur, notre admiration, et en même temps ses parts d’ombre que nous devons reconnaître.

Fiers d’être Réunionnais

Notre Histoire, nous devons la considérer dans son ensemble. Donc en même temps, c’est cette Histoire parfois dramatique, parfois douloureuse, parfois aussi heureuse qui a fait ce que nous sommes. Et vous, Réunionnais, soyez fiers d’être ce que vous êtes.

Ce que je vois ici devant moi, cette foule métissée, d’hommes et de femmes de parcours, d’origines, de couleurs différents. Et en même temps unis pour l’identité de votre île et pour l’attachement que vous portez à la République.

Être à la hauteur de l’Histoire

Je suis ici dans ce cimetière des âmes perdues, et c’est au nom de ces âmes perdues que nous devons une nouvelle fois être à la hauteur de l’Histoire.

Nous devons préparer la génération future. Nous devons lui donner la place qu’elle attend.

Nous devons être chacun et chacune, à notre place, des militants du progrès. Ceux qui ont confiance dans l’humanité.

Le sens de la responsabilité

Nous avons le souvenir des âmes perdues et nous avons la responsabilité des âmes de demain.

Je remercie les dirigeants du Parti communiste réunionnais, ici représenté par Élie Hoarau, d’avoir — à la veille de cette échéance majeure pour notre pays, une élection présidentielle — décidé en toute responsabilité de soutenir ma candidature dès le premier tour.

Ils auraient pu, ces dirigeants-là, faire un autre choix. Ils auraient pu attendre le second tour, considérant que c’était à ce moment-là que la véritable alternative se présentait.

Ils ont eu cette intelligence, cette lucidité, ce sens de la responsabilité de comprendre que c’était au premier tour qu’allait s’engager le mouvement qui allait permettre de gagner, de battre celui qui est là — enfin, plus pour très longtemps ! — et surtout de nous permettre — et j’en serai le premier responsable, parce que premier dirigeant du pays — de redonner confiance et espoir.

Égalité et émancipation

Oui, je salue ces dirigeants, ces militants du Parti communiste réunionnais qui, depuis des années, se dévouent pour une grande cause qu’est l’égalité. Qui a fierté, qui a revendication des droits sociaux qu’ici, à La Réunion, vous devez porter comme vous l’avez fait encore dans des mouvements récents.

Parce que vous voulez être pleinement des citoyens de la République et en même temps participer au grand mouvement d’émancipation que vous avez engagé depuis tant d’années.

Un accord pour l’élection présidentielle

Nous avons fait cet accord pour l’élection présidentielle, parce qu’un rendez-vous électoral, ce n’est pas simplement un attachement à une personne. Ça compte — et je vous remercie pour vos pancartes, vos soutiens, votre ferveur, votre amitié, vos accolades, vos poignées de main, vos embrassades —, je ne manquerai de rien et je compte sur vous.

N’hésitez pas, parce qu’une élection, c’est aussi un moment, une incarnation. Je veux être votre représentant, je ne veux pas simplement être un président distant, lointain, qui viendrait vous revoir après avoir obtenu vos faveurs et vous considérer de loin.

Moi, j’aurai toujours besoin et de votre enthousiasme et de votre engagement, et aussi de vos exigences, parce que je n’ai pas le droit de décevoir. Moi, je ne ferai pas de promesses que je ne tiendrai pas.


Kanalreunion.com