Actualités

Francophonie et Université de l’océan Indien pour favoriser l’intégration de La Réunion

Conférence de presse de Paul Vergès

Témoignages.re / 12 février 2016

La Réunion est à l’aube de changements plus importants encore qu’à l’époque du vote de la loi du 19 mars 1946. Elle est face au défi de sa double intégration dans l’Union européenne et dans sa région géographique. Pour gagner ce pari, Paul Vergès a mis hier en avant deux propositions s’appuyant sur un héritage positif de la loi du 19 mars : l’élévation du niveau de formation et la maîtrise du français. La Réunion pourrait être un acteur du rayonnement de la francophonie dans une région où l’anglais ne cesse de progresser.

L’environnement a considérablement changé par rapport à l’époque de la loi du 19 mars 1946. Le changement climatique est devenu une réalité. La mondialisation touche le coeur de l’économie réunionnaise avec la crise de la filière canne-sucre. La démographie bouleverse les perspectives : 54 millions d’habitants à Madagascar en 2050 et 100 millions en 2100. « À 800 kilomètres se crée une situation totalement nouvelle. Comme si l’Inde et la Chine étaient réunies à 800 kilomètres de Marseille », souligne le sénateur. « Comment préparer cette situation qui durera des siècles. Comment allons-nous vivre ? »

Paul Vergès propose de s’appuyer sur le développement de l’enseignement du fait de la loi du 19 mars. « Lycées, centres de recherche, CHU, aucun de nos voisins n’a l’équivalent de cela ». Au cours de son séjour en France, le sénateur a été reçu par la ministre de la Francophonie. Il lui a indiqué qu’il est possible d’utiliser cet atout de La Réunion au service de la Francophonie. Du fait de la colonisation, dans tout un océan indien baigné par l’anglophonie, il existe une base francophone : La Réunion, Maurice, Seychelles, les Comores et Madagascar. Mais avec la poussée démographique, l’activité des États-Unis à Madagascar et de la Chine dans l’Est de l’Afrique, tout cela pourrait bien être fini d’ici une génération. Et La Réunion ne serait plus alors que le seul territoire francophone dans notre région.

« C’est maintenant que le gouvernement français doit mettre les moyens pour maintenir la francophonie ». C’est un débouché nouveau pour les jeunes diplômés réunionnais majoritairement au chômage, car les 10.000 bacheliers annuels seraient insuffisants pour défendre la francophonie à Madagascar.

L’atout de La Réunion en matière de formation peut également servir à la relance du projet de l’Université de l’océan Indien, présenté par Paul Vergès au ministère de l’Enseignement supérieur. Le sénateur cite l’exemple de l’Université de Kensington en Jamaïque, pôle d’excellence pour la Caraïbe.

« Faisons le co-développement et nous serons utiles à toute la zone. C’est une carte à jouer, un atout demandé par les autres ». Ces propositions ont reçu des réponses favorables des deux ministères.

« Ne pas se tromper »

À la fin de la transition démographique de La Réunion : l’île comptera un million d’habitants, Madagascar cent fois plus, et cela durera des siècles. « On ne doit pas se tromper, en tenant compte de notre histoire, et de l’environnement géographique de La Réunion ». Le sénateur appelle à s’interroger sur l’état d’esprit d’un jeune Réunionnais dans deux générations. Tout sera bouleversé avec une superpuissance, l’Inde et autour de La Réunion des pays émergents. « À l’époque de la colonisation, on traitait les représentants de ces pays comme des esclaves ou des engagés », rappelle Paul Vergès.


Kanalreunion.com