Actualités

Fraternité

Edito

Témoignages.re / 12 octobre 2012

Avancer, tenir un cap était devenu plus difficile, plus douloureux, quand, aux coups venus du dehors, s’ajoutaient les déchirements du dedans. Lorsque l’on utilisait entre camarades des moyens que l’on utilise — ou que l’on n’utilise parfois même plus — contre les adversaires. Lorsqu’il s’agissait de « koupe le kolé » à l’un-e ou l’autre. Lorsque l’on ne tendait pas la main, ou lorsque les mains tendues étaient repoussées. Lorsque des invectives étaient proférées à l’encontre de camarades, dans leur dos. Lorsque la jalousie, l’intrigue, l’envie, l’arrogance, tous ces défauts qui résident en chacun de nous, s’engouffraient dans la brèche creusée par le manque de considération réciproque, de tolérance et de maîtrise de soi. C’est-à-dire, quand la fraternité nous a manqué... Fraternité : le terme est au centre de la démarche des communistes d’aujourd’hui, car il exclut le mensonge. Rien de plus sinistre en effet, rien de plus cruel même, que d’entendre alors prononcer ce terme essentiel d’une manière convenue, rituelle, alors que les arrière-pensées dominaient.

Affirmons aujourd’hui que tout cela est derrière nous, depuis qu’au mois de juin dernier, le PCR a entrepris sa Reconstruction. Mais affirmons, aussi, qu’il nous faudra, à l’avenir, créer assez de rencontres, d’échanges, de vérité et de respect mutuel pour que la fraternité prospère. Pour que la volonté de rassemblement et d’unité surpasse définitivement les griefs individuels, et pour que chacun ressente que la liberté de parler, de penser et d’écrire prévalent. Pour que l’élan collectif créé par celles et ceux qui sont venus avant nous, ne se brise plus dans les mille pièges minuscules que lui tendent nos orgueils. C’est le but des activités de la Reconstruction : le 30 septembre a été une étape ; il en faut d’autres car, cela a été noté, tout n’a pu être dit ce jour-là... Dès samedi, les acteurs de la Reconstruction se retrouveront ainsi pour un nouveau séminaire général, afin d’accomplir un pas de plus, ensemble.

 Geoffroy Géraud Legros 


Kanalreunion.com