Actualités

FRBTP : où sont passés les chantiers ?

25.000 emplois auraient pu être sauvés !

Témoignages.re / 21 avril 2010

• Zénith, Pôle Océan, Rocade du Tampon, logements sociaux…, Tram-train, Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise, nouvelle Route du littoral, où sont passés tous ces chantiers ?
• Où est la liste des chantiers financés par les 300 millions d’euros promis par Didier Robert ?
• Et où sont passés ceux qui encerclaient la Région en traitant les élus de "rats" pour demander d’urgence des chantiers ?

25.000 emplois auraient pu être sauvés ! La Fédération réunionnaise du BTP ne cache pas son inquiétude face à la situation du secteur en ce début d’année 2010. Non continuité des grands travaux, construction de logements libres et de logements sociaux en berne, aucune visibilité sur l’avenir : autant de choses que dénonce Jean-Marie Le Bourvellec, président de la FRBTP. Les chantiers prévus auraient permis de sauver 25.000 emplois, où sont-ils ? Où est la liste des chantiers financés par les 300 millions d’euros promis par Didier Robert ?

L’année 2009 n’a pas été bonne pour le secteur du BTP avec près de 7.000 licenciements et 1,46 milliard d’euros de chiffres d’affaires (contre 2,1 milliards d’euros en 2008). Jean-Marie Le Bourvellec mettait à l’époque beaucoup d’espoir sur l’année 2010 avec une possible reprise de l’activité, notamment grâce au lancement du chantier de construction du tram-train.

L’année 2010 est arrivée et la situation ne s’est pas améliorée. « La profession est à un niveau de perte de confiance jamais atteint jusque-là », souligne le responsable de la Fédération. Plusieurs causes à cela, pour le président du syndicat.

La faute d’abord à un manque d’investissement pour la construction de logements libres. Jean-Marie Le Bourvellec rappelle que « 9.000 logements ont été construits en 2008 pour à peine 1.000 logements en 2009, avec de surcroît un stock de 3.500 logements ». La construction de logements sociaux « ne décolle pas non plus », avec 2.000 logements prévus « alors qu’il en faudrait 6.000 ».
Jean-Marie Le Bourvellec fustige en outre « la fin des grands travaux du fait d’un changement de majorité à la tête d’une collectivité territoriale ». C’était le cas en 2008 à la suite des élections municipales avec la fin des projets Pôle Océan, rocade du Tampon ou encore Zénith. C’est de nouveau le cas en 2010 avec la fin annoncée des projets Maison des civilisations et Tram-train. « Ce sont 2,2 milliards d’euros de manque à gagner pour notre secteur sur 2 ans », lance le responsable. « Il suffit d’une élection pour faire et défaire un projet. Il faut que ça s’arrête. Nous n’avons plus de visibilité à long terme », s’emporte le président de la FRBTP.

Où est la liste des chantiers ?

Concernant les 300 millions d’euros promis par Didier Robert durant la campagne électorale pour la rénovation des équipements sportifs et culturels des communes, les membres du syndicat veulent « avoir la liste des chantiers concernés et le calendrier de mise en place ». « Ces 300 millions d’euros sont une réelle alternative pour aider les entreprises réunionnaises à surmonter la crise. Il faut sortir des effets d’annonces et passer à l’opérationnel », suggère le porte-parole de la FRBTP.
Quant au projet de nouvelle route du Littoral, « il y a des études à lancer et des délais administratifs. La Direction de l’équipement parle de 5 à 8 ans pour voir sortir de terre un projet. Et quand bien même la nouvelle majorité régionale parviendrait à accélérer le dossier, nous avons besoin de travail tout de suite », explique Jean-Marie Le Bourvellec. Si rien n’est fait, il prévoit 2.000 à 3.000 licenciements pour 2010, « sans compter les nombreuses entreprises qui se retrouveront en difficulté ». « Il faut que l’Etat et les collectivités locales relancent la commande publique. Nous ne sommes plus dans un trou d’air, c’est un vrai viaduc d’air », termine-t-il.


Les investisseurs n’ont plus confiance

Le dispositif Scellier DOM ne semble pas avoir eu les effets escomptés. Ce dispositif instauré par la Loi pour le développement économique de l’Outre-mer prévoit une défiscalisation pour l’acquisition de logements dans le secteur libre et intermédiaire en vue de la location. Son décret d’application a été publié le 30 décembre 2009, « mais les investisseurs n’ont toujours pas confiance », indique le représentant de la FRBTP. « Nous souhaitons que le gouvernement lance une véritable campagne de communication sur ce dispositif », affirme-t-il.

JPEG - 33.1 ko
L’arrêt du tram-train et de la MCUR, « ce sont 2,2 milliards d’euros de manque à gagner pour notre secteur sur 2 ans », explique Jean-Marie Le Bourvellec qui demande à la nouvelle direction de la Région de fournir la liste et le calendrier des chantiers qui seront financés par les 300 millions d’euros promis par Didier Robert. (photo Imaz Press Réunion)
JPEG - 73.8 ko
Au Tampon, Didier Robert a décidé de supprimer le chantier de la rocade prêt à démarrer : plus de 100 millions d’euros perdus. Trois ans après cette décision, toujours aucune autre alternative n’a vu le début d’un commencement, et même devant la Mairie, les embouteillages s’aggravent de jour en jour. (photo Toniox)
JPEG - 65.5 ko
À Saint-Denis, la municipalité élue en 2008 décide de stopper le Pôle Océan. Le projet était lancé et les propriétaires avaient été expropriés. Deux ans plus tard, à la place d’un chantier de 150 millions d’euros, un parking, un terrain vague, et des milliers de chômeurs de plus. (photo M.M.)
PNG - 96.9 ko
Plus fort encore que le Pôle océan : le maire de Saint-Denis élu en 2008 décide de casser un projet intercommunal déjà lancé : la première pierre du Zénith intercommunal de Saint-Denis avait été posée par Firmin Viry. Non seulement, les habitants de Sainte-Suzanne, Sainte-Marie et Saint-Denis ont perdu le bénéfice d’un investissement de 30 millions d’euros, mais ils ont dû payer 7 millions de dommage et d’intérêts aux entreprises lésées par la décision de Gilbert Annette, par ailleurs premier secrétaire de la Fédération PS.
JPEG - 72.7 ko
Didier Robert dit qu’il veut remettre en cause le tram-train en renégociant le Protocole de Matignon et affirme avoir le soutien du gouvernement. Mais il n’a aucun document pour prouver ce qu’il dit. Le gouvernement n’a toujours pas confirmé les déclarations de Didier Robert. Marie-Luce Penchard, témoin cité par Didier Robert, a préféré annuler sa visite prévue demain. Elle ne pourra donc pas donner la version du gouvernement. Mais si Didier Robert arrive à obtenir du gouvernement la remise en cause du projet d’État qu’est le tram-train, alors ce sont plus de 1,6 milliard d’euros perdu, sans compter les centaines de millions de dommages et intérêts que la population devra payer au groupement d’entreprises.
JPEG - 76.2 ko
Le chantier de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise est, tout comme le tram-train, prêt à démarrer. Mais le nouveau président de Région a annoncé sa suppression.
JPEG - 32.1 ko
Le chantier de la nouvelle Route du littoral pouvait commencer l’année prochaine. Le nouveau projet présenté par Didier Robert nécessite de tout recommencer : au moins 6 années d’études avant le premier coup de pioche. Cela veut dire que le début du chantier de la Route du littoral version Didier Robert aurait lieu au moment où aurait dû se terminer celui de la Route du littoral prévu dans le Protocole de Matignon.
JPEG - 46.4 ko
30.000 Réunionnais attendent un logement social. Aujourd’hui, où sont les chantiers de logements sociaux ? Jamais la crise n’a été aussi grande, qu’attend donc la nouvelle direction de la Région pour agir.
(photo Toniox)
JPEG - 72.8 ko
L’an dernier, des manifestants ont encerclé la Région et insulté les élus pour exiger l’ouverture d’urgence de chantiers. Que sont devenus ces manifestants ? Pourquoi se taisent-ils aujourd’hui ?

Où est le Plan de relance promis par le gouvernement ?

Le président de la Fédération réunionnaise du BTP dénonce également « le silence du gouvernement » concernant le Plan de relance exceptionnel promis par Yves Jégo en 2009, lorsqu’il était encore secrétaire d’Etat à l’Outre-mer. Ce plan prévoyait l’investissement de l’Etat à hauteur de 300 millions d’euros dans des chantiers de différentes collectivités territoriales pour relancer la commande publique.


Où sont les rats ?

Où sont passés tous ceux qui sont venus encercler la Région pour demander des chantiers, où sont passés ceux qui traitaient les élus de "rats", qu’attendent-ils pour réclamer des chantiers ?
Après la grande manœuvre politicienne organisée avec la compréhension de la préfecture, où sont-ils ?
Pourquoi ne viennent-ils pas réclamer leur part du fromage à Didier Robert ?
La vérité éclate, ils se réfugient dans le silence car ce sont les premiers responsables de la situation.


La Section communiste du Port et l’appel d’Élie Hoarau

« Oui au sursaut des Réunionnais ! »

Ce lundi 19 avril 2010, en début de soirée, une cinquantaine de militantes et militants de la Section du Port du Parti Communiste Réunionnais, réunis en Comité de Section, ont été informés de la conférence de presse tenue dans l’après-midi à Saint-Denis par plusieurs dirigeants de notre organisation. En particulier, le secrétaire général, Élie Hoarau.
Ils ont été informés qu’à cette occasion, le P.C.R. a exprimé sa très grande inquiétude quant au devenir de La Réunion. Élie Hoarau a souligné que de nombreux Réunionnais seront frappés par les effets de la politique inégalitaire menée dans notre île et dans le monde. Il a cité notamment les graves menaces qui pèsent sur le monde agricole réunionnais, sur le secteur du BTP, les risques d’augmentation du chômage, du manque de logements, des problèmes de pouvoir d’achat, notamment pour les 52% de personnes obligées de survivre sous le seuil national de pauvreté. Ces difficultés vont encore s’accroître avec la remise en cause par le nouveau président de la Région de grands projets de services publics pour les Réunionnais, notamment le tram-train et la Maison des Civilisations et de l’Unité Réunionnaise.
Élie Hoarau a appelé tous les Réunionnais à prendre conscience de la gravité de cette situation. Il a également lancé un appel à un sursaut collectif des Réunionnais, auquel le PCR apportera sa contribution.
La Section communiste du Port a décidé de voter à l’unanimité une motion apportant son soutien à cet appel. Tous ensemble, nous disons : oui au sursaut des Réunionnais !


Kanalreunion.com