Actualités

Grand succès du meeting de lancement Pour une Réunion nouvelle

Près de 4000 personnes à Saint-Joseph

Manuel Marchal / 23 novembre 2015

La liste Pour une Réunion nouvelle présentée par l’Union PCR-Progrès-PRG-MRC-Société civile et sections socialistes tenait hier à Saint-Joseph son premier meeting. Plusieurs milliers de personnes ont fait de cette réunion publique le lancement idéal de la campagne de la liste d’union conduite par Patrick Lebreton.

JPEG - 104.2 ko

La liste conduite par Patrick Lebreton, Pour une Réunion nouvelle, tenait hier à Saint-Joseph son premier meeting. Des militants venus de toute l’île ont afflué sur la place du marché forain pour participer à cette rencontre de l’Union PCR-Progrès-PRG-MRC-Société civile. Malgré les plus de 3000 chaises prévues, il fallait vite se rendre à l’évidence : elles allaient être bien insuffisantes compte-tenu de l’affluence considérable. Car les camarades de Sainte-Suzanne et de Saint-Benoît n’étaient pas encore arrivés. C’est ainsi qu’au plus fort du meeting, près de 4000 personnes étaient présentes.

Cette réunion a marqué la reprise de la campagne de l’Union, car les attentats de Paris avaient suspendu les meetings. C’est pourquoi l’entrée était filtrée et il était demandé d’ouvrir les sacs. Les conséquences des attaques terroristes ont également marqué le premier temps fort du meeting. Après le mot de bienvenue de Patrick Lebreton, tête de liste de Pour une Réunion nouvelle et maire de Saint-Joseph, les milliers de participants ont observé une minute de silence à la mémoire des victimes des attentats du 13 novembre à Paris.

Les jeunes ont leur place

Après ce moment de recueillement, Michèle Caniguy, conseillère départementale, a été la première à prendre la parole. Son intervention a souligné l’importance de la formation. À la différence de la majorité sortante, Pour une Réunion nouvelle aura des actes à la hauteur de ses paroles. La crise touche gravement les jeunes, et leur avenir doit être une priorité.

Maurice Gironcel est intervenu au nom du Parti communiste réunionnais. Il est revenu sur les avancées de l’Union, sur le programme porteur de rupture avec un système à bout de souffle. Il arrive à mettre ensemble le social et l’économie.

Julien Magamootoo s’est ensuite exprimé. C’était la première fois que le jeune avocat était à la tribune d’un meeting. Il a rappelé les raisons de son engagement avec Pour une Réunion nouvelle. S’il a eu la chance de poursuivre ses études en dehors de La Réunion, une barrière s’est dressée pour l’empêcher de revenir. Comme des dizaines de milliers de jeunes, il était face à un système bloqué qui bouche le chemin aux Réunionnais qui sont partis se former pour mieux soutenir le développement de leur pays. C’est pour faire sauter ces verrous, pour que tous les Réunionnais d’ici et d’ailleurs puissent s’impliquer dans le devenir de leur pays qu’il a choisi de s’engager avec Pour une Réunion nouvelle, liste conduite par Patrick Lebreton.

Sarah Rupert, secrétaire de la section socialiste de La Possession, a mis en valeur le service d’aide à la personne. Elle a aussi déploré les reculs causés par les 5 ans de mandature de Didier Robert au Conseil régional. Elle a aussi souligné le combat mené par les socialistes de La Réunion, qui ont décidé de soutenir la seule liste conduite par un socialiste aux élections régionales, Pour une Réunion nouvelle, conduite par Patrick Lebreton.

JPEG - 102 ko

La Réunion dans son environnement

Pour sa part, Catherine Gaud est tout d’abord revenue sur le bilan de Didier Robert, marqué par le coup d’arrêt à tous les grands projets en cours. Elle a rappelé qu’aucun lycée n’a été construit au cours des 5 dernières années, que les conditions de circulation se sont encore dégradées à cause de l’arrêt du tram-train. Elle est revenue sur le scandale permanent du chantier de la nouvelle route en mer, avec maintenant l’importation de galets de Madagascar. Ce n’est pas avec de l’eau de mer que l’on garantira l’absence de menaces sanitaires pour la population et l’environnement.
Elle a ensuite cible son intervention sur le co-développement. C’est un moyen de donner des perspectives à des jeunes, car les pays de notre région sont très demandeurs de personnes formées. Ce sera un nouveau souffle pour notre économie, car les compétences acquises dans les énergies renouvelables peuvent être exportées. C’est une politique de co-développement qui mettra fin au drame des noyades dans le lagon de Mayotte, parce que les inégalités poussent des personnes à mettre leur vie en péril pour espérer une vie meilleure.

Catherine Gaud a aussi présenté Terla, un groupe de citoyens qui veut s’investir pour l’avenir de La Réunion et qui a choisi de participer au projet de Pour une Réunion nouvelle.
Laïnati Ali est ensuite intervenue. Adjointe au maire de Saint-Denis, elle s’est engagée aux côtés de Pour une Réunion nouvelle. Elle considère que c’est la seule liste représentative de toute la population réunionnaise. Sitôt connue sa présence sur la liste, une de ses amies a subi la répression de la Mairie de Saint-Denis : serrures changées, ordinateur inutilisable. Ce harcèlement a provoqué de graves problèmes de santé, ce qui a obligé un médecin à lui prescrire un arrêt de travail.

C’est pour que de tels comportements cessent définitivement que Laïnati Ali appelle à des profonds changements dans la politique. Cela ne fait que renforcer son engagement Pour une Réunion nouvelle.

Un rendez-vous capital

Paul Vergès a consacré son intervention à montrer l’importance des élections dans 15 jours. Ce sont les menaces qui pèsent dans de nombreux domaines, à commencer par la filière canne-sucre. C’est aussi l’annonce du président de la République d’une réforme institutionnelle dans le cadre de l’objectif d’égalité réelle sur 20 ans.
Le sénateur est aussi revenu sur le changement climatique et ses conséquences. C’est tout l’aménagement du littoral qui est à revoir. La crise climatique verra tous les dirigeants du monde se rassembler à Paris à la fin de la semaine pour participer à la COP21.

Paul Vergès a été invité à cette manifestation en tant que membre de la délégation de la France. Il a inscrit depuis longtemps la lutte contre le changement climatique et ses effets dans ses priorités. Cette invitation à la COP21 est la preuve qu’il faut toujours continuer le combat pour ses idées.

Il a également souligné que dans toutes les listes, une seule avait exprimé une convergence avec ces préoccupations, qui sont également celles du Comité de Parrainage C’est pourquoi Paul Vergès s’est engagé à titre personnel à soutenir la liste Pour une Réunion nouvelle conduite par Patrick Lebreton.
C’est pourquoi il conclut en appelant chacun à prendre conscience de l’importance de son vote, qui engagera ses enfants et ses petits-enfants.

Plus de 12.500 signatures

Patrick Lebreton a conclu le meeting en soulignant tout d’abord la forte mobilisation. C’est une grande réussite des militants qui laisse augurer la victoire.
Il a de nouveau insisté sur l’union, et repris quelques thèmes du programme de Pour une Réunion nouvelle. Tiré à 200.000 exemplaires, le document sera distribué par les militants, au contact de la population.

Les progrès de l’union inquiètent les concurrents. C’est Didier Robert qui envoie des représentants tenter de faire du racolage à Saint-Joseph. C’est aussi la liste Bello-Annette qui est venue faire campagne deux jours plus tôt au marché forain. Autant d’actions qu’ils se seraient épargnés s’ils pensaient que l’Union des forces de progrès allait être battue.

Patrick Lebreton s’est de nouveau étonné que ses concurrents ne condamnent pas la coalition des 3P, c’est-à-dire la présence des présidents de la Chambre de commerce et de la Chambre des métiers sur la liste de Didier Robert.

Il a également dévoilé les premiers chiffres de la campagne d’adhésion. Plus de 12.500 personnes ont ainsi déclaré sur un document s’engager à voter le 6 décembre pour l’Union. C’est bien plus que les 10.000 espérés à ce stade de la campagne.
La tête de liste de l’Union des Forces de progrès a conclu en appelant à la mobilisation la plus large pour les deux semaines qui séparent ce premier meeting du scrutin. Il reste deux semaines pour être qualifié pour le second tour.


Kanalreunion.com