Actualités

Halte au sacrifice de l’intérêt réunionnais

La confirmation des informations de "Témoignages"

Manuel Marchal / 27 mai 2011

Un article publié hier dans "le Journal de l’île" confirme les informations de "Témoignages". L’annonce publique de la délivrance de visa à l’arrivée à La Réunion pour les touristes chinois à condition de séjourner d’abord à Maurice intervient quelques jours avant les discussions à Pékin sur l’ouverture d’une ligne directe entre la Chine et La Réunion, c’est-à-dire sans passer par Maurice.

Suite à l’article de "Témoignages" publié mercredi 25 mai sur la question de la délivrance de visas à l’arrivée à l’aéroport pour les ressortissants des pays émergents à condition de passer d’abord par Maurice, la préfecture a proposé un "recadrage" à des médias. "Témoignages" en a été informé hier. Il s’avère que le lendemain de la publication de notre article, le "Journal de l’île" a diffusé un éclaircissement de la Préfecture, c’est ce qu’indique le document que nous reproduisons ci-contre en illustration.
Ce recadrage commence par insinuer que le communiqué, qualifié de « confus » publié le 24 mai par la Préfecture et l’Ile de La Réunion Tourisme « a semé le trouble sur les procédures de visa ». Ces faits et cette interprétation amènent à plusieurs commentaires :

1. Le communiqué de la Préfecture est très clair

Où est le trouble ? Le communiqué diffusé par la Préfecture est très clair, en voici la reproduction :

« Communiqué conjoint de Mme Jacqueline FARREYROL, Présidente de "l’Ile de La Réunion Tourisme" (IRT) et de M. Michel LALANDE, Préfet de la Région Réunion.

Dans le but de promouvoir la destination Réunion, notamment dans le cadre de l’initiative "Iles Vanille", et de favoriser l’arrivée de touristes en provenance des pays émergents, le Gouvernement a décidé les nouvelles dispositions suivantes :

1- Dispenser de la vignette « outre-mer » les titulaires de visas Schengen des onze nationalités suivantes : Russie, Ukraine, Biélorussie ; Inde ; Chine ; Afrique du sud ; Bahrein, Emirats Arabes Unis, Koweit, Oman, Qatar.

2- Expérimenter une procédure de délivrance directe de visas à l’arrivée à La Réunion pour les touristes chinois, indiens, russes et sud-africains, en provenance de Maurice.

Cette expérimentation vise à accompagner l’initiative "Iles Vanille" destinée à développer des tours à destination de l’ensemble des îles de l’Océan Indien. Elle s’adresse à des catégories de touristes en forte expansion à l’Ile Maurice et qu’il s’agit d’attirer pour quelques jours à La Réunion. Le dispositif, qui permettra de leur délivrer des visas gratuits à leur arrivée, implique tours opérateurs mauriciens et agences réceptives réunionnaises qui, après convention passée avec la Préfecture, seront seules habilitées à présenter des demandes de visas de court séjour.

Ces deux décisions sont une contribution de l’État aux efforts menés par les professionnels du tourisme de l’île pour attirer de nouvelles clientèles sensibles à la qualité des sites que comptent La Réunion parmi lesquels les cirques, pitons et remparts désormais classés au patrimoine mondial de l’UNESCO.

3- Cette expérimentation prend effet à compter du 1er juin. Elle donnera lieu à une première séance de signatures de convention de partenariat entre les agences de voyages et la préfecture en début de semaine prochaine, en présence de l’IRT de La Réunion ».

Qu’y a-t-il de confus ou de nature à semer le trouble dans ce communiqué ? Il montre clairement que les ressortissants venant notamment de Chine pourront obtenir un visa à l’entrée à La Réunion à condition d’être passés avant par Maurice. En clair, un touriste chinois ne pourra pas se voir délivrer un titre de séjour à l’aéroport s’il vient directement de Chine. Or, cette annonce intervient dans un contexte précis.

2. L’ouverture d’une ligne directe La Réunion-Chine en question

C’est le mois prochain qu’auront lieu des négociations à Pékin impliquant la France et la Chine. Ces discussions intéressent La Réunion au plus haut point puisqu’elles pourraient déboucher sur l’ouverture de lignes aériennes directes entre la Chine et La Réunion et la Chine et la Nouvelle-Calédonie.
C’est dans ce contexte que survient la publication d’un communiqué commun de l’Ile de La Réunion Tourisme et de l’État dans lequel il est écrit que des facilités d’obtention de visa pour les ressortissants chinois seront possibles à condition que ces derniers participent à des voyages organisés commençants obligatoirement par Maurice. Dans tout autre cas, et notamment si des touristes chinois veulent utiliser une éventuelle ligne aérienne directe Chine-La Réunion, aucune facilité ne sera accordée.
En clair, à quelques jours de l’ouverture des négociations pour la création d’une ligne entre la Chine et La Réunion, l’IRT et l’État publient un communiqué qui signifie que les usagers de cette ligne ne pourront pas obtenir de visa à l’aéroport de Gillot.

3. La publicité pour la ligne Maurice-Chine

Dans le "JIR" d’hier, en dessous de l’article interrogeant la Préfecture dans un souci de recadrage, est publié un encadré qui annonce l’ouverture de la ligne Maurice-Shanghaï à partir du 5 juillet, et qui fait même part d’un projet d’ouverture d’une ligne Maurice-Pékin l’année prochaine !
C’est cousu de fil blanc. Que voir en effet mis à part un message téléphoné qui dit aux protagonistes de la discussion à Pékin : ce n’est pas la peine d’ouvrir une nouvelle ligne, puisque Air Mauritius se charge de faire venir des touristes de Chine.
Mais il faut tout de même rappeler que l’objectif d’Air Mauritius est d’attirer des touristes qui dépenseront leurs devises à Maurice, pas à La Réunion.

4. Halte au mépris du Réunionnais

Manifestement, la page 9 du "JIR" d’hier confirme la thèse de "Témoignages". L’UMP a donc décidé sacrifier notre île. Tout Réunionnais doit s’élever contre cette tentative de vendre La Réunion aux intérêts obscurs.

Manuel Marchal


Kanalreunion.com