Actualités

Honteux gaspillages de la Région Réunion (suite)

La photo de Didier Robert exposée sur les grilles d’un bâtiment de la Région à Saint-Denis

Manuel Marchal / 15 novembre 2011

Culte de la personnalité ou campagne électorale permanente ? Une grande photo de Didier Robert trône sur les grilles du Centre de rayonnement régional de Saint-Denis, un bâtiment de la Région. Faire sa promotion en gaspillant l’argent public du Conseil régional, donc des Réunionnais, voilà à quoi joue Didier Robert alors que notre pays traverse la pire crise de son histoire, notamment à cause des décisions du président de la Région.

Voir aussi Les grands gaspillages de la Région Réunion

« Il y a des élections bientôt ici ? », telle est la réaction amusée d’une touriste portant un gros sac à dos à sa descente d’un bus devant l’hôtel de ville de Saint-Denis.
Une exposition de photos est accrochée sur les grilles du Centre de rayonnement régional de Saint-Denis. Elle attire les regards, notamment des touristes qui arrivent au centre-ville par le réseau de bus de la CINOR. C’est en effet la première chose qu’ils voient en quittant l’arrêt situé devant l’hôtel de ville.
Alors ils commencent par découvrir cette série de clichés panoramiques accrochée sur les grilles d’un bâtiment appartenant à la Région : le Centre de rayonnement régional de Saint-Denis.
Cette exposition s’appelle "La Réunion aux mille visages. La Réunion aux mille paysages".

1.000 visages en un seul : Didier Robert

Dans le sens de la lecture, les usagers du bus marchent le long de la rue Pasteur et commencent par voir quelques photos de paysage signées Serge Gélabert. Ce dernier est un des membres du pôle régional d’experts autoproclamés ès tourisme nommés au lendemain des régionales par Didier Robert, soi-disant pour œuvrer à l’élaboration d’une stratégie dans ce domaine. Puis les visiteurs de l’expo tournent à droite et remontent la rue de Paris. Sur la grille de la façade principale du CRR sont également accrochées des photos. Toutes décrivent des paysages sauf la dernière, et c’est celle vers laquelle tous les regards se tournent : mais qui est donc cet étrange personnage qui croit rassembler à lui seul les mille visages de La Réunion ? Car c’est en effet la seule image sans paysage de l’exposition.
C’est ainsi que les touristes et les Dionysiens découvrent un panneau où l’on voit une grande photo de Didier Robert aux côtés d’un texte qui lui est prêté.
Puisque la scène ne se passe pas dans les années 30 en Europe, un tel mode de promotion d’un chef ne peut pas être qualifié de culte de la personnalité. Cela ne peut donc être qu’un mode de communication électoraliste.
Car la ressemblance avec une affiche de propagande est pour le moins troublante, et elle constitue une véritable régression dans la communication du Conseil régional. Avant Didier Robert, jamais en effet un président de cette institution de la République n’avait osé utiliser l’argent public pour faire de la sorte son autopromotion. Aucun président du Conseil régional de La Réunion n’aurait toléré que l’on puisse dépenser un seul centime pour afficher sa photo sur un bâtiment de la Région, ou dans n’importe quel lieu.

JPEG - 39.5 ko
Incroyable vision sur les grilles du bâtiment de la Région en face de la mairie de Saint-Denis : Didier Robert s’expose…
(photo MM)

Honteux et ridicule

Il suffit de se rendre sur l’une des nombreuses réalisations de la Région jusqu’en mars 2010 pour le constater. Que cela soit sur les ouvrages d’art de la route des Tamarins, sur la trentaine de lycées construite par la Région, sur le boulevard Sud de Saint-Denis ou sur tous les autres équipements, il n’y a aucune photo, juste le rappel de la qualité des participants à l’inauguration de l’infrastructure.
Mais depuis mars 2010, un vent de régression souffle sur la Région Réunion. La photo de son président apparaît par exemple 29 fois dans le journal trimestriel de la collectivité, payé par des fonds publics. Se sentant sans doute trop à l’étroit dans les pages de ce périodique dédié à sa com’, Didier Robert franchit le pas et décide donc de s’exposer sur les grilles d’un édifice appartenant à une institution de la République.
En temps normal, cette dépense publique n’aurait fait que décrédibiliser le Conseil régional de La Réunion. Mais en temps de crise, un si honteux gaspillage ne peut que susciter la révolte d’une population victime des décisions de celui qui fait sa promotion sur son dos, et l’attention de n’importe quelle juridiction financière.

Manuel Marchal

La dégringolade de l’institution Conseil régional

De premier bâtisseur à premier annonceur

Depuis mars 2010, la Région a connu un changement de rythme. De premier investisseur dans le BTP, elle est devenue première annonceuse du marché publicitaire réunionnais.

Hier encore, la collectivité dépensait à nouveau de l’argent public pour faire la promotion de ses dirigeants. Il est en effet clair que le "projet" vanté ne se fera jamais. Donc cette publicité n’est bonne que pour occuper l’espace médiatique en échange d’espèces sonnantes et trébuchantes, faute de réalisations concrètes à présenter.

Une idée de pub pour la Région

À quand la liste des 30 chantiers du trans-eco-express ?

Dans les annonces faites par Didier Robert hier soir dans l’émission politique de Radio Réunion Première, l’une d’entre elles mérite des précisions. Le président de la Région a en effet affirmé que le trans-eco-express, ce sont « 30 chantiers ouverts » sur l’ensemble du territoire de La Réunion, et que « 250 millions d’euros sont engagés » pour ce projet.

S’il peut apparaître complexe et rébarbatif de communiquer la liste détaillée de l’affectation des 250 millions engagés, la Région peut facilement publier la liste des 30 chantiers ouverts annoncés hier par Didier Robert. Pour une fois, voilà une publicité qui ne reposerait pas sur du vent. Alors, où sont ces chantiers ?

Voir en ligne : Les grands gaspillages de la Région Réunion


Kanalreunion.com