Actualités

Huguette Bello sera battue dimanche

Les sondages de "Témoignages" contredisent les arguments des bourreurs de crânes

Témoignages.re / 6 juin 2012

Face à la dynamique de la campagne de Jean-Yves Langenier et Thérèse Rica, les conservateurs paniquent à un point tel qu’ils fabriquent un résultat d’élection conforme à leurs attentes à cinq jours des élections. Leur plan est en train d’échouer et dimanche, Huguette Bello sera battue, c’est l’information du jour dévoilée par les sondages faits sur le terrain par "Témoignages".

Les élections municipales de 1965 sont un cas d’école de la fraude électorale. Toutes les listes qui en bénéficiaient ont été élues au premier tour, avec un pourcentage compris entre 61 et 100% des suffrages. Ainsi, les communistes étaient crédités de moins de voix que le nombre de colistiers composant leur liste.
Officiellement, le régime politique en vigueur dans notre île était la République. Cela laissait la possibilité de déposer des recours auprès de la justice pour faire respecter le suffrage universel.
À de rares exceptions, le recours était rejeté au motif suivant : l’écart de voix est tel que même si la fraude est avérée, elle ne remet pas en cause le résultat. C’était un encouragement à la fraude, puisque plus elle était importante, moins elle avait de risque d’être sanctionnée.

Nous ne sommes plus dans les années 60

Dans son édition d’hier, le "Journal de l’île de La Réunion" fait sa "une" sur un sondage concernant la seconde circonscription.
Sur 272 personnes disant voter dans la seconde circonscription, 184 avaient l’intention de voter pour Huguette Bello (Mouvement contre le PCR) il y a 10 jours, 33 pour Jean-Yves Langenier (PCR), 15 pour Laurence Lougnon (PS), et 14 pour Sandra Sinimalé (UMP).
Sur la base de ce résultat, le "JIR" tire la conclusion suivante : « les intentions de vote dans la 2e circonscription annoncent un plébiscite pour Huguette Bello. Avec 67,5% des voix, la députée sortante serait assurée d’être réélue dès le premier tour ». Quant à Jean-Yves Langenier, le sondage lui attribue le score de 12%. Cela fait donc un écart de 50 points !
Et pour anticiper le résultat de dimanche à partir du sondage, ce sont les mêmes arguments qu’à l’époque de la fraude électorale, puisque selon le "JIR", « le score du maire du Port peut certes dépasser 20%, voire dépasser cette barre symbolique dans les urnes. Mais l’ampleur de l’écart oblige le camp de Jean-Yves Langenier à tirer quasiment un trait sur la victoire ».
Et pour le "JIR", cela n’est pas suffisant, ce qui pose la question suivante : « l’effondrement annoncé du Parti dans son bastion historique est-il le prélude à une défaite plus sévère sur l’ensemble de l’île ? ». Car aussi bien dans la 1ere que dans la 3e circonscription. Sur 271 prétendus résidents à Saint-Denis, 4% voteraient PCR. Pour 289 personnes disant voter à Saint-Louis, Cilaos, l’Entre-Deux ou Le Tampon, 5% auraient l’intention de voter pour le PCR.

Dimanche le peuple tranchera

Autrement dit, le PCR ne serait crédité que d’un score entre 4 et 12%. C’est le fantasme que les conservateurs pouvaient réaliser dans les années 60, quand ils pouvaient compter sur le gouvernement et l’appareil judiciaire pour les soutenir.
Alors tout comme le "JIR", "Témoignages" peut tout aussi tranquillement annoncer que dès dimanche, Huguette Bello sera sévèrement battue par le candidat du PCR. Cela repose sur les sondages réalisés sur le terrain par "Témoignages", car il est évident que la dynamique est dans le camp des candidats du changement, comme en témoigne un comité de soutien de 3.000 personnes nommément identifiées et présidé par Marie-Rose Gras, adjointe au maire de Saint-Paul.
Car malgré les pressions sur les travailleurs communaux, malgré le soutien d’un appareil médiatique qui multiplie par trois les participants à un meeting d’opposants au PCR, le peuple s’exprimera dimanche. Et comme à Sainte-Suzanne, ceux qui pensent imposer un résultat à la population pour la décourager d’aller voter connaîtront une défaite à la hauteur de l’avance qu’ils se sont octroyés. Dimanche le peuple tranchera.

M.M. 

Un échantillon d’environ 270 personnes et non pas 1.300

Le "JIR" prend Yves Mont Rouge en flagrant délit de mensonge

Dans son édition d’hier, l’éditorialiste du "JIR" affirme que l’enquête IPSOS qu’il publie « a été réalisée par téléphone du 22 mai au 2 juin auprès d’un échantillon de 1.312 personnes — pas 400 comme l’a dit ironiquement Paul Vergès — représentatives des habitants des circonscriptions 1, 2 et 3 ».

Mais dans la note technique publiée huit pages plus loin, le "JIR" apporte les précisions suivantes : « les intentions de vote sont calculées sur les réponses de 834 personnes se déclarant certaines de voter aux élections législatives (271 pour la 1ère circonscription, 274 pour la 2e et 289 pour la 3e) ».

Cela amène à constater que l’estimation de 400 personnes attribuée par Yves Mont Rouge à Paul Vergès était encore trop généreuse, puisque le sondage s’est effectué à partir d’un échantillon d’à peine 270 personnes.

Alors pourquoi Yves Mont Rouge a-t-il menti ? Car entre 1.312 et 270, c’est une différence qui constitue bien plus qu’une marge d’erreur.


Kanalreunion.com