Actualités

« Il faut une politique qui donne un meilleur avenir au monde agricole »

LÉGISLATIVES – 6e CIRCONSCRIPTION

Sanjiv Dinama / 26 mai 2012

Maurice Gironcel et Larissa Imoucha ont tenu deux meetings hier soir à Sainte-Marie. Un des enjeux développés par les candidats a été celui de l’agriculture. Maurice Gironcel a souligné qu’« il faut une politique qui donne un meilleur avenir au monde agricole ». Notre agriculture doit être préservée et développée. Lorsque les circuits d’approvisionnement sont interrompus, lorsque les prix des matières premières et des denrées agricoles flambent, c’est toute l’économie et la société réunionnaises qui en subissent les effets. D’où la nécessité d’atteindre l’autosuffisance alimentaire.

Maurice Gironcel a souligné qu’« il faut une politique qui donne un meilleur avenir au monde agricole ». Notre agriculture doit être préservée et développée. Notre économie a connu une forte tertiarisation au fil des années. Le secteur primaire c’est-à-dire agriculture/pêche ne représente plus que 2% de notre PIB.
L’élevage représente un tiers de la valeur ajoutée de l’agriculture réunionnaise. L’objectif général est d’assurer une part croissante de l’approvisionnement local par des produits pays.
Aujourd’hui, par exemple pour la filière porcine le taux de couverture du marché par les produits réunionnais est de 50%. Cela signifie que la moitié est encore importée.
En matière de fruits et légumes, notre taux de couverture n’est que de moitié (50%).
Maurice Gironcel a déploré qu’« en période de pluie, on soit obligé d’importer des salades et également d’autres légumes ».

Nécessité d’atteindre l’autosuffisance alimentaire

Lorsque les circuits d’approvisionnement sont interrompus, lorsque les prix des matières premières et des denrées agricoles flambent, c’est toute l’économie et la société réunionnaises qui en subissent les effets. D’où la nécessité d’atteindre l’autosuffisance alimentaire.
« Il faut développer les cultures hors-sol », a déclaré Maurice Gironcel. Dans la restauration scolaire, il faut valoriser les produits pays.

Le co-développement a toute sa place dans le domaine agricole

Plus particulièrement dans le domaine agricole et celui de la pêche, le co-développement régional a toute sa place. Les pays membres de la COI (Commission de l’Océan Indien à doivent unir leurs efforts, leurs moyens, et mettre en commun leurs atouts pour élaborer une véritable stratégie en matière agricole et pêche dans le cadre de nouveaux partenariats.
Les prix des matières premières agricoles ont connu des niveaux historiques et la tendance ne semble pas faiblir. En effet, les cours du sucre, du café, du coton, du blé, du maïs, du colza, du riz, du soja et du caoutchouc ont atteint des valeurs record sur l’année. Et cette progression s’est même emballée sur la dernière période. Pour les années à venir, la flambée va continuer. C’est ce que révèlent des modèles de calcul d’évaluation de l’impact des changements climatiques et de la croissance démographique sur les prix et la disponibilité des principales céréales.
Dans ce contexte, « la recherche d’un maximum de sécurité alimentaire est une nécessité pour notre pays ».
Lors du dernier congrès du PCR, il a été rappelé la fragilité et la vulnérabilité d’une petite économie insulaire comme La Réunion qui est dépendante de source d’approvisionnement éloignée.

Sauvegarder la filière canne

Maurice Gironcel a également souligné que la sauvegarde de la filière canne a des enjeux économiques, sociaux, environnementaux et culturels. L’avenir de cette filière est menacé par les règles de l’Organisation mondiale du commerce relayées par l’Union européenne.

À partir de 2014, il y a un risque de remise en cause des subventions versées par l’État français, mais également par l’Europe. Il faut absolument obtenir des pouvoirs publics français et européens la compensation intégrale de toute éventuelle baisse du prix du sucre. Il est impératif de préserver nos terres agricoles et nos agriculteurs. Il faut atteindre l’autosuffisance alimentaire, créateur d’emplois.

Sanjiv Dinama

• Jean-François Malbrouck de Sainte-Marie

« On compte sur lui pour mettre en place une bonne politique pour La Réunion et les Réunionnais »

« Maurice Gironcel est quelqu’un qui peut nous aider à sortir de l’impasse. C’est une personne en qui on peut avoir confiance. Il pourra faire beaucoup pour les Réunionnais. Aujourd’hui, il est difficile de trouver un travail, un logement. On compte sur lui pour mettre en place une bonne politique pour La Réunion et les Réunionnais. J’ai confiance en lui ».

• Pierre Marbel de la Découverte Sainte-Marie : entraîneur sportif à la retraite

« Il faut une victoire aux législatives pour arriver à ce changement »

« Maurice Gironcel est un compagnon de route. Il faut un changement pour La Réunion. Changement que La Réunion a confirmé à l’élection présidentielle. L’espoir est aujourd’hui dans le changement. Il faut une victoire aux législatives pour arriver à ce changement. Sur le plan agricole, en 2014, il y aura de gros problèmes pour les subventions européennes. Il faudra se battre pour maintenir ces subventions ».

• Frédéric Clopin de Sainte-Marie

« On doit lutter contre les monopoles »

« Maurice, c’est l’homme de la situation, c’est un homme d’expérience qui a montré de quoi il est capable depuis de nombreuses années. Il est largement devant les autres candidats dans sa capacité à défendre les intérêts de La Réunion. Aujourd’hui, il y a beaucoup à faire pour répondre au problème de l’emploi, mais aussi celui du pouvoir d’achat. On doit lutter contre les monopoles, et seul Maurice, le combattant, peut mener ce combat pour les habitants de la 6e circonscription.


Kanalreunion.com