Actualités

Incroyable : pour le "JIR", le traître c’est Jean-Yves Langenier !

Nouvelle preuve de la manipulation

Témoignages.re / 21 mars 2012

Mais pourquoi donc le "JIR" n’écrit pas clairement sur sa "une" qu’il est le "porte-parole des adversaires du PCR" ? Les questions posées hier à Jean-Yves Langenier transpirent son parti-pris au lendemain du flop du meeting d’Huguette Bello.

Le "Journal de l’île de La Réunion" est bien forcé d’admettre que la position du Parti communiste réunionnais progresse chaque jour. Il a donc dû hier publier une interview de Jean-Yves Langenier. Mais le "JIR" est désemparé au point qu’il ne peut s’empêcher de poser des questions qui trahissent son parti-pris. Chacune de ses questions transpire la rancœur, surtout celle-ci dans laquelle le journaliste du "JIR" laisse entendre que Jean-Yves Langenier a trahi Huguette Bello.

« Elle vous a laissé le fauteuil de présidente du TCO, elle était prête à soutenir votre candidature aux dernières sénatoriales. Vous comprenez le sentiment de trahison à votre égard ? »

Le "Journal de l’île de La Réunion" sait pourtant que la présidence du TCO n’est pas héritage. Elle est rediscutée après les renouvellements des municipalités tous les 6 ans. Huguette Bello avait fait part de son intention de briguer la présidence, ce qui n’a pas manqué de surprendre. Car la maire de Saint-Paul s’opposait systématiquement à ce que faisait son prédécesseur. Alors, pourquoi donc revendiquer la présidence du TCO qu’occupait l’ancien maire de Saint-Paul ?
La Possession, Le Port, Trois Bassins et Saint-Leu soutenaient pour leur part la candidature de Jean-Yves Langenier, d’autant plus qu’à la différence d’Huguette Bello, le maire du Port avait une expérience de l’intercommunalité. Où est donc la trahison ?
Au TCO, Huguette Bello a souhaité que le directeur de cabinet soit Emmanuel Séraphin, adjoint à la maire de Saint-Paul. Emmanuel Séraphin a été embauché comme directeur de cabinet au TCO, où est donc la trahison ? D’ailleurs, ce fait a été confirmé par l’intéressé lui-même, qui a dit qu’il se mettait en congé de son travail, un point sur lequel nous ne ferons pas de commentaire.
Et pourquoi donc le qualificatif de trahison n’est pas accolé par le "JIR" à la décision d’Olivier Hoarau, adjoint au maire du Port, de s’autoproclamer candidat député suppléant, contre son maire et contre le parti qui l’a fait élire ?
Il n’y a que le "JIR" pour voir la trahison dans l’élection du président du TCO, mais le journaliste du "JIR" est en campagne contre le PCR. Il suffit de se remémorer quelques faits des jours derniers…

Le "JIR" en campagne contre le PCR

Le "JIR" est bien obligé d’admettre que sa stratégie visant à détruire le PCR ne donne pas les résultats escomptés. Il a déjà perdu à Sainte-Suzanne, il est en train de perdre dans l’Ouest. En effet, depuis le début, le "JIR" soutient la candidature autoproclamée d’une ancienne membre du PCR. Il en a même fait sa personnalité de l’année quand celle-ci a annoncé sa décision de s’opposer au choix quasi unanime de toutes les instances du Parti qui l’a fait élire pendant 15 ans à l’Assemblée nationale, puis qui a fait d’elle la maire d’une commune de plus de 100.000 habitants.

Mais les faits vont à l’encontre de la ligne soutenue par le "JIR", et confortent celle du Parti. À Saint-Paul, malgré les pressions de l’appareil communal, la section communiste refondée compte déjà 59 adhérents, soit plus du double de l’effectif de la section dissoute. L’assemblée fondatrice a pu se tenir à Saint-Paul, et 120 personnes ont bien montré que l’esprit de résistance à l’arbitraire communal est une des qualités que les communistes saint-paulois tiennent à perpétuer. Devant cette série de revers, la tentative d’instrumentalisation de l’UFR de dimanche dernier était très attendue par le "JIR", elle a échoué : à peine 200 personnes venues de toute l’île alors qu’une assemblée de ce type en réunissait facilement plus d’un millier quand le PCR y était invité.

Chacun a pu noter que dorénavant, le "JIR" ne considère plus les militantes de l’UFR comme des « pétroleuses avinées », mais comme l’avant-garde de la lutte contre l’oppression ! Ce journal a même multiplié par trois l’affluence réelle au rassemblement de l’UFR organisé par Huguette Bello dimanche, ce qui en dit long sur son désarroi.

Il est donc facile d’imaginer la nouvelle claque prise par les adversaires du PCR quand dimanche, Jean-Yves Langenier a adressé un communiqué annonçant sa candidature.

Du coup, le "JIR" n’a pas pu faire autrement que d’interviewer le maire du Port pour son édition d’hier. Mais il ne peut s’empêcher de faire transparaître dans ses questions son parti-pris.

La lettre d’Huguette Bello dans le "JIR" publiée avant jeudi ?

Le "JIR" a mis trois jours à publier des extraits de la lettre de Michel Séraphine, nous verrons bien si le "JIR" attend aussi longtemps pour publier la réponse d’Huguette Bello adressée hier à tous les médias, même à Zinfos, mais pas à "Témoignages" suspecté de boycott…

Si le "JIR" décide d’en parler avant jeudi, alors tout le monde comprendra bien son orientation partisane contre le PCR.

Brève de campagne :

Vincent Boyer enfonce Huguette Bello

Dans l’interview qu’il a réalisée de Jean-Yves Langenier, le journaliste du JIR, Vincent Boyer s’érige, à travers ses questions, en porte-parole d’Huguette Bello : de sa part, il n’y a là rien d’étonnant. Mais à force de faire le maximum, on en fait toujours trop !

Ainsi, Vincent Boyer révèle qu’Huguette Bello soutenait la candidature de Jean-Yves Langenier à l’élection sénatoriale en septembre dernier alors que celui-ci n’a jamais postulé à ce poste ! En clair, envoyer Jean-Yves Langenier au Sénat pour écarter la possibilité de sa candidature aux législatives, et se garantir la 2ème circonscription : prêter à Huguette Bello une telle mesquinerie, ce n’est vraiment pas sympa !… Si même Vincent Boyer s’y met, certes à l’insu de son plein gré, où va-t-on !

A.P.


Kanalreunion.com