Actualités

Intégrer La Réunion dans une dynamique internationale

Conférence de presse de Paul Vergès

C.T. / 4 février 2014

Lors de sa conférence de presse dimanche dernier, le sénateur Paul Vergès a évoqué les négociations en cours concernant les Accords de Partenariat Économique (APE), alors que les pays africains ont une croissance économique en expansion.

JPEG - 72.6 ko
Le jour se lève sur Antananarivo, avec la stabilité politique, Madagascar est à l’aube d’un grand développement. Quelle sera la place de La Réunion dans ces profonds changements.

« L’Afrique s’est réveillée et pour la première fois, les États-Unis vont organiser une conférence avec les pays africains, à Washington. C’est une première, mais on sait que les Américains essaient de faire face à la montée de la Chine et de l’Inde et à la croissance africaine » a expliqué Paul Vergès.

L’émergence du continent africain

Depuis plusieurs années, les pays africains parviennent petit à petit à développer économiquement leur pays, des difficultés persistent comme le développement humain, la pauvreté, la corruption et la fuite des cerveaux. Cependant, depuis le début du siècle, l’économie africaine est devenue attractive pour les pays Occidentaux.

Le sénateur a évoque les taux de croissance de plusieurs pays africains, notamment la Cote d’Ivoire, avec 8% de croissance en 2013, 7,9% pour le Ghana, 7% pour le Mozambique « pas loin de chez nous », 7% pour la Tanzanie. « Le FMI (fonds monétaire international, ndlr) prévoit pour 2014 une croissance globale de 6% », a indiqué Paul Vergès.

Face à de telle données et évolutions, « la France est en train de se débattre avec une croissance de 0,4% », à laquelle s’ajoute « une crise européenne », a indiqué le sénateur. Ce dernier a évoqué « l’enjeu planétaire » en cours, car la Chine, l’Inde et les États-Unis se tournent vers les pays africains ce qui « aura des conséquences sur les pays voisins », dont La Réunion.

Le bouleversement de l’ordre mondial en cours met les pays émergents au devant de la scène, quand les pays occidentaux tentent de sortir de la crise économique et financière due à leur mode de développement économique. Désormais, les pays africains s’associent non plus avec les anciennes colonies, mais avec les pays émergents comme le Brésil, la Chine, l’Inde et la Russie. « C’est un renversement extraordinaire », a expliqué Paul Vergès.

Des opportunités à côté de « chez nous »

La croissance des pays africains est, pour le sénateur, un potentiel pour La Réunion. En effet, avec un taux de chômage avoisinant les 30%, dont 60% chez les jeunes, de nombreux pays voisins ont « besoin d’aide ». Une aide que les jeunes diplômés de La Réunion apporter dans le cadre d’une coopération gagnante-gagnante. Paul Vergès a évoqué le cas de Madagascar, « où les richesses sont exploités par le Canada », mais aussi les États-Unis et la Chine. Face à l’expansion économique, sociale et humaine de l’île sœur, « c’est maintenant que La Réunion peut jouer de ses atouts. La demande existe du côté malgache, qu’est ce qu’on attend pour les aider à se développer ».

« Fossé entre la réalité concrète et les discours entendus »

« Le siècle entier va être marqué par la croissance démographique et les changements climatiques » a affirmé Paul Vergès. « C’est la plus grande révolution planétaire » a-t-il indiqué, espérant que la conférence de Paris en 2015 sur le climat « fixe des objectifs contraignants pour atténuer les phénomènes climatiques et adapter les territoires ». D’ailleurs, dans un tel contexte, le sénateur se demande si « la crise mondiale va trouver une fin ».

En plus de la hausse démographique, il faut compter sur les découvertes quotidiennes en matière de recherche et innovation, qui permettent d’améliorer les conditions de vie, tout en remettant en cause certains savoir-faire dits « traditionnels ». Ce dernier déplore que « dans la campagne électorale actuelle, il y a un fossé entre la réalité concrète et les discours entendus. Tous les problèmes vont se poser maintenant, on a l’expliqué, il faut informer, se concerter, discuter, car aucun parti ne peut dire qui à lui seul peut changer les problèmes de La Réunion ». Raison pour laquelle, « réveillons nous ! Prenons conscience de la gravité de la situation », a conclut Paul Vergès.

 SaiLin 


Kanalreunion.com