Actualités

Intensifions la mobilisation pour sauver l’aide alimentaire

Après l’accord des chefs d’État sur un budget en baisse : rien n’est perdu !

Manuel Marchal / 9 février 2013

Les chefs d’État et de gouvernement se sont entendus sur un budget européen en baisse. Cette restriction a des répercussions sur les crédits à l’aide alimentaire. Rien n’est perdu, car ce sont le Parlement européen qui votera ou pas ce projet de budget. C’est donc le moment d’intensifier la mobilisation pour le maintien du montant de l’aide alimentaire, un dispositif qui permet à 30.000 familles de survivre à La Réunion.

Le sommet européen de Bruxelles avait le budget européen des sept prochaines années à l’ordre du jour. Selon les informations qui ont filtré à l’issue des débats, le budget va diminuer. Les crédits d’engagement et de paiement connaîtront une baisse respective de 15 et 17 milliards d’euros. C’est la proposition des chefs d’État et de gouvernement.

Sur cette base, le budget de l’aide alimentaire va lui aussi diminuer. La première estimation, c’est une chute de 300 millions d’euros par an, soit 2,1 milliards d’euros sur les sept années de la programmation budgétaire européenne.

À ce stade, la diminution est donc de 1,4 milliard d’euros. C’est scandaleux.

Mais tout n’est pas perdu.

Le Parlement européen décide lui aussi

En effet, le cadre budgétaire européen relève de la co-décision entre le Conseil européen et le Parlement européen. Autrement dit, la conclusion du sommet de Bruxelles n’est que la proposition de budget des chefs d’État et de gouvernement. Les députés du Parlement européen peuvent très bien remettre en cause ce projet.

Et manifestement, tous les groupes parlementaires sont unanimes pour dire que l’austérité ne doit pas être la caractéristique du budget européen. Les députés vont donc agir pour rétablir les lignes de crédit.

En conséquence et plus que jamais, il s’agit d’intensifier la mobilisation pour la pétition lancée par le Parti communiste réunionnais. Cette pétition demande a minima le maintien du montant de l’aide alimentaire qui permet à 30.000 familles réunionnaises de survivre. Cette pétition sera transmise au Parlement européen, au sein duquel Younous Omarjee, député de l’Alliance des Outre-mer, est rapporteur sur la question de l’aide alimentaire.

La réussite de l’initiative du PCR sera donc un élément qui favorisera le maintien du financement des colis alimentaires au moins à son niveau actuel.

Rien n’est perdu, mobilisons-nous et remportons la victoire pour les plus démunis, c’est un devoir de solidarité.

M.M.

La position du Parlement européen

Avant le Sommet européen de Bruxelles, la position officielle du Parlement européen était la suivante, en voici quelques extraits. Avec la proposition du Conseil européen, et s’il est conforme à sa position, le Parlement européen marquera son désaccord.

« Les députés ont fait part de leur consternation face à la dernière proposition (novembre 2012) du Président du Conseil de l’UE, Herman Van Rompuy. Ils ont principalement critiqué une réduction proposée de plus de 70 milliards d’euros par rapport à la proposition initiale de la Commission européenne de juin 2011.

Dans une résolution datant du 23 octobre 2012, adoptée à une écrasante majorité, le Parlement européen avait déjà déclaré que même la proposition de la Commission, en faveur d’un gel des plafonds du budget au niveau des plafonds de 2013, ne suffirait pas à financer les priorités politiques actuelles liées à la stratégie "Europe 2020", qui comprend de nouvelles missions conférées par le traité de Lisbonne, sans parler d’événements imprévus. La proposition de M. Van Rompuy a été jugée incompatible avec le "pacte pour la croissance et l’emploi", que le Conseil européen a lui-même adopté en juin 2012.

Ces dernières semaines, le Président du Parlement, Martin Schulz, a déclaré à plusieurs reprises que "plus les coupes dans la proposition de la Commission seront nombreuses, moins le Parlement sera susceptible de donner son approbation". »


Kanalreunion.com