Actualités

« J’ai pu voir évoluer le projet du parti que nous souhaitons défendre à l’Assemblée nationale »

Julie Pontalba, suppléante dans la 7ème circonscription

Cinthia Fontaine / 31 mai 2012

“Témoignages” a choisi d’interviewer les suppléants des candidats aux législatives afin que les électeurs puissent mieux connaître ces femmes qui ont choisi de s’engager auprès du Parti communiste réunionnais afin d’œuvrer pour le développement de La Réunion.
Après Guyliane Grondin, suppléante d’Yvan Dejean dans la 3ème circonscription, Julie Pontalba se présente comme suppléante aux côtés de Fabrice Hoarau dans la 7ème circonscription.

Pourriez-vous nous parler de vous et du parcours qui vous a amené en politique ?

- Je suis originaire de Saint-Leu. J’ai grandi dans une famille de conditions sociales modestes, mais d’une grande culture politique, puisée au cœur des activités du PCR. Cet environnement familial et scolaire a marqué mon parcours et les réflexions qui sont à la base de mon engagement.

Titulaire d’une maîtrise de Mathématiques, j’enseigne aujourd’hui auprès d’enfants en grandes difficultés scolaires. Cette orientation s’est justifiée probablement par mes activités antérieures dans la vie associative en faveur d’enfants porteurs de handicaps.

Je m’engage très vite dans la vie politique. Je tiens les bureaux de vote dès l’âge de 18 ans lorsque je coulais mon premier bulletin. Mon engagement se poursuivit à l’Université où j’étais élue au Conseil d’administration de l’université, puis celui du CROUS à partir de 1997. Mon premier engagement public date de 1998 quand, avec d’autres étudiants, nous montions une liste aux régionales. J’avais alors 21 ans. En 2001, je suis colistière de Julien Ramin aux municipales de Saint-Leu, au nom du PCR.
C’est en 2009 que je prends conscience du rôle politique, social et culturel qu’a joué le PCR dans la société réunionnaise.
Pour célébrer ses 50 ans, le PCR tient un Congrès. Pour ce faire, ses dirigeants font appel à de nombreux jeunes ; certains auront à travailler sur un demi-siècle d’histoire tandis que d’autres plancheront sur les projets d’avenir. Je côtoie ainsi Fabrice Hoarau qui s’occupait des projets. Depuis ce 6ème Congrès, je suis membre du comité central du PCR. J’ai pu voir évoluer le projet du parti que nous souhaitons défendre à l’Assemblée nationale.

Quelles sont les valeurs et les mesures que vous souhaitiez défendre en vous engageant aux côtés du PCR ?

- Je travaille auprès de jeunes en grandes difficultés scolaires. Ils arrivent au collège à 13, 14 ans et certains ne savent pas encore lire. Tous rêvent d’avoir un jour un travail, une famille, un logement. Tous les parents que je rencontre rêvent d’un avenir meilleur pour leurs enfants. Cela passe par un emploi durable et un revenu décent. Je leur enseigne le goût de l’effort, le respect de soi et des autres, la solidarité, etc.
Les jeunes sont menacés par une société dirigée par des adultes irresponsables qui cultivent la consommation à outrance et l’individualisme. Pour les empêcher de réfléchir sur leur sort, on les occupe par « l’animation » et le « m’as-tu-vu ». Quand la majorité des jeunes pointent au Pôle Emploi, c’est le modèle de société qui est dépassé. Il faut le remettre en cause. On peut y arriver en changeant les élus qui refusent de dire la vérité sur ce modèle de société sans avenir : quand tu es jeune, tu n’as pas d’emploi, et quand tu seras vieux, tu n’auras pas de retraite, car on te demande de cotiser 42 annuités de travail. Je ne dis pas que c’est facile, mais il faut résister, sinon on est entrainé dans le tourbillon. Regardez comment, en 4 ans, le jeune maire de Saint-Leu est devenu une caricature de cette société malade.
Voilà en résumé le sens de mon engagement au sein du Parti communiste réunionnais.

Pour ces élections, il faut se battre pour des projets créateurs d’emplois durables. Car la dignité passe par la réussite sociale quel que soit son niveau d’étude. Un travail pérenne, un logement décent, ne plus dépendre des autres pour se nourrir reposent sur des valeurs de solidarité, de respect et de responsabilités des Réunionnais.

Je veux être utile et ne pas décevoir la confiance du PCR en la jeunesse.

Pourquoi, selon-vous, les députés du PCR seront les mieux à même de défendre les intérêts des Réunionnais et des Outre-mer ?

- Nous connaissons le rôle historique des députés communistes depuis la loi du 19 mars 1946 jusqu’à la réalisation de l’Egalité sociale. Ces deux grandes victoires ont amélioré durablement la vie des Réunionnais.
Aujourd’hui, nous connaissons une situation nouvelle : une population qui atteindra le million d’ici peu, un taux de chômage très élevé, l’illettrisme, la pauvreté, le manque de logement, les tentatives d’étouffement de notre culture. Au PCR, nous avons réfléchi à ces problèmes et avons élaboré un projet sur la base de nos propres atouts : le projet de développement durable solidaire et responsable. Ce projet est déjà connu du nouveau président de la République.

François Hollande a proclamé le 1er avril à Saint-Louis qu’il « a pris des engagements avec ses amis du PCR ». Les députés communistes connaissent les dossiers, ils seront les plus efficaces pour faire accélérer la mise en œuvre.

Propos recueillis par CF


Kanalreunion.com