Actualités

Je ne sais rien, mais je préfère jurer !

lndex de correction

Témoignages.re / 8 août 2012

Depuis qu’à propos de la délicate question de l’index de correction, Paul Vergès a mis chacun face à ses responsabilités, la polémique va bon train.

Au nombre des "polémiqueurs*", il y a ceux qui, bien qu’informés depuis longtemps, feignent la surprise ; ceux qui geignent ; ceux qui insultent et enfin ceux qui se plaisent à faire étalage d’une ignorance crasse, mais ont recours à l’injure et à la calomnie.

Il est vrai qu’en ce moment, le bouc-émissaire commode, c’est Paul Vergès.
Quoi, s’indignent certains, « le voilà qui se réveille, mais qu’a-t-il fait avant ? ».

Oh, presque rien, jugez vous-mêmes : depuis des décennies, le PCR explique les méfaits de l’index sur le coût de la vie.
Depuis des décennies, le PCR souligne cette contradiction entre l’index pour certains et rien pour la grande masse pourtant confrontée aux mêmes prix élevés des marchandises et services.
Depuis des décennies, le PCR communique PAR ÉCRIT (puisque les écrits, eux, restent) sur les solutions possibles pour en finir avec cette injustice sans pour autant léser ceux qui en bénéficient directement (les fonctionnaires) et indirectement (tout le système économique).

En 1992-93, Paul Vergès a présidé à l’élaboration — avec l’ensemble des représentants des syndicats, patrons, salariés du privé, fonctionnaires, associations familiales, etc. —, du "Plan de développement actif et de cohésion sociale", avec des propositions concrètes concernant l’index de correction.

En ce moment même, "Témoignages" publie la contribution de Daniel Lallemand (parue en 1976 dans le n°5 des "Cahiers de La Réunion et de l’océan Indien").

Mais, bien entendu, les "polémiqueurs*" de Cafés du Commerce et des forums internet, plutôt que de lire, de se renseigner, préfèrent l’insulte et la calomnie.

Pourtant, au regard de l’urgence, ne serait-il pas préférable d’utiliser tous les forums pour la mise en commun de notre capacité de réflexion afin de ne pas subir le coup de sabouk que, de longues dates, les gouvernants parisiens s’apprêtent à nous infliger ?
Et ils nous l’assèneront d’autant plus aisément que — au lieu de nous unir autour de solutions bénéfiques à tous — nous donnons le spectacle désolant de marmailles se disputant, s’insultant à l’infini.

Continuons donc ainsi et nous serons les artisans de notre propre malheur.
Mais on peut aussi prendre la décision de laisser les marmailleries de côté pour devenir adultes et responsables.

Aimé Habib

* - Je sais : "polémiqueur" n’existe pas, on dit "polémiste", mais être polémiste suppose de polémiquer avec des arguments et un minimum de talent.


Kanalreunion.com