Actualités

Jeux des îles : La France a voulu « prendre un avantage géopolitique »

Les JIOI dans la presse de Maurice

Témoignages.re / 7 août 2015

JPEG - 20.1 ko

Dans un article publié le 3 août, le journal Le Mauricien interroge le ministre des Affaires étrangères de Maurice, son prédécesseur et le secrétaire général de la COI.
« La décision de la délégation comorienne de se retirer des Jeux des Îles de l’océan Indien (JIOI) est considérée à Maurice comme une conséquence logique d’une violation de la Charte des Jeux.

C’est ce qui ressort des premières déclarations faites par le ministre des Affaires étrangères Étienne Sinatambou ainsi que de son prédécesseur, Arvin Boolell. Pour Jean-Claude de l’Estrac, secrétaire général de la Commission de l’Océan Indien (COI), les Comores ne pouvaient pas ne pas réagir à cette situation sachant qu’ils contestent le statut de Mayotte dans les instances internationales », écrit notre confrère qui poursuit : « le ministre des Affaires étrangères Étienne Sinatambou a regretté que les athlètes comoriens ne puissent participer à cette célébration sportive régionale, mais reconnaît que « le retrait de la délégation comorienne fait suite à la violation de la Charte des Jeux ».

Pour son prédécesseur, Arvin Boolell, qui qualifie ce retrait de compréhensible, le dossier Comores-Mayotte a été très mal géré par les autorités des jeux. « N’importe quel pays respectueux de sa souveraineté et de la dignité de son peuple souverain aurait agi de la sorte ». Il estime qu’une réunion des ministres des Sports des îles de l’océan Indien devrait être convoquée pour une condamnation ferme de la violation de la Charte des Jeux. Arvin Boolell déplore que la France, représentée à ces Jeux par son ministre des Sports, ait utilisé cet événement « pour prendre un avantage géopolitique ».


Kanalreunion.com