Actualités

Jeux des îles : la solidarité indianocéanique s’amplifie suite à la violation de la Charte

Pour la presse de Maurice, la position de la France est indéfendable et le gouvernement français n’a pas à faire pression pour l’avenir des Jeux des îles

Manuel Marchal / 7 août 2015

La presse mauricienne scandalisée par la violation de la Charte des Jeux et l’attitude du gouvernement français affiche sa solidarité avec la délégation comorienne. Elle n’est pas dupe de la volonté de Paris d’instrumentaliser les Jeux des îles pour servir des intérêts politiques. La politisation du plus grand rassemblement sportif de l’océan Indien par le gouvernement français est une épreuve qui renforce la solidarité entre les peuples de la région. La presse mauricienne rappelle en effet que les Comores ne sont pas les seules à avoir un différend territorial avec la France. La revendication de souveraineté mauricienne sur Tromelin se heurte à la France. N’oublions pas que Madagascar estime que les Îles Éparses relèvent de sa souveraineté, alors qu’elles sont dans les faits intégrées dans une collectivité appelée Terres australes et antarctiques françaises.

JPEG - 72.1 ko
La presse mauricienne constate la responsabilité du gouvernement français dans le départ de la délégation des Comores.

Jeux des îles de l’océan Indien à La Réunion : chez nos confrères dans les pays voisins, le ton est très loin de la complaisance avec le coup de force tenté contre le mouvement sportif de l’océan Indien. Lors de son séjour à Mayotte en juin dernier, Manuel Valls, Premier ministre de la France, avait publiquement remis en cause une disposition de la Charte des Jeux des îles construite par le monde sportif. Il avait de fait donné le soutien du gouvernement à ceux qui avaient l’intention de transgresser. Deux mois plus tard, cela devait être la fête de la jeunesse de l’océan Indien à La Réunion. Dès le départ, l’ambiance était plombée. Dans plusieurs articles parus dans la presse mauricienne, l’attitude des autorités françaises est dénoncée. Ce sont les tracasseries administratives imposées aux athlètes invités qui souhaitent entrer à La Réunion. Ils doivent fournir de nombreuses pièces pour constituer un dossier de demande de visa, que l’administration française peut refuser de délivrer. C’est ainsi que 30 % de la délégation des Comores était interdite d’entrée à La Réunion. À la veille de la cérémonie d’ouverture, deux matchs de football n’ont pu se tenir. Dans le premier, plusieurs joueuses comoriennes n’avait pas obtenu de visa. Dans le second, l’équipe de Madagascar n’avait pas pris l’avion car plusieurs de ses membres étaient privés de visa.

Non à l’ingérence

Les délégations qui arrivent ne manquent pas de faire part de leur étonnement. À l’aéroport de Gillot, elles n’ont droit à aucun comité d’accueil, et aucune banderole ne vient indiquer que La Réunion accueille les Jeux des îles, constate l’Express de Maurice.
C’est samedi dernier à la cérémonie d’ouverture qu’a eu lieu le fait décisif : la décision de faire défiler la délégation de Mayotte derrière le drapeau français. Dans la presse de Maurice, c’est la thèse du respect du droit qui est défendue.
Dans les colonnes du Mauricien de lundi dernier, trois spécialistes des relations internationales, le ministre mauricien des Affaires étrangères, son prédécesseur et le secrétaire général de la COI, prennent position. Tous estiment logique le retrait de la délégation des Comores.
Mardi, c’est le gouvernement français qui n’a pas bonne presse. Les arguments du ministre français approuvant la violation de la Charte des Jeux sont fustigés. Cette attitude de la France est taxée d’arrogance. Patrick Kanner aurait mieux fait de consulter les ambassadeurs de France dans notre région avant de s’exprimer. C’est le rappel de la séparation des pouvoirs. Le politique n’est pas là pour changer les règles adoptée unanimement par le monde sportif.

« Comoriens, Malgaches, Mauriciens citoyens de deuxième zone »

Mardi dernier, toujours dans Le Mauricien, c’est Jean-Clément Cangy qui rappelle le traitement subi par les habitants de notre région qui veulent entrer à La Réunion. Ce sont des tracasseries pour obtenir un visa. Même si les Mauriciens ne sont pas tenus d’avoir ce document pour effectuer un court séjour dans notre île, Jean-Clément Cangy rappelle que les autorités françaises exigent des Mauriciens « certificat d’hébergement, certificat d’assurance-voyage et leurs ressources financières pour séjourner à La Réunion aussitôt leur arrivée ».
Ce qui fait dire à notre confrère qu’à leur descente d’avion, « les Comoriens, les Malgaches, les Mauriciens sont des citoyens de deuxième zone, des misérables, des traîne-savates ».
Ces différents articles parus dans la presse de Maurice permettent de constater que loin de diviser les peuples de notre région, la violation de la Charte a renforcé leur solidarité. Il est à noter qu’il n’y a pas de revendication pour organiser les prochains Jeux à la place des Comores. De plus, cette petite phrase lancée à l’adresse de la France vise à la faire réfléchir au cas où elle exercerait des pressions pour éliminer la candidature comorienne pour les Jeux de 2019 : « quant à l’avenir même des jeux, il n’incombe pas au ministre français des Sports d’en décider ».



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Certes que les quartes iles de Comores ont une relation fusionnelles depuis longtemps. N’oublions pas que Mayotte et Comores ont quatorze années d une relation politique commune. La population mahoraise a le droit de revendiquer l’appartenance de son identité. Morrice appartient aux mauriciens : Anjouan appartient au anjouanais ; Réunion appartient aux réunionnais ; Madagascar appartient aux malgaches donc Mayotte appartient aux mahorais. Ce sont les mahorais qui décideront leur avenir. les Nations Unis doivent consulter les mahorais d’abord avant de prendre une décision. On appelle cela droit du peuple. Merci de votre compréhension. D’après un citoyen mahorais.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • @Agassi Salim.
    Ton raisonnement fait comprendre que les habitant de Mamoudzou ont le droit de se revendiquer Russe ou de se revendiquer Portugais ... c’est pathétiques Mayotte est un sol comorien comme les autres Iles leurs destin est commune. les Mahorais on bcp en commun avec les 3 autres Iles qu’ils ont avec la France donc arrêtez de vous humilier ! mettez vous au travail et développons nos iles qui malgré l’occupation illégale de la France nos 4 iles se resembles car toujours dans le meme nivo de pauvreté des bidons villes partout ! Vive

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • @Agassi Salim.
    cet homme ne sait pas ce qu’il veut dire car Iles de Mayotte est toujours comorien il le restera à jamais,une terre de même nature,comportement,coutume,mentalité ect...... que celles des autres îles, je crois qu’il allait osé de dire tous se mensonge

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Vive nos îles de l’Océan Indien est prions ensembles que Les Archipels des îles Comores soie unie ?

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Les Mahorais ont fait leur choix, les Criméens ont fait leur choix, Kossovo-Sérbie.
    Il est intéressant d’entendre l’avis des français,quand les Criméens défilent sous le drapeau russe pendant des évenements sportifs internationaux.J’éspère qu’il n’y a pas deux poids deux mesures.
    Droit du peuple, droit international- Chaque pays (surtout les grandes puissances) les interprètent comme ils veulent à son profit,pourquoi ?

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com