Actualités

Jeux des îles : « Le ministre a dû oublier que le temps des colonies est révolu »

Les JIOI dans la presse de Maurice

Témoignages.re / 7 août 2015

JPEG - 42.4 ko
Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

Dans son édition du 4 août, notre confrère du Mauricien donne le ton. Dans un article intitulé « Les fausses notes du ministre Patrick Kanner », il revient sur les propos du membre du gouvernement français, justifiant le défilé des athlètes mahorais sous les couleurs de la France.

« On se demande si avant de faire ses commentaires il avait sollicité l’avis des ambassadeurs français chevronnés en poste dans la région, en particulier à Maurice et à Madagascar ». : « le ministre de la République de France a décrété que la charte des Jeux n’est pas la Bible révélée, qu’elle n’est plus adaptée à la situation. Par conséquent, il estime qu’au nom de la loi de la République française, dont la devise est liberté, égalité, fraternité, il est possible d’imposer ses propres règles en permettant à Mayotte de défiler avec un drapeau français au mépris de la Charte des jeux. Si ce n’est pas de l’arrogance, qu’est-ce ? ».

« Le ministre a dû oublier que le temps des colonies et de l’impérialisme est révolu », poursuit Le Mauricien Et de rappeler qu’« en permettant à Mayotte de défiler derrière le drapeau français au lieu du drapeau des jeux, comme convenu et comme prévu par la charte des Jeux, la République française fait volontairement ou pas un amalgame entre le sport et la politique. Le ministre ne pouvait pas ne pas savoir ce qu’une telle démarche représentait au plan géopolitique. Il ne pouvait ignorer que les Comores continuent, avec le soutien des pays indépendants de la région, de revendiquer leur souveraineté sur Mayotte devant toutes les instances internationales, et ce malgré sa promotion par la France au statut de département français ».

« C’est la France qui par maladresse ou par un acte volontaire a poussé les Comoriens à boycotter l’événement », précise Le Mauricien qui conclut : « quant à l’avenir même des jeux, il n’incombe pas au ministre français des Sports d’en décider. Affaire à suivre ».


Kanalreunion.com