Actualités

L’AAMAR regrette l’absence de la lutte contre les monopoles

Discours du Premier ministre à l’Assemblée nationale

Témoignages.re / 4 juillet 2012

Dans un communiqué, le collectif AAMAR réagit au discours de politique générale et au rapport de la Cour des comptes préconisant 33 milliards d’euros d’économies

Le rapport de Didier Migaud, Premier président de la Cour des comptes et ancien député PS, a fixé pour 2013 l’objectif de 33 milliards d’euros d’économies à réaliser par le gouvernement français. Nous sommes loin, dans ce document comptable, de l’élan annoncé par le candidat François Hollande. Néanmoins, celui-ci maintient la promesse de « croissance », même lorsque le terme de « rigueur » s’impose de plus en plus dans l’opinion.
Engagé dans la lutte contre les monopoles, le collectif AAMAR tient à rappeler son engagement pour le retour du chemin de fer, seule alternative au tout-automobile soutenu activement par le cartel du pétrole.
Face au "rapport Migaud" qui vient légitimer la mise en place d’une politique revisitée sous l’angle de l’austérité, le collectif AAMAR exprime ses craintes de voir les investissements publics subir des réductions drastiques. Cette crainte est particulièrement renforcée depuis qu’il a été porté à la connaissance de tous, que pas moins de 650 millions d’euros de fonds européens non encore utilisés par la Région Réunion risquaient d’être perdus et de faire défaut à notre développement. Sur ce sujet, il ne nous a pas échappé que le « pacte de croissance » accolé au programme de rigueur de Mme Merkel, lors du sommet européen des 28-29 juillet derniers, prévoit le rapatriement de 55 milliards d’euros de fonds européens non employés. Faut-il craindre que cette suite d’« économies » se fasse aux dépens des grands changements structurels dans les outremers ?
Le discours de politique générale tenu par M. Ayrault n’est pas de nature à dissiper ces incertitudes. Si l’on peut se féliciter que le Premier ministre a mentionné la jeunesse, la lutte contre la vie chère et l’emploi, en revanche on peut s’interroger sur la stratégie de développement à long terme, seule à même de desserrer l’emprise des monopoles. AAMAR tient à rappeler que François Hollande, notamment lors de son déplacement à Tahiti, avait fait de la lutte contre les monopoles et oligopoles l’une de ses priorités pour l’Outre-mer. AAMAR regrette que ces objectifs essentiels n’aient pas trouvé d’écho dans les déclarations du Chef du Gouvernement.
AAMAR demande aux députés de la majorité présidentielle, Erika Bareigts, Monique Orphé, Jean-Claude Fruteau, Patrick Lebreton et Jean-Jacques Vlody, de rappeler ces engagements au Chef de l’Etat. Nous tenons plus particulièrement à interpeller ces élus, quant à la nécessité vitale de réaliser au plus vite l’engagement pris publiquement par M. Hollande, de reprendre la construction du train brisée sous l’égide de l’ancien gouvernement. AAMAR réaffirme que seul le développement d’un tel mode de transport constitue un moyen de rupture définitive de l’influence néfaste du monopole abusif des hydrocarbures à La Réunion. La construction de cette infrastructure est donc le prolongement naturel des propositions formulées par AAMAR, qui visent à une appréhension par la puissance publique, de l’approvisionnement et du stockage des carburants.


Kanalreunion.com