Actualités

« L’absence d’un vrai débat démocratique »

Cantonales : mise au point de Roland Robert et Marcelle Puy à La Possession

Céline Tabou / 18 mars 2011

A l’occasion d’une conférence de presse, jeudi 17 mars, Roland Robert et Marcelle Puy, accompagnés de leurs soutiens, ont tenu à réagir face à une campagne de « ladi lafé, d’accusations, de diffamation qui reposent sur la rumeur ».

« Nous pensons que ce qui intéresse les électeurs, ce sont des informations sur le rôle du Conseil général, le bilan du conseiller général sortant et les programmes des uns et des autres », a annoncé le maire de La Possession. Prenant conscience de la bassesse de la campagne et des dénonciations faites devant la presse, et non une juridiction, Roland Robert a tenu à rappeler que l’important est d’informer les électeurs sur les différentes missions du Conseil général.

Mettant en avant le bilan du Conseil général, Roland Robert questionne : « Sur notre bilan, qui peut honnêtement le contester ? ». Ce dernier s’inquiète et ajoute : « S’il n’est pas bon, cela signifie que celui qui sera élu va supprimer tout ce qui a été fait : le Chèque santé, le Chèque amélioration de l’habitat, le Pass Jeunes, la gratuité des transports pour les personnes âgées et handicapées… ».

Une campagne de diffamation « éhontée »

Roland Robert, appuyé par sa suppléante, a dénoncé les « propos outrageants pour Marcelle et moi-même, mais surtout tous les employés communaux, qui sont rabaissés, infantilisés, insultés ». Les deux candidats ont dénoncé les méthodes de leurs adversaires, notamment Jérôme Testan (Réunion en confiance, UMP), Vanessa Miranville (EE-LV) et Roland Lallemand qui les ont accusé d’exercer « des pressions sur le personnel communal ou des membres de leur équipe », a indiqué Roland Robert.

« Alors, comme on n’a pas d’arguments contre le bilan, que leur programme est particulièrement moribond, on tombe donc dans la calomnie et le commérage, et on essaie de faire peur à l’électorat ». Par cela, les candidats fustigent les affaires ressorties pour l’occasion sur le dossier Pongérard et Souprayenmestry. Ces deux affaires de foncier ont été le moyen pour Vanessa Miranville et Roland Lallemand de « faire peur aux électeurs », afin qu’ils croient que les impôts vont augmenter.

Dénonçant l’absence de programme et de propositions, les deux candidats PCR ont aussi dénoncé l’acharnement dont ils font preuve. Après la hausse des impôts qui n’aura pas lieu, « on nous sort l’accusateur ultime : une pression exercée sur les employés communaux ». « Nous avons (…) plus de 1.000 employés communaux et chacun a sa liberté d’opinion et ils ont des syndicats pour les défendre », s’est défendu Roland Robert. Ce dernier a conclu que si leurs adversaires ne retiraient pas publiquement leurs propos, « ils nous obligeront à les assigner en justice pour diffamation ».

Céline Tabou


Une campagne confiante

La réalité du terrain n’a rien à voir avec la réalité des urnes, « nous verrons les résultats dimanche », mais « nous voulons rétablir une certaine vérité sur ce qui se passe concrètement sur le terrain. Cela fait plus d’un mois que nous sommes en campagne. Le soutien de la population est là », a indiqué Roland Robert.

Mettant en avant les soutiens auxquels ils ont droit, Roland Robert et Marcelle Puy se sont réjouis du monde présent aux meetings, à « la dynamique de la victoire » qui « n’a jamais été aussi forte, aussi palpable ».


Réunion publique au Port

En avant vers deux grandes victoires le 20 mars !

Tous à la ZUP communale à partir de 17h30


Kanalreunion.com