Actualités

L’aide à la personne un secteur d’avenir

Gisement d’emplois

Manuel Marchal / 22 août 2017

Depuis de nombreuses années, le PCR revendique la structuration de deux grands services d’intérêt public dans l’environnement et l’aide à la personne pour pérenniser les emplois aidés. Dans ce dernier secteur, plusieurs organisations patronales font des propositions pour créer 200.000 emplois en France. Compte-tenu de l’orientation idéologique du MEDEF et autres syndicats de patrons, des divergences existent avec la proposition du PCR. Néanmoins, le projet patronal propose l’implication des banques pour accélérer les créations d’emploi. C’est une piste intéressante pour les deux grands services d’intérêt public proposés par le PCR.

JPEG - 73.2 ko
L’aide à la personne, une réponse aux immenses besoins en emploi à La Réunion. (photo C.F.)

Les services à la personne sont un gisement d’emplois. Même dans un pays comme la France, où la démographie est bien moins dynamique qu’en France, ce secteur est prometteur. Les organisations patronales avancent donc des propositions.

« Innover pour redonner du pouvoir d’achat aux 4,5 millions de Français faisant appel chaque année aux services à la personne, relancerait l’activité du secteur et créerait environ 200.000 emplois », écrivent le président du Medef Pierre Gattaz, celui de la Fédération du Service aux Particuliers Maxime Aiach, Marie-Anne Barbat-Layani, la directrice-générale de la Fédération Bancaire Française, Sophie de Menthon, présidente du mouvement patronal ETHIC et Léonidas Kalogeropoulos, porte-parole des Chantiers de l’Entreprenalisme, dans cette tribune parue dans le Journal du Dimanche, dimanche dernier.

200.000 emplois possibles

Ils demandent de « trouver une solution au problème de trésorerie des ménages lié au décalage dans le temps du remboursement du crédit d’impôt auquel ils ont droit, avancé lors de leur consommation de services à la personne ». Ils proposent de « changer la loi pour permettre aux banques de pouvoir mobiliser des créances fiscales d’un ménage avec la même facilité qu’elles avancent le montant de factures en attente de règlement d’une entreprise grâce au bordereau Dailly »

Les organisations patronales estiment que « ce mécanisme permettrait la création de plusieurs dizaines de milliers d’emplois en douze mois (jusqu’à 200.000, estiment-ils), dont plusieurs milliers dès les premiers mois, et des rentrées de cotisations fiscales et sociales dans les comptes publics de l’ordre de 1 milliard d’euros », précise « La Tribune ».

Pour des emplois d’intérêt public

La proposition des patrons reconnaît l’importance de considérer le secteur de l’aide à la personne comme un levier important pour la création d’emplois. Là où l’analyse diffère de celle du PCR, c’est au sujet du champ et des moyens. Les organisations patronales ciblent les aides de l’État versées aux « ménages » au titre de l’emploi de salariés à domicile. Les employeurs de ce type de contrats aidés reçoivent en contrepartie de l’embauche un crédit d’impôt. Cela veut donc dire qu’il faut être suffisamment riche pour payer des impôts sur le revenu à un niveau tel qu’embaucher permet de transformer une partie de sa dette envers la société en un salaire versé à une ou plusieurs personnes.

Le PCR propose une autre approche, en insistant sur l’intérêt public. La démographie de La Réunion entraîne des besoins dans les domaines de l’accueil de la petite enfance, et du soutien aux personnes âgées. L’objectif est de pérenniser tous les emplois aidés afin qu’ils répondent à des besoins permanents et soient formés dans ce but. C’est ainsi que le secteur de l’aide à la personne peut être un des deux grands services d’intérêt public capable de créer de nombreux emplois, l’autre domaine étant l’environnement.

Implication des banques

La proposition des patrons implique notamment les banquiers. Ces derniers se disent donc prêts à avancer de l’argent pour accélérer le recrutement d’emplois à domicile. Ceci souligne donc que des banques peuvent jouer un rôle important dans un projet de création de milliers d’emplois. C’est un point important, gageons que les banques puissent témoigner de la même volonté pour accompagner la création à La Réunion des deux grands services d’intérêt public dans l’environnement et l’aide à la personne.

M.M.


Kanalreunion.com