Actualités

L’Alliance dans la lutte pour sauver des dizaines de milliers d’emplois

L’Alliance la seule à parler des rendez-vous décisifs du mandat 2010-2014

Témoignages.re / 15 février 2010

Plusieurs rendez-vous décisifs marqueront le prochain mandat des conseillers régionaux. Paul Vergès les a décrits dans son discours ce dimanche à Pierrefonds. Des rendez-vous que, mise à part l’Alliance, aucune liste n’aborde. C’est pourtant toute l’économie réunionnaise qui est concernée, et des dizaines de milliers d’emplois sont en jeu.

• Octroi de mer menacé : quelle solution pour sauver l’emploi ?

Paul Vergès a ensuite expliqué les enjeux de plusieurs rendez-vous importants qui attendent La Réunion entre 2010 et 2014.
C’est tout d’abord le devenir de l’octroi de mer. C’est une source importante du financement des collectivités, c’est aussi une protection pour les entreprises réunionnaises et donc pour l’emploi. Le maintien ou pas de l’octroi de mer est décidé par l’Union Européenne. Or, une majorité des États-membres sont contre l’octroi de mer. Quelle sera la solution ? La Région est concernée car c’est elle qui collecte et fixe les taux.


• Combien vaudra une tonne de cannes dans 4 ans ?

C’est en 2014 que les règles de fonctionnement actuel du marché du sucre en Europe prennent fin. C’est vers l’Europe qu’est exportée la grande majorité du travail des planteurs sous forme de cannes transformées en sucre ou en alcool.
Aujourd’hui, les règles permettent à l’État de verser des subventions pour compenser un prix d’achat insuffisant payé par l’usinier. Ces subventions permettent au planteur de vendre une tonne de cannes 70 euros. Sans elles, une tonne de cannes vaut 39 euros. Qui peut planter de la canne pour la vendre à 39 euros la tonne ?
À cela s’ajoute une information capitale : ce sont désormais des planteurs de betteraves qui sont les propriétaires des deux usines. Plus d’un siècle et demi de notre Histoire a été ainsi effacé, souligne Paul Vergès.


• Quelle solidarité européenne ?

Grâce à la politique de solidarité européenne, La Réunion a pu obtenir des financements pour ses infrastructures, ses lycées, ses centres de formation et ses formations. L’Europe mène une politique régionale qui a pour but de réduire les inégalités entre les Régions. Mais en Europe, la situation a changé. Plusieurs pays demandent que les États prennent en charge la politique régionale. Car du côté des nouveaux États-membres, les écarts de développement sont tels qu’ils considèrent que cette solidarité européenne doit leur bénéficier en priorité, et que c’est aux pays riches de l’Europe de régler eux-mêmes leurs problèmes d’inégalités.
Les programmes européens qui découlent de cette politique régionale se terminent en 2013, y aura-t-il un programme européen d’investissements 2014-2020 ?


• Quelles relations avec les pays voisins ?

C’est durant le prochain mandat 2014-2020 que seront signés les Accords de partenariats économiques entre les pays voisins et l’Union Européenne. L’application de ces accords obligera La Réunion à s’ouvrir totalement à tous les produits qui viendront de nos voisins. C’est donc une intégration dans un environnement de plus de 300 millions de personnes, où les salaires et les conditions sociales sont bien moins élevés qu’à La Réunion. Quel sera l’avenir des productions réunionnaises ?


• Quels moyens pour les collectivités ?

Le président de la République a annoncé son intention de faire passer en trois ans le déficit public de plus de 8% à 3% du PIB. Paul Vergès rappelle que les collectivités locales seront mises à contribution. Quels seront alors les moyens dont disposeront les collectivités ?


Kanalreunion.com