Actualités

L’Alliance des compétences seule réponse réunionnaise à la crise

Grand meeting à Saint-André

Manuel Marchal / 8 mars 2010

Un nombreux public a participé samedi à une réunion publique de l’Alliance à Saint-André. Dans une ambiance très chaleureuse, les différents orateurs ont expliqué les enjeux de l’élection de dimanche. Pour la préparation de ce scrutin décisif pour l’avenir de La Réunion, l’Alliance tenait une réunion dans un lieu marqué par les luttes du peuple réunionnais : l’usine de Ravine Creuse.

Avant la crise de la filière canne provoquée notamment par les accords de 1969, Saint-André était une des principales villes industrielles de La Réunion. Saint-André a été aussi le lieu où, pour la première fois depuis l’abolition du statut colonial, le pouvoir a utilisé la violence et la fraude massive pour empêcher le suffrage universel de s’exprimer. C’était en 1957, après le décès du Docteur Raymond Vergès, fondateur de "Témoignages", député de La Réunion et maire de Saint-André. Le lieu de la réunion publique de samedi rappelait cette histoire, puisque le meeting s’est déroulé dans un bâtiment situé à l’intérieur de l’usine de Ravine Creuse, la première usine fermée à la suite des accords de 1969 signés par Jean-Paul Virapoullé.
La rencontre était présidée par Eric Fruteau, vice-président du Conseil général et maire de Saint-André. Lors de son discours, Eric Fruteau a appelé à amplifier le partenariat entre la Région et sa commune (voir encadré). Une des principaux chantiers des années qui viennent à Saint-André est le réaménagement du territoire. L’objectif est de construire une déviation afin que la ville ne soit plus coupée en deux par la quatre voies actuelle.
Brigitte Malet revient sur les combats menés au sein du COSPAR pour faire baisser les prix et augmenter les revenus des plus pauvres. Elle rappelle que seule l’Alliance a fait part de son soutien aux propositions de l’Alliance des Réunionnais contre la pauvreté.
Jean-Pierre Marchau souligne que la situation est devenue tellement complexe qu’un seul parti ne peut être seul au pouvoir. L’Alliance se projette dans l’avenir, tout en prônant la gouvernance la plus large, dit-il, appuyant sa démontration sur la comparaison des programmes relatifs à l’environnement publiés dans la presse du jour.
Aline Murin-Hoarau appelle à construire la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise, « temple de la connaissance », car « notre Histoire ne mérite plus d’être enfermée dans un placard ». Cette fierté de notre passé se retrouvera dans la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise.

L’importance de dire la vérité

Camille Sudre constate le désarroi dans lequel se trouvent les adversaires de l’Alliance. Il rappelle également la présence de Serge Camatchy sur la liste conduite par Didier Robert.
Paul Vergès est le dernier orateur à prendre la parole. Il rappelle les enjeux de cette élection, en insistant sur l’importance de dire la vérité à son peuple (voir encadré). Après avoir décrit quelques projets, et en particulier la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise, Paul Vergès conclut son intervention en revenant sur le projet de construction de déviation de Saint-André. Cela permettra de « transformer Saint-André ». La quatre voies actuelle deviendra alors un boulevard central qui sera « l’avenue la plus belle de La Réunion » et rassemblera les deux moitiés de Saint-André.

Manuel Marchal


Paul Vergès : « une équipe capable de discuter avec le gouvernement »

Paul Vergès insiste sur l’importance de dire la vérité. Cette vérité, c’est la crise que connaît notre pays avec le chômage, la pauvreté, le manque de logement, l’illettrisme. La vérité, c’est aussi les grands rendez-vous de la période 2010-2014 : quel avenir pour l’octroi de mer, pour les planteurs ? Quel sera le niveau des fonds structurels européens pour la période 2014-2020 ? Quelle sera la part d’un État en crise dans le prochain Contrat de projet État-Région 2014-2020 ? Quel sera l’impact des accords de partenariat économique pour La Réunion ?
« Le vote va déterminer les interlocuteurs » de l’État et de l’Europe pour négocier sur ces questions essentielles, prévient Paul Vergès. C’est sur la base de ces enjeux qu’a été constituée « une équipe capable de discuter avec le gouvernement ».
Paul Vergès poursuit son intervention en évoquant quelques projets de l’Alliance susceptibles de créer rapidement de nombreux emplois. Il appelle notamment à un regroupement des collectivités pour proposer au gouvernement des solutions réunionnaises en matière d’adaptation au changement climatique, de traitement des déchets ou d’assainissement.
La tête de liste de l’Alliance est revenue sur la rencontre entre Michel Vergoz, Jean-Paul Virapoullé, Nadia Ramassamy et Eric Magamootoo ayant pour objet de définir une stratégie pour faire perdre l’Alliance. C’est ce que Paul Vergès appelle « la trahison ». Cet événement, et le sondage paru samedi dans la presse, sont autant d’arguments pour un vote efficace dès le 14 mars.
Paul Vergès rappelle ensuite toute l’importance de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise, l’outil de la réparation et de l’égalité des cultures. « Nous pouvons faire la démonstration que ce qui compte pour nous à La Réunion, c’est l’unité des Réunionnais par rapport aux différences ».


Eric Fruteau : « le 14 mars, nous irons tous voter en masse pour l’Alliance et Paul Vergès »

C’est Eric Fruteau, maire de Saint-André et vice-président du Conseil général, qui ouvre le meeting. Il rappelle que face à l’aggravation de la crise, la Région et le Conseil général ont réussi à élaborer un document, une contribution aux Etats généraux. Ce document a été adopté par plusieurs communes, dont Saint-André, indique Eric Fruteau. Il appelle à continuer dans la logique de projet, de programme, et de sortir des divisions. Eric Fruteau souligne l’importance d’amener à la Région une équipe d’« élus responsables et conscients de leurs responsabilités actuelles et futures ». Il poursuit en expliquant que le bilan de l’Alliance s’appuie sur des éléments visibles par tout le monde. « Depuis 1998, 85 millions d’euros ont été amenés par la Région pour les Saint-Andréens, cela montre que le président de la Région est capable d’aller au-delà des clivages pour l’intérêt général des Saint-Andréens », précise-t-il en substance.
Eric Fruteau appelle à « un nouveau partenariat avec la Région, pour défendre notre développement, nos projets ». C’est par exemple la construction d’une déviation de Saint-André pour que la commune ne soit plus coupée en deux par l’actuelle voie expresse, c’est aussi le plan de valorisation des énergies renouvelables à Saint-André. Pour ce « partenariat actif au service des Saint-Andréens », il n’y a qu’« une seule équipe sérieuse, expérimentée, c’est l’Alliance ». Et Eric Fruteau conclut : « le 14 mars, nous irons tous voter en masse pour l’Alliance et Paul Vergès ».


Kanalreunion.com