Actualités

L’Alliance propose d’accélérer le développement durable

Des milliers d’emplois avec l’autonomie énergétique

Manuel Marchal / 2 mars 2010

Philippe Berne, Marie-Pierre Hoarau, Jean-Pierre Marchau et Rahiba Dubois ont présenté hier les lignes directrices du programme de l’Alliance en matière de développement durable. Le développement des énergies renouvelables et des transports collectifs ainsi que l’accentuation de la maîtrise de la consommation s’inscrivent également dans la réponse à l’urgence sociale : augmenter le pouvoir d’achat des Réunionnais.

Après la pose des fondations d’une nouvelle économie, la prochaine étape sera celle du développement durable d’une société qui comptera un million d’habitants en 2025. L’Alliance a présenté hier les moyens qui permettront d’atteindre cet objectif, avec les interventions de Philippe Berne, Marie-Pierre Hoarau, Jean-Pierre Marchau et Rahiba Dubois.
Ces moyens s’appuient tout d’abord sur un bilan décrit par Marie-Pierre Hoarau. Depuis 1998, la Région a créé des outils et mis en place des politiques pour atteindre l’objectif d’autonomie énergétique en 2025. C’est tout d’abord la création de l’Agence régionale de l’énergie Réunion (ARER) suivie par celle de la feuille de route de l’autonomie énergétique 2025, le PRERURE. Outre l’accélération de l’installation des chauffe-eau solaires avec la pose du 100.000ème l’an dernier, Marie-Pierre Hoarau précise que des mesures ont été prises en 2003 pour faire décoller le solaire photovoltaïque. « Plus de 42 mégawatts sont installés et pour 2010, les projets prévus sont de 40 mégawatts ». L’éolien est une autre énergie amenée à se développer, ainsi que l’hydraulique et la biomasse. Marie-Pierre Hoarau précise que de nouvelles variétés de cannes peuvent augmenter la part de la biomasse. Il s’agit notamment de la canne-fibre qui peut investir des terres en friches afin d’apporter des revenus aux planteurs.

Accélérer le développement des transports collectifs

Philippe Berne revient sur les créations d’emplois liées à ce plan de développement durable. Rien que pour les chauffe-eau solaires, ce sont déjà 500 emplois durables. Il rappelle également l’implication de la Région dans la création du Parc national et de la Réserve marine, deux outils au service de la sauvegarde et de la valorisation de la biodiversité. Il souligne également que le développement durable est un axe majeur du Schéma d’aménagement régional.
Concernant les perspectives, Marie-Pierre Hoarau note que le tram-train ne va pas à l’encontre des modes de transport. Si des maires veulent mettre l’accent sur les bus, qu’ils le fassent au plus vite, dit-elle en substance, car ces réseaux permettront d’accentuer davantage l’efficacité et le succès du tram-train. Rahiba Dubois cite le projet de voie vélo régionale. Le développement de ces nouveaux modes de transport permettra aux Réunionnais de gagner du pouvoir d’achat. Marie-Pierre Hoarau note que la voiture peut représenter plus de 50% du budget d’une famille, que reste-t-il alors pour l’épanouissement ?

Des questions à régler en 15 ans

Concernant les perspectives, Philippe Berne précise que pour ce qui concerne l’objectif d’autonomie énergétique, la période 2010-2014 verra les applications de STARTER, avec un travail sur le mix énergétique de La Réunion du million d’habitants. La consommation en énergie sera couverte en 2025 par la biomasse, les énergies de la mer, la biomasse, la géothermie, l’éolien et le photovoltaïque. Cette autonomie énergétique permettra d’économiser une facture annuelle de 500 millions d’euros par an, souligne Rahiba Dubois. Cela signifie donc un gain de pouvoir d’achat pour les Réunionnais.
Dans le développement durable comme dans les autres domaines, l’Alliance plaide pour une mise en cohérence des politiques. Elle appelle à construire une stratégie globale en appelant à dépasser les compétence de chacun, ceci afin d’accélérer la recherche de solutions durables et adaptées à La Réunion pour le traitement des déchets et l’assainissement. Ces questions peuvent être réglées avant 2025, et leur mise en œuvre dès maintenant peut répondre à l’urgence sociale en créant rapidement des milliers d’emplois de proximité.

Manuel Marchal


Aller vers le 100% durable

Jean-Pierre Marchau a exposé ce que pourrait être La Réunion de demain, un pays où le maximum de produits sera recyclé, afin de rompre avec une société de gaspillage. C’est l’économie circulaire.
Au lieu d’encourager la consommation de produits jetables, l’économie circulaire vise à la création d’unités de recyclage de proximité, qui permettront de créer sur place des emplois tout en réduisant la consommation des matières premières nécessaires à la production des biens que nous consommerons. Aller vers le zéro déchet, c’est « un gisement d’emplois extraordinaire », précise-t-il, c’est possible en revenant « à la logique économie de proximité ».


Kanalreunion.com