Actualités

L’appel du maire du Port à la répression contre les jeunes, voilà le “changement” au Port

Solidarité avec la jeunesse

Témoignages.re / 5 janvier 2015

Firose Gador dénonce la volonté d’Olivier Hoarau, un maire « jeune » du Port, d’appeler à la répression contre la jeunesse de sa ville. A quoi sert-il d’être un maire « jeune » ? Voici le message de Firose Gador.

Le maire du Port Olivier Hoarau vient de donner en l’espace de moins de 24 heures un bel échantillon de sa légèreté. Qu’on en juge.

Interrogé par le Quotidien au sujet de la parade de jeunes dans la nuit de la St-Sylvestre sur l’avenue de la Commune de Paris, Olivier Hoarau tient à « relativiser les choses » rapporte le journaliste, qui le cite : « N’oublions pas que le contexte est festif, ce qui peut justifier un peu tout ça. (…) Le soir du réveillon, ils ont voulu se sentir tout puissants, voilà tout ». (Le Quotidien du dimanche 4 janvier 2015).

Sur Imaz Press Réunion, dans un communiqué paru ce même dimanche à 14 heures, changement de ton, et posture diamétralement opposée. Le même Olivier Hoarau écrit ceci : « Même si nous n’avons, fort heureusement, que peu de dégâts et aucune victime à déclarer, ces faits demeurent intolérables et le contexte festif de la Saint-Sylvestre ne saurait justifier de tels agissements. Je les condamne, donc, fermement ».
Et il ajoute : « Et puisqu’il y a manifestement trouble à l’ordre public, j’ai saisi le Procureur de La République pour qu’il use de toutes ses prérogatives afin d’identifier les auteurs de ces actes et, dès lors que leurs responsabilités seraient établies, qu’ils soient poursuivis ».

Alors, « contexte festif »… ou « identifications et poursuites" ? Il faut “relativiser”… ou il faut « condamner fermement" ?

En appelant à la « répression intransigeante de faits délictueux » après avoir quelques heures auparavant « justifié un peu tout ça », le maire du Port étale sa légèreté et ses incohérences. Ce n’est pas en flattant les jeunes du Port, puis en appelant à les punir, qu’il redorera une image déjà bien dégradée en seulement quelques mois.
D’autant que cet appel à la répression est démesuré par rapport aux faits. La légèreté du maire se double là d’un manque de sang-froid évident. La commune du Port n’est pas sortie en l’espace d’une nuit de la Saint-Sylvestre de « l’Etat de droit, celui de la République », comme voudrait dramatiser Olivier Hoarau, en alertant le ministre de l’Intérieur lui-même !

En tout cas, le fameux “changement” au Port est bel et bien réel. L’appel du maire Olivier Hoarau à la « répression intransigeante » en est un signe peu glorieux.

Firose Gador


Kanalreunion.com