Actualités

L’après RUP se décide maintenant

Signature de l’accord de partenariat économique entre l’UE et l’Afrique australe et orientale

Témoignages.re / 4 mai 2015

Au cours des 5 prochaines années, La Réunion, en tant que région de l’Union européenne, sera également intégrée à une vaste zone de libre-échange composée par les États signataires d’un accord de partenariat économique avec l’UE. Pour Paul Vergès, c’est l’annonce la fin de la période des régions ultrapériphériques. Quel sera le concept qui permettra à La Réunion de réussir le pari de cette double intégration ?

JPEG - 79.6 ko
Quel avenir pour les produits réunionnais dans un marché de 600 millions d’habitants ?

L’Union européenne a adhéré à l’Organisation mondiale du commerce. Une conséquence est la fin des accords préférentiels signés avec des pays tiers. C’est le cas des accords de Lomé, entre l’Union européenne et les anciennes colonies regroupées sous l’abréviation de pays ACP (Afrique, Caraïbe et Pacifique). Pour continuer les relations commerciales avec les pays ACP, l’Union européenne a proposé les accords de partenariat économique. Ils se négocient entre l’Union européenne d’une part, et des blocs régionaux d’autre part. Les pays voisins de La Réunion, dont les îles de l’océan Indien, font partie de celui de l’Afrique orientale et australe. De l’Afrique du Sud à l’Ethiopie en passant par Madagascar, c’est un ensemble de 600 millions de personnes qui va s’intégrer à une Europe forte de 500 millions d’habitants.

C’est donc un problème majeur posé aux autorités de La Réunion et de France.
La Réunion est intégrée à l’Europe, elle va l’être à un autre ensemble qui sera lié par accord à l’Europe. Quel sera l’avenir de l’économie de notre île, face aux produits européens et ceux fabriqués chez nos voisins à un coût défiant toute concurrence ?
« C’est le problème le plus important à régler. Nous ne sommes tenus au courant de rien. Notre sort de Réunionnais va être réglé, et rien n’est dit », a averti Paul Vergès.

En tant que membre du Parlement européen, l’élu réunionnais avait été un des acteurs de la création du concept de région ultrapériphérique (RUP). Ce dernier était la traduction de réflexions sur le devenir des îles loin de l’Europe au sein de l’Union européenne. Le débat eut lieu notamment entre Paul Vergès et le cabinet de Jacques Delors, alors président de la Commission européenne. Le statut de RUP répond à des critères tels que l’insularité, l’éloignement de l’Europe… en rapport avec une intégration à l’ensemble européen. Mais la signature prochaine de l’APE bouleverse cet équilibre en ajoutant une nouvelle intégration. « Où est la réflexion du gouvernement français ? », a interrogé Paul Vergès.

Cette question sera tranchée dans les cinq années à venir, période de gestion des fonds européens. C’est aussi là que la croissance démographique pèsera de tout son poids. En 1947, Madagascar avait 4 millions d’habitants, 23 millions l’an dernier et 55 millions en 2050. Les États-Unis cherchent déjà à se positionner, a expliqué le sénateur. Madagascar était invitée au premier sommet Afrique/États-Unis organisé l’an dernier à Washington. Le couple présidentiel a ainsi été photographié avec les Obama.
Ces changements montrent que la période des RUP touche à sa fin, « qu’est-ce que l’Europe prévoit pour nous ? », conclut Paul Vergès.


Kanalreunion.com