Actualités

L’ARCP appelle à voter l’Alliance

Elections régionales : pour l’ARCP, la bataille ne fait que commencer

Témoignages.re / 20 février 2010

L’Alliance des réunionnais contre la pauvreté (ARCP) compte en son sein deux candidats présents sur des listes pour ces élections régionales : Brigitte Malet a été désignée pour être la représentante de l’ARCP sur la liste de l’Alliance ; Roland Lambert a pris l’initiative personnelle d’adhérer à la liste d’André Thien-Ah-Koon. L’ARCP respecte ce choix, mais il appelle clairement à soutenir la candidature de Paul Vergès, et à voter pour Brigitte Malet, qui représente du mouvement. Explications.

Mercredi 10 février 2010. L’Alliance des réunionnais contre la Pauvreté donne rendez-vous à la presse devant les bureaux de dépôt des listes, à la Préfecture. Moment symbolique, elle appelle les candidats aux élections régionales à prendre contact avec le mouvement. Les 52% de Réunionnais vivant en dessous du seuil de pauvreté ont tous leur place dans ces élections, affirme Jean-Hugues Ratenon, membre du mouvement. « On ne peut pas parler de développement durable sans parler de social », martèle-t-il. Pour l’heure, un seul candidat a contacté l’ARCP : Paul Vergès. Une discussion s’en suit, Paul Vergès propose au mouvement d’être représenté sur sa liste en position éligible. L’ARCP choisit Brigitte Malet, « une femme de tous les combats » et qui sait plus que d’autres ce qu’est la pauvreté. L’ARCP appelle donc à voter pour l’Alliance et regrette que les autres têtes de liste n’aient pas pris contact avec le mouvement. Ont-ils été freinés par la « réactivité » de l’Alliance, se demande l’ARCP. Roland Lambert, de son côté, a fait le choix de figurer sur la liste d’André Thien-Ah-Koon selon ses convictions.

« Notre mouvement se bat pour des responsabilités »

Pour l’ARCP, une étape est franchie avec la présence de Brigitte Malet sur la liste de l’Alliance. Mais la bataille ne fait que commencer. « On ne se fait pas d’illusion, ce ne sera pas facile », affirme Jean-Hugues Ratenon. Certes, il y a des points de convergence entre les propositions de l’ARCP et le programme de l’Alliance : le logement, la lutte contre l’illettrisme, emplois de proximité, Chambre représentative des associations... Pour l’ARCP, il faudra à la fois mener une « bataille interne » à l’Alliance et « une bataille législative » pour faire appliquer ces points de convergence. L’ARCP compte bien poursuivre son engagement pour les prochaines élections législatives, et autres échéances électorales. « Nous sommes au début de notre mouvement », informe Jean-Hugues Ratenon.

Robert et Virapoullé : « lamentable »

Que dire des autres listes ? L’ARCP ne doute pas que certains candidats soient des hommes de valeurs. Mais Didier Robert et Jean-Paul Virapoullé ne font pas partie de ceux-là. « Sur quelle base Didier Robert et Jean-Paul Virapoullé se sont-ils séparés ? Ils ont le même projet, ce n’est qu’un problème de place. C’est lamentable, estime Jean-Hugues Ratenon. Ils vont payer cash. Il faudra les faire payer, sinon cela signifierait que les électeurs cautionnent ce genre de comportement qui consiste à mener des négociations pour une place ». De plus, un bulletin pour Didier Robert, c’est encourager la politique de démolition sociale engagée par Nicolas Sarkozy. Et avoir la mémoire courte, après l’indifférence de la visite du président de la République pour les 52% de la population. « Nous n’avons qu’un seul candidat, la lutte contre la pauvreté. La pauvreté n’est ni de Gauche, ni de Droite. Ceux qui ne peuvent plus la supporter se battent contre elle et non pour une place », ajoute Eric Parlier, membre de l’ARCP.

L’ARCP pointe enfin les contradictions quant au projet du tram-train. « Une priorité » pour l’ARCP qui mènera un combat interne pour permettre un tarif pour les plus défavorisés. Comment expliquer le soutien de Martine Aubry et de Nicolas Sarkozy au tram-train et l’opposition des candidats UMP et PS aux élections régionales ? « Seul Paul Vergès a pris l’engagement de démarrer les travaux du tram-train dès le mois de juin », souligne Jean-Hugues Ratenon.

EP


Brigitte Malet, représentante des « abandonnés »

Brigitte Malet est une femme de tous les combats. À l’UFR, à Agir pou nout tout, au COSPAR, à l’ARCP, elle est partout pour apporter son soutien au mouvement de lutte contre la pauvreté. Car la pauvreté, elle connaît, et trouve la force de se battre aussi pour les autres. Elle confie : « je suis depuis quelque temps atteinte dans ma dignité ». Par respect pour sa vie privée, on n’en dira pas plus.
Les situations qui la révoltent et qu’elle veut contribuer à changer ? L’illettrisme, les prix élevés, l’endettement des familles, l’absence d’un travail de fond au-delà de l’aide sociale pour accompagner les personnes en difficulté, la dure vie des petits retraités, le manque de formation pour aider les chômeurs à retrouver un travail... Un seul mot la guide : « la dignité ».


Kanalreunion.com