Actualités

L’ARCP et l’AJFER dénoncent les « traitres de la retraite »

23 Novembre 2010

Manuel Marchal / 3 février 2011

Malgré les dramatiques conséquences pour le pays, quatre parlementaires de La Réunion ont voté pour la réforme des retraites : Didier Robert, Jean-Paul Virapoullé, René-Paul Victoria et Anne-Marie Payet. L’ARCP et l’AJFER décident donc de lancer une campagne d’information pour rappeler à la population qui sont les responsables de l’aggravation de la situation.

Depuis le début de l’année, c’est une nouvelle règle qui s’applique pour les retraites. Le départ à 60 ans est supprimé, ce qui rallonge d’autant plus la période d’activité. Sauf invalidité, il n’est plus possible de partir avant 62 ans, ce qui repousse à 67 ans l’âge de départ avec lequel il est possible d’avoir une meilleure retraite.
Les conséquences d’une telle mesure sont désastreuses pour le pays. Le nombre de pauvres va encore augmenter, car il sera de plus en plus difficile d’avoir accès à une retraite à taux plein. Avec la pénurie d’emploi que connaît le pays, qui peut avoir la garantie d’une carrière pleine jusqu’à au moins 62 ans ?
Quant aux jeunes, cette réforme des retraites réduit encore leurs possibilités d’avoir droit à un emploi. Car du fait du report de l’âge de départ à la retraite, les plus anciens sont obligés de rester plus longtemps en activité. C’est donc une mesure à l’opposé des besoins suscités par la réalité réunionnaise. Cette réalité amène en effet à prévoir au contraire des dispositifs de départs anticipés avec obligation d’embaucher un jeune pour toute préretraite. C’était le principe du congé-solidarité.
Afin que la population puisse être informée du choix fait par les Réunionnais qui étaient en mesure de voter ce projet de loi, l’Alliance des Réunionnais contre la pauvreté et l’Alliance de la jeunesse pour la formation et l’emploi à La Réunion ont lancé une vaste campagne d’explication : les « traitres de la retraite ». Des affiches ont été placardées dans toute l’île pour rappeler que des parlementaires ont préféré leur intérêt personnel ou celui d’un parti parisien à celui de 830.000 Réunionnais.

M.M.


Kanalreunion.com