Actualités

L’avenir de La Réunion se décide dès maintenant

Les rendez-vous du mandat 2010-2014

Manuel Marchal / 10 février 2010

Dès le début de la conférence de presse, Paul Vergès met en évidence plusieurs rendez-vous décisifs qui auront lieu d’ici 2014. Les conseillers régionaux élus le mois prochain auront à prendre la responsabilité de défendre l’intérêt général de La Réunion dans ces questions immédiates.

Paul Vergès a fait part tout d’abord de son inquiétude vis à vis du déroulement de la campagne. Lors de ce scrutin, les citoyens éliront ce qui sera le dernier Conseil régional de La Réunion, explique Paul Vergès. Car les projets du gouvernement tendent vers une réforme des collectivités territoriales avec le remplacement des conseillers régionaux et généraux par les conseillers territoriaux. Dans cette réforme, quel sera le modèle appliqué pour La Réunion ?
Ces Régionales se déroulent dans un contexte marqué par des rendez-vous essentiels.
Le premier est lié à l’engagement pris par le gouvernement envers l’Union Européenne : réduire le déficit public de 8,2 à 3% du PIB en trois ans. Pour atteindre cet objectif drastique, Paris demande aux collectivités de participer à l’effort. Le Conseil régional sera donc concerné.

Avenir des planteurs, des fonds européens…

Le second touche une part de la vie quotidienne des Réunionnais : l’octroi de mer. Le régime dérogatoire actuel se terminera à 2014. Par quoi sera-t-il remplacé ? Paul Vergès ajoute un élément qui donne une dimension d’inquiétude à une incertitude. Chaque année, Paris doit remettre à la Commission européenne un rapport sur l’octroi de mer. Cette année, la Commission a demandé au gouvernement de rendre à nouveau son rapport car elle n’est pas convaincue que l’octroi de mer apporte la contribution prévue au développement. Les conseillers régionaux élus en mars devront prendre position sur cette question.
La réforme du marché sucrier européen est aussi un rendez-vous qui va concerner le prochain mandat des conseillers régionaux. Paul Vergès rappelle un élément nouveau dans cette filière en le replaçant dans la dynamique de l’Histoire. Au moment où la France était touchée par la crise économique des années 1930, les betteraviers et les producteurs de sucre de canne s’affrontaient pour avoir la plus grande part à prix garanti. Une fois le contingentement défini, la bataille avait lieu à La Réunion entre les plus importants planteurs.

Quelles propositions des candidats ?

Or, désormais, Téréos est le propriétaire des deux usines sucrières. Une coopérative de planteurs de betteraves a donc pris le contrôle de l’industrie sucrière, cela signifie la perte de l’autonomie de décision de la filière canne, souligne Paul Vergès.
Le président de la Région explique aussi que le futur budget européen se négocie dès maintenant. C’est à partir de ces décisions que découleront les montants attribués à la politique régionale. Or, Paul Vergès rappelle que des pays demandent une renationalisation de la politique régionale, c’est-à-dire la prise en charge par les États de la totalité des inégalités de développement à l’intérieur de leur territoire. Les futurs conseillers régionaux devront faire entendre la voix de La Réunion sur cette question essentielle.
Ce sont des problèmes difficiles à résoudre en tant de crise, indique Paul Vergès, d’autant plus que si 2009 a été marquée par 20.000 chômeurs supplémentaires, 2010 ne s’annonce par mieux.
Sur toutes ces questions, il faudra définir des positions.
Les listes en présence postulent à diriger une structure impliquée dans les grands rendez-vous. Paul Vergès interpelle les listes concurrentes de l’Alliance : « Quelles sont leurs propositions sur des enjeux évidents pour tout le monde ? ». Force est de constater que « le silence est total ».

M.M. 


Le monde change d’échelle

Paul Vergès rappelle également les enjeux de l’ouverture d’un Consulat général de Chine à La Réunion. Le 29 janvier dernier, PricewaterhouseCoopers a indiqué qu’en 2020, le PIB cumulé du E7 (Chine, Inde, Brésil, Russie, Mexique, Indonésie et Turquie) va dépasser celui du G7 (Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie et Canada). C’est donc un changement fondamental qui s’opère.
Et en 2030, ce sera la Chine qui sera la première puissance économique mondiale devant les Etats-Unis et l’Inde. Ainsi, La Réunion sera dans le voisinage de deux des trois plus grandes puissances économiques du 21ème siècle.
C’est un bouleversement total, et quand La Réunion aura 1 million d’habitants, le monde aura changé d’échelle. Les concurrents de l’Alliance sont restés tout aussi silencieux sur les propositions qu’ils comptent faire pour anticiper cette situation totalement nouvelle.


Kanalreunion.com