Actualités

L’eau de l’Est coule à l’Ouest

Irrigation

Témoignages.re / 28 mai 2011

La galerie amont de Salazie a été inaugurée hier. Cette livraison constitue la dernière grande phase du basculement des eaux de l’Est vers l’Ouest. Plus grand chantier de La Réunion et de l’Outre-mer et plus grand chantier co-financé par l’Europe, cet ouvrage dantesque cumule tous les superlatifs. Les travaux, qui ont commencé il y a 22 ans, ont coûté au total 925 millions d’euros, dont 290 millions pour la seule galerie de Salazie. L’eau récupérée à l’Est permettra, au final, d’irriguer 7.300 hectares de terres agricoles dans l’Ouest.

Le tunnelier est silencieux. Il est l’une des vedettes de la journée, mais il ne dit rien. Il sait pourtant que sans lui, rien n’aurait vraiment été possible. Baptisé « Jacqueline » en 1999 en l’honneur de Jacqueline Payet, alors conseillère générale de Saint-Joseph, le mastodonte a vu le bout du tunnel ce lundi 23 mai à 11 heures 20. Il venait d’achever la galerie amont de Salazie.

Entre ses premières vibrations en 1999 et ce lundi 23 mai 2011, Jacqueline a connu bien des aventures. La plus inquiétante est celle qui, en 2001, l’a immobilisé au fond du chantier à plus de 1.000 mètres sous terre. La roche était beaucoup trop dure pour Jacqueline. Le tunnelier restera coincé jusqu’en 2008 avant de pouvoir recommencer à creuser. Il rencontrera ensuite trois zones aquifères (zones traversées par les eaux) et observera les ouvriers travailler à ses côtés avec de l’eau boueuse jusqu’à la taille. Il les connaît bien ces ouvriers, ils ont constamment été à ses côtés tout au long de ces années.

Au total, 120 personnes ont travaillé sur ce chantier. « Le travail se faisait selon le système des trois-huit avec en permanence 12 personnes sur le tunnelier et 6 en surface », explique Samy Renay, chef de chantier. Tous les personnels ayant participé aux travaux ont été conviés à l’inauguration de ce vendredi. « Certains travaillent toujours, d’autres sont partis à la retraite depuis », a noté Nassimah Dindar, présidente du Conseil général.

C’est que le chantier global du basculement des eaux dure depuis 22 ans. Le premier coup de pioche a en effet été donné en 1989 avec le début du creusement de la galerie de Mafate dans les Hauts de Saint-Paul. Cette première phase s’est achevée à la fin 1999, au moment où commençait le creusement de la galerie aval de Salazie. Cet ouvrage a été livré en 2006. La galerie amont, qui entre dans la seconde phase du projet, est en cours d’achèvement. « Il reste à faire les travaux de revêtement de la galerie. La mise en eau devrait se faire en juin 2013 », indiquait ce jeudi Philippe Amequin, directeur général de Bouygues TP, qui, avec Razel et la SPIE Batignolles, constituent le groupement d’entreprises travaillant sur le chantier.

Lorsque les vannes seront ouvertes en juin 2013, l’eau occupera tout l’espace de la galerie longue de 8.531 mètres et d’un diamètre de 3,20 mètres. Le précieux liquide aura « un débit de 1 mètre cube par seconde », indique Samy Renay. « De quoi remplir une piscine olympique tous les trois quarts d’heure », commente Nassimah Dindar.
Le préfet de La Réunion, Michel Lalande, parle pour sa part de « l’incroyable exploit des hommes » et ajoute : « plus qu’un ouvrage, le creusement de cette galerie a été une épopée ».

Laquelle est « un projet relevant du développent durable et structurant pour toute la zone géographique concernée », a noté la présidente du conseil général.
L’occasion pour Jean-Yves Minatchy, président de la Chambre d’agriculture, de rappeler que grâce au basculement des eaux, « 167.000 tonnes de cannes sont récoltées tous les ans dans la zone de l’Ouest irriguée par les eaux de l’Est, contre 60.000 tonnes avant l’irrigation ».

Une réussite qui fait dire à José Palma Andres, représentant de la Commission de Bruxelles, que « l’Europe continuera à appuyer les grands projets de La Réunion au-delà de 2013 ».

Devant tant d’éloges, Jacqueline le tunnelier a le triomphe modeste. Il a d’ailleurs décidé de rester définitivement sous terre. Samy Renay explique : « Il va être placé dans une cage de béton et restera pour l’éternité dans la galerie amont ».

Sans doute avec le sentiment du devoir accompli.


Kanalreunion.com