Actualités

L’écrasante responsabilité des élus réunionnais

14 novembre : dans deux jours, la clôture de la conférence économique et sociale

Manuel Marchal / 12 novembre 2012

C’est mercredi que doit avoir lieu la restitution de la conférence économique et sociale. Les élus de La Réunion ont là l’occasion décisive de s’exprimer pour informer l’opinion sur ce qu’ils proposent. Seront-ils au rendez-vous ?

C’est le 14 novembre que se terminera la partie réunionnaise de la conférence économique et sociale organisée par le gouvernement. Elle a commencé par deux journées de débat les 29 et 30 octobre autour de quatre thèmes : développement économique, dialogue social, emploi, gouvernance.

JPEG - 49.1 ko

Lors du lancement de ces ateliers préparatoires, plusieurs constats ont été faits. La majorité des 133 invités sont des agents de l’État, l’autre gros contingent est le patronat. Il ne restait donc que moins de 10 syndicats et une douzaine d’élus pour parler au nom de la population. Ensuite, les débats se déroulaient à huis clos.

Seul parlementaire sur les 11 invités à être présent le 29 octobre, Paul Vergès a dénoncé le jour même la forme et le fond de cette conférence. Le sénateur estime qu’il n’est pas possible qu’une centaine de personnes puissent débattre en quelques heures de questions aussi importantes engageant l’avenir de La Réunion. Il a aussi déploré plusieurs omissions dans les thèmes abordés : le bilan de 66 ans d’intégration de La Réunion à la France, et la politique de revenus.

Il est donc intervenu pour rappeler ces différents points avant de se lever et de quitter la salle. Paul Vergès a ainsi lancé un appel à ne pas tromper les Réunionnais.

Silence inquiétant

Le 14 novembre sera donc le rendez-vous de la vérité. C’est le moment ou jamais pour les responsables politiques de présenter leurs propositions. Les éléments extraits de cette conférence serviront à faire une synthèse relative à tout l’outre-mer, et cette synthèse aura pour but d’inspirer le gouvernement dans la politique qu’il mènera dans tout l’outre-mer jusqu’à 2017. Il faudra donc beaucoup de forces aux propositions réunionnaises pour qu’elles puissent peser sur les politiques publiques des cinq prochaines années.

Malheureusement, mis à part Paul Vergès, les parlementaires ont brillé par leur absence aux ateliers préparatoires. À cette absence s’est ajouté un inquiétant silence.

Vendredi dernier, dans une interview parue dans la presse le jour de son arrivée, Victorin Lurel, ministre des Outre-mer, annonce que le RSTA et la prime COSPAR n’ont pas vocation à durer. Les deux dispositifs amènent une prime de vie chère pouvant aller jusqu’à 150 euros pour les salariés les moins bien payés. Sauf le PCR, tous les partis restent silencieux.

Quelles propositions ?

Si une telle catastrophe se produisait, ce serait des dizaines de milliers de travailleurs qui verront leur salaire diminuer. Le Parti communiste réunionnais a été le seul à donner sa position sur ce sujet. Il a demandé au gouvernement de maintenir le RSTA et la prime COSPAR.

Les parlementaires qui ne sont pas du PCR n’ont toujours pas réagi. Ils savent pourtant que le RSTA et la prime COSPAR représentent environ 10% du salaire, et qu’ils sont la seule prime de vie chère versée aux travailleurs les plus pauvres. La population est donc en droit d’attendre une prise de position toute aussi claire de la part de ses élus qui la représentent au Parlement.

Qu’attendent-ils pour dire ce qu’ils pensent du RSTA et de la prime COSPAR ?
Sur ce point et sur tous les autres, les élus de La Réunion ont encore deux jours pour réfléchir. Mercredi, c’est la conclusion de la conférence économique et sociale à La Réunion, toutes les contributions au débat devront être mises sur la table.

Que proposent les responsables politiques à La Réunion pour l’avenir du pays ? L’opinion n’est pas au courant, en saura-t-elle davantage mercredi ?

M.M.


Kanalreunion.com