Actualités

L’égalité réelle entre au gouvernement : l’heure du débat demandé par le PCR est arrivée

Création d’un secrétariat d’État à l’Égalité réelle

Manuel Marchal / 11 février 2016

Depuis l’année dernière, le PCR appelle à faire de l’égalité réelle un débat central à La Réunion. Hier, une décision du gouvernement a créé un secrétariat d’État à l’Égalité réelle. C’est donc la confirmation que cette question est une priorité. Le PCR a été le seul parti à rendre publiques ses propositions. Huguette Bello totalement hors course, la responsabilité de ce secrétariat d’État a été confiée à Ericka Bareigts. Philippe Naillet devient le nouveau député de La Réunion.

JPEG - 66.5 ko
Ericka Bareigts nommée secrétaire d’État à l’Égalité réelle
Lors d’une débat avec les syndicats du BTP l’an dernier, Ericka Bareigts avait dit son accord avec la proposition de Paul Vergès : s’unir pour présenter des propositions au gouvernement.

Depuis l’année dernière, le Parti communiste réunionnais fait du débat sur le projet de loi sur l’égalité réelle une priorité. En mai dernier, François Hollande avait en effet annoncé un texte visant à arriver à l’égalité réelle entre l’Outre-mer et la France. L’idée est d’atteindre cet objectif au bout d’une durée de 20 ans. Le député Victorin Lurel a été nommé chargé de mission pour organiser la concertation préalable au dépôt du projet de loi. Partis politiques et élus ont été invités à présenter leurs propositions : quels sont les critères de l’égalité réelle et comment y parvenir.

L’égalité réelle est bien une priorité

Dès le 4 août 2015, le PCR a adressé sa contribution à Victorin Lurel. Il est à cette heure le seul parti à l’avoir fait de manière publique et transparente. Car le courrier d’accompagnement, le Parti communiste réunionnais soulignait que « de la qualité des contributions formulées et de leur réelle prise en compte par le gouvernement dans le cadre d’une approche globale et cohérente, dépendra la réussite de l’initiative : la loi sur l’égalité réelle aura-t-elle une ambition et une portée comparable à celle du 19 mars 1946, ou au contraire se traduira-belle par une désillusion ? L’expérience nous enseigne qu’un espoir qui se lève ne doit jamais être déçu ».

Le PCR a également été le seul parti à souligner l’importance de mener un débat à La Réunion pour que les Réunionnais puissent s’emparer des enjeux de ce projet de loi qui comportera deux volets : un sur le statut de La Réunion, et le second sur la lutte contre les inégalités.

Hier, le gouvernement est allé dans le sens de cette préoccupation. Il a créé un secrétariat d’État à l’Égalité réelle. C’est bien la preuve que ce sujet sera donc stratégique. Raison de plus pour lancer le débat demandé de longue date par le PCR, sur la base des propositions que les partis et les parlementaires devront rendre publiques.

Huguette Bello plus dans la course

La création de ce secrétariat d’État a des répercussions à La Réunion sur le personnel politique. Dans les jours précédents le remaniement, il a été question de l’entrée d’un ou une Réunionnaise dans le gouvernement. Le nom d’Éricka Bareigts a été le seul cité. Rappelons que voici quelques semaines, c’est Huguette Bello qui était présentée comme la leader de la « gauche ». C’est sur la base de cela que la direction du PS à La Réunion s’était rangé derrière elle lors des élections régionales. Le choix du maintien de Huguette Bello tête de liste au second tour, alors qu’elle n’est pas rassembleuse, a coûté la victoire aux forces de progrès, qui sont passées de plus de 30.000 voix d’avance sur la liste de Didier Robert au soir du premier tour, à près de 18.000 de retard le soir du second.

Le résultat a été un affaiblissement sans précédent des partis dits de gauche à La Réunion : deux élus pour PLR, deux, disons trois en comptant le Progrès, pour les socialistes. On est loin des 12 élus de l’Alliance et des 6 conseillers socialistes qui siégeaient dans l’ancienne assemblée.

Il est à souligner qu’au cours des discussions qui ont précédé le remaniement ministériel, le nom de Huguette Bello n’a jamais été cité dans les médias. Notons aussi qu’aucun organe de presse n’a relevé cette étonnante disparition des écrans radars de la députée de La Réunion. C’est bien la confirmation que Huguette Bello n’est plus dans la course.

Un nouveau député : Philippe Naillet

C’est en effet une autre députée réunionnaise qui a été nommée à ce nouveau poste gouvernementale. Il s’agit d’Éricka Bareigts, élue de la première circonscription.

Cette nomination a une conséquence inévitable. Elle ne siègera pas à l’Assemblée nationale pendant le temps où elle sera au gouvernement. C’est donc son suppléant, Philippe Naillet, qui est appelé à devenir le nouveau député de La Réunion.

Élu de Saint-Denis, Philippe Naillet était, lors de la Primaire citoyenne, un des rares soutiens à François Hollande au sein de la direction de la Fédération du Parti socialiste à La Réunion.

M.M.


Kanalreunion.com