Actualités

L’heure est au rassemblement dans le 2e canton de Saint-Pierre pour donner la priorité à l’urgence sociale

Nazir Valy et Virginie Gobalou dans le 2e canton de Saint-Pierrre

Correspondant Témoignages / 7 février 2015

Nazir Valy et Virginie Gobalou ont « tiré les leçons des élections municipales ». Répondant à la volonté de la population et des militants, ils se sont regroupés dans « un ticket PCR/PS ». Un accord qui semble limité au 2e canton de Saint-Pierre.

JPEG - 59.2 ko
Jean-Philippe Saminadin, Nazir Valy, Virginie Gobalou et Marielle Lallemand Desproges.

Même si Axel Zettor, responsable socialiste, souligne que des accords tacites ont été passés dans l’île pour ne pas « gêner les candidats sortants » par la présence d’un candidat progressiste. Cela a pris la forme d’un « ticket » à Saint-Pierre et ailleurs « avec d’autres forces de progrès ».
Ghislaine Cataye, secrétaire de la section communiste, note que cette situation a été débattue en comité de section avant d’être soumise à l’approbation du Conseil politique du PCR qui l’a entérinée.
L’heure est donc, selon Nazir Valy, au « rassemblement » évoqué lors de la constitution des listes pour les dernières municipales. Il note que, depuis un an, la situation s’est encore dégradée pour les plus défavorisés, mais aussi pour la population du centre-ville (précarité, crise du logement, chômage…). Ce qui aggrave encore, par conséquence, les problèmes des écarts.

Disponibilité

Il insiste sur la disponibilité des deux membres du binôme. « Nous n’avons pas de mandat, contrairement à nos adversaires que l’on a peu vu dans leur canton respectif ».
Virginie Gobalou, affirme vouloir travailler avec Nazir Valy, « pour développer Saint-Pierre ». Employée depuis 25 ans au Conseil général, elle plaide pour donner la « priorité à l’urgence sociale ». Elle entend « améliorer les procédures » et par là même « réduire les délais d’instruction des dossiers ». Et cela concerne tous les publics. Des personnes âgées aux handicapés en passant par les mal-logés – un secteur où « 8.000 dossiers d’amélioration de l’habitat sont en souffrance ».
Sont pointées aussi du doigt les journées départementales comme celle du troisième âge toujours organisées à Saint-Denis, et la fermeture prochaine de l’antenne de Terre-Sainte.
Dans tous les cas, chacun des candidats en appelle à une meilleure lisibilité des compétences, à encore plus de transparence et à une plus grande disponibilité des élus.

L’engagement des remplaçants


Jean-Philippe Saminadin, ouvrier d’entretien dans le privé, se présente pour la première fois à une élection. Il est doté d’une expérience politique faite de contacts intenses avec la population de son quartier de Ravine-Blanche. Mais aussi de solidarité avec les plus démunis car il participe aux actions de solidarité d’une association confessionnelle. « Je côtoie des gens en grande souffrance. Souvent, ils n’ont pas de réponses à leurs problèmes. C’est dur ! ». Marielle Lallemand Desproges a fait ses premières armes dans la dernière campagne des municipales avec Virginie Gobalou. Cette adjointe administrative récemment revenue à La Réunion, souligne la richesse des contacts qu’elle a pu avoir depuis son engagement.


Kanalreunion.com