Actualités

L’inquiétude persiste dans le BTP : où sont les chantiers ?

Les travailleurs à la Préfecture et à la Région

Témoignages.re / 20 mai 2010

De nombreux travailleurs ont défilé hier à Saint-Denis. Après un rassemblement devant la Préfecture où une délégation a rencontré le représentant de l’État, ils ont marché sur la Région où ils ont été reçu par Didier Robert. Les déclarations du préfet et du président de la Région sont loin de calmer l’inquiétude. Du côté de l’État, compétent dans le logement social, rien ne sera lancé dans les mois qui viennent dans de domaine. Du côté de la Région, Didier Robert a refusé de prendre position. Des milliers d’emplois ont déjà été supprimés, et tout le secteur du BTP reste sous la menace d’un effondrement total.

A l’appel de l’intersyndicale (CGTR, CFDT, CFE, CGC), environ 700 salariés du BTP se sont rassemblés devant la préfecture. Ils réclament la relance immédiate de l’activité du bâtiment « sous peine de voir s’écrouler un secteur économique fondamental de La Réunion », selon l’expression de Jacky Balmine, dirigeant de la CGTR BTP. « Nous ne sommes ni de droite ni de gauche. Nous luttons tout simplement pour l’emploi. Il faut arrêter de jouer. L’heure est grave », a t-il encore précisé.

« Les élections sont passées, nous ne portons aucun jugement sur la nouvelle majorité et nous respectons le président en place. Mais il faut maintenant s’asseoir autour d’une table, prendre conscience que la situation est grave et se mettre au travail », insiste Jacky Balmine. « Nous ne pouvons pas être tributaires des arrêts de chantier à chaque changement de majorité dans une collectivité locale », souligne-t-il.

Il rappelle ensuite que la situation est « extrêmement grave ». « Lors de l’inauguration de la route des Tamarins, en juin 2009, le Premier ministre François Fillon avait affirmé qu’il ne laisserait pas tomber le secteur du bâtiment », se souvient le dirigeant syndical. « Il y avait alors 500 personnes licenciées dans le secteur. Ce chiffre est désormais passé à 8.000. C’est une curieuse manière de ne pas laisser tomber le BTP », ironise amèrement Jacky Balmine.

À la question de savoir comment l’État pourrait participer à la relance de l’activité dans le secteur, le syndicaliste répond : « L’Etat s’était engagé à construire 4.000 logements sociaux par an jusqu’en 2014. Nous en sommes très loin. À peine 9.500 logements toutes catégories confondues sortent de terre tous les ans et à peine 1.500 d’entre eux sont des logements sociaux. Cela alors qu’il y a 27.000 demandes en attente », analyse le représentant de la CGTR. « Il faut que l’État prenne ses responsabilités et tienne ses promesses », estime-t-il en soulignant qu’« un logement construit, c’est 1,5 emploi de créé ».

Pour ce qui concerne la Région, la manifestation a été l’occasion de rappeler à la nouvelle majorité que l’on ne peut plus agir de manière sectaire en jetant des projets sous prétexte qu’ils ont été lancés par d’autres.
es manifestants déclarent en effet ouvertement être « pour le lancement du chantier tram-train ». « Quelle que soit la forme que doit prendre le chantier, il est évident qu’il faut le réaliser. Il serait irresponsable de ne pas nous entendre sur le sujet », explique Jacky Balmine. Les salariés du BTP réfutent par ailleurs l’argument disant que le tram-train ne servira qu’aux grosses entreprises. « Ce sont plus de 500 millions d’euros qui iront directement dans les caisses des petites entreprises », signale le membre de la CGTR. « Aujourd’hui, nous ne faisons qu’entamer un combat. Il n’est pas terminé. Nous ne passerons plus sur rien. C’est notre avenir même qui est en danger », prévient Jacky Balmine.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • les travailleurs du BTP doivent aller demander à madame Penchard qu’elle ordonne à son copain didier robert de respecter les accords qui ont été passés l’année derniére entre l’état et la région pour la construction du tram- train et la maison de la culture source de plusieurs milliers d’emplois pour la Réunion ! la ministre de l’outre-mer doit recevoir un accueil quelle mérite et non pas des léchages de bottes, poignées de mains, et courbettes ! c’est le moment de faire voir de quoi sont capables les travailleurs réunionnais,car rester les bras croisés n’arrangera pas la situation !

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com