Actualités

L’Ouest au cœur du projet Pour une Réunion nouvelle

Elections régionales

Manuel Marchal / 26 novembre 2015

Après une matinée à Saint-Denis, Patrick Lebreton était hier après-midi dans l’Ouest. La tête de liste de Pour une Réunion nouvelle a conclu la journée par un meeting à Saint-Paul.



  • Sarah Rupert
  • Sabine Le Toullec
  • Vote de la motion pour une Vice-présidence dédiée à la condition (...)
  • Guito Crescence
  • Raïssa Noël
  • Patrick Lebreton
  • Patrick Lebreton
  • Rémi Massain
  • Jean-Marie Lasson

JPEG - 183.2 ko

Hier soir, l’Union PCR-Progrès-PRG-MRC-Société civile a organisé un meeting de Pour une Réunion nouvelle à Savanna, Saint-Paul. La réunion publique était le point final d’une journée qui avait commencé pour les candidats au marché forain du Chaudron et s’était prolongé dans l’Ouest. Patrick Lebreton a notamment rencontré des artisans à Saint-Leu. Il a participé à un échange avec la population du littoral de Trois-Bassins, puis visité les réalisations de l’association Déclic Solidarité Crénos. Il s’est ensuite rendu dans le centre-ville de Trois-Bassins avant d’aller à Ravine Daniel. Juste avant d’arriver au meeting, Patrick Lebreton a discuté avec des agriculteurs.

Il était accompagné de plusieurs co-listiers, dont Catherine Gaud, Michèle Caniguy, Gérald Kerbidy, Jean-Yves Ananélivoua. À noter également la présence des trois secrétaires généraux du PCR co-listiers de Patrick Lebreton : Maurice Gironcel, Yvan Dejean et Fabrice Hoarau, ainsi que de Ginette Sinapin, secrétaire du PCR.

Jean-Marie Lasson, secrétaire de la section du Parti socialiste de Saint-Paul présidait la réunion. Il a donné la parole à différents intervenants, tous co-listiers de Pour une Réunion nouvelle.

Le premier à intervenir fut Rémi Massain, président du Parti des radicaux de gauche de La Réunion. Il a rappelé l’engagement progressiste de son parti depuis plus d’un siècle. C’est pourquoi en toute logique le PRG a choisi de faire partie de l’Union des Forces de progrès. Rémi Massain a également souligné que les obstacles mis en travers du chemin pour participer à la campagne ne font que renforcer la détermination du PRG de s’impliquer dans la bataille.

Vice-présidence dédiée à la condition féminine

La seconde à parler était Sarah Rupert, secrétaire de la section du Parti socialiste de La Possession. Elle est revenue sur l’importance de soutenir la développement du secteur de l’aide à la personne, un gisement d’emplois. Elle a aussi fustigé la répression subie à la mairie de Saint-Denis par une amie de Laïnati Ali. Cette dernière est co-listière de Patrick Lebreton, et une fois la nouvelle rendue publique, l’amie de Laïnati Ali a subi un harcellement qui l’a conduit à un arrêt de travail. En cette journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes, cela démontre combien le combat pour le respect reste difficile à La Réunion.

Vint ensuite le tour de Sabine Le Toullec, membre de la section PCR du Port. En cette Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes, elle a proposé le vote d’une motion en faveur de la création d’une vice-présidence de la Région dédiée à la condition féminine, puis en a fait la lecture. « La personne désignée aura la tâche de préparer et faire appliquer des mesures concrètes, en lien avec les associations et les autres partenaires publics. Les femmes sont trop déçues par les promesses de loi-cadre qui n’ont jamais été tenues ». Mise aux voix, la motion a été adoptée à l’unanimité.
Guito Crescence a ensuite pris la parole pour développer le thème de la ruralité, cher à Pour une Réunion nouvelle. Il a expliqué comme l’agro-tourisme peut créer et maintenir de l’activité dans les Hauts. Il a également plaidé pour adapter les infrastructures à l’évolution prévisible de La Réunion. Il a ainsi proposé la création de lieux d’accueil conviviaux pour les personnes âgées.

Plein emploi contre pauvreté

Raïssa Noël a souligné l’importance de la lutte contre la grande pauvreté. Dans moins d’un mois, ce sera le troisième anniversaire de l’Appel de l’Ermitage. Elle a rappelé les dégâts sociaux et sanitaire de la pauvreté. Elle est revenue sur ces causes et a proposé des pistes pour éradiquer l’extrême pauvreté. Cela passe notamment par une politique qui favorise le Plein-emploi, dans une perspective d’ « union nationale ». Les Réunionnais ont déjà montré qu’ils peuvent largement se rassembler autour d’un projet. C’était le cas quand ils ont été à plus de 70 % à voter pour François Hollande à la présidentielle.

L’intervention de Patrick Lebreton a conclu le meeting. La tête de liste de Pour une Réunion nouvelle a insisté sur l’importance de l’union, qui s’appuie notamment sur le travail de générations de militants qui ont permis aux Réunionnais de pouvoir s’exprimer lors des élections. Patrick Lebreton a salué le combat mené par le Parti communiste réunionnais contre la fraude électorale, ainsi que celui de l’ADENOE (Association pour le déroulement normal des opérations électorales).

L’importance de l’Ouest

Il a aussi insisté sur l’importance de la bataille qui reste à mener au cours des 10 prochains jours dans l’Ouest. Cette région de La Réunion n’est pas le fief du maire de Saint-Paul ou de l’ex-maire Bello qui s’est coalisée avec Annette pour cette élection. C’est surtout un des points d’appui historique des communistes qui retrouvera toute sa place dans La Réunion de demain.

Le député-maire de Saint-Joseph a également appelé à la solidarité avec les femmes victimes de violences en cette journée internationale. Il a mis en avant les actes odieux perpétrés à l’encontre de Rosette, l’amie de Laïnati Ali, et de Corinne Robert, co-listière de Pour une Réunion nouvelle. Cette dernière fait l’objet d’une campagne de dénigrement et de pressions pour qu’elle ne travaille pas à la Plaine des Palmistes de la part du maire de la commune. Pour lutter contre ces pratiques d’un autre âge, Patrick Lebreton s’est prononcé pour la création d’une vice-présidence de la Région Réunion dédiée à la condition féminine.

Il a également de nouveau expliqué combien il est important de « changer de logiciel ». C’est une réforme de fond du système qui est proposé pour placer La Réunion sur les rails du développement.

Patrick Lebreton a mis en avant l’amplification de la mobilisation pour arriver le soir du 13 décembre à la présidence de la Région Réunion. Pour cela, il sera nécessaire de réaliser le meilleur score possible lors du premier tour le 6 décembre. Ce sera le premier rendez-vous électoral important de l’union pour 20 ans des différents partis la composant.


Kanalreunion.com