Actualités

L’UGTRF à la pointe du combat

Témoignages.re / 31 mai 2013

Sur ce que l’on dit sur les enfants de la Creuse, je voudrais ajouter un commentaire. Dans les années 1960, il y avait en France une association, l’Union générale des travailleurs réunionnais en France, créée et dirigée par Gervais Barret, Roland Robert, Max Riviére, Jean-Baptiste Ponama, etc. Nous avions un journal : "Nous Créoles", et l’on dénonçait cette traite.

J’ai pu, en me faisant passer pour un fiancé, m’introduire dans une réunion réservée aux femmes tenue par le père Favron dans une salle paroissiale. Le père Favron insistait auprès de ces jeunes filles pour qu’elles fassent venir leurs sœurs, amies, etc. On s’est disputé et "Nous Créoles" a fait son travail. Il a alerté l’opinion et dénoncé.

 

À Paris, dans le 14e arrondissement, il y avait un foyer que l’on surnommait "foyer Debré", tenu par le commandant Mondy.

J’y ai été témoin d’une affaire. Une jeune fille ayant perdu son emploi voulait retourner à La Réunion. Mondy l’a chassée. Par l’intermédiaire des camarades femmes de l’UGTRF, on a pu l’héberger et lui trouver un emploi. Là encore, "Nous Créoles" a dénoncé. L’UGTRF de cette époque était à la pointe du combat contre les mauvais coups de Debré et de ses amis.

Gilbert Ramin,

Saint-Joseph


Kanalreunion.com