Actualités

L’union de la droite, une utopie de Didier Robert

Division partout dans le camp de Nicolas Sarkozy

Céline Tabou / 12 février 2011

Après des hésitations au sein de l’UMP et des dissensions pour savoir qui se présenterait ou pas aux élections cantonales, Didier Robert a décidé de mettre en place tous « ses copains ». Si bien que dans son propre camp, certains dénoncent la dictature du président du Conseil régional.

“Le Journal de l’île” a relaté dans son édition de vendredi 11 février, les propos de Georgettes Trabouillet, déléguée nationale sur la 2ème circonscription de Saint-Paul qui fustige Didier Robert avec qui elle a travaillé « à élaborer son programme des régionales ».
Prompt à dénoncer les divisions au sein des autres partis, Didier Robert n’a pas pu manquer les réclamations et contestations dans sa propre famille politique. Georgettes Trabouillet s’est dite écoeurée « que les convictions ne soient pas respectées ». En effet, cette dernière devait se présenter dans le 3ème canton de Saint-Paul, mais c’est François Léa, qui récolte le césar, et qui ne serait pas de l’UMP, mais un proche de Didier Robert, « on donne le soutien à quelqu’un qui n’est pas de l’UMP ». Dénonçant « un tour de passe-passe vraiment décevant », Georgette Trabouillet n’est pas la seule à se plaindre des manœuvres de Didier Robert.
C’est à cause de Didier Robert que Moussa Ibrahim Behra a décidé de quitter l’UMP. Relatant l’évènement le “JIR” cite les déclarations de Ibrahim Behra qui a expliqué qu’à « la veille des élections cantonales, Didier Robert lance un nouveau mouvement (Réunion en confiance) pour placer ses copains en priorité. Si un homme politique veut s’approprier un parti en faisant fi des choix de ses représentants locaux et nationaux, il n’est pas question pour moi d’accepter ce dictat ». Aveu des combines de Didier Robert, celui-ci perd peu à peu la confiance de cadres, et malgré l’entente affichée lors de sa conférence de presse, l’union n’existerait qu’avec « ses copains ».
Georgettes Trabouillet a décidé d’attendre la réunion de l’UMP dans les jours à venir pour savoir si elle sera ou non candidate à Saint-Paul. Mais de son côté, Ibrahim Behra a décidé de rompre tout lien avec le « dictateur » Didier Robert et a demandé « la démission du président de la fédération locale ». Montrant à quel point le divorce est consommé entre certains cadres du parti et Didier Robert. Moussa Ibrahim Behra, bien décidé à porter sa voix auprès des Saint-Paulois, devrait se présenter sous la bannière divers-droite aux élections cantonales de mars. Les rêves d’union, surtout d’union pour tenter de masquer la politique de casse sociale, ne sont en rien réalisés, et réalisables, avec Didier Robert.

Céline Tabou


Kanalreunion.com